Test SwitchBot Lock Pro : votre porte sécurisée par la domotique

Notre test complet de la Lock Pro et du Keypad Touch SwitchBot

SwitchBot Lock Pro et Keypad Touch

SwitchBot Lock Pro WiFi avec Clavier Tactile, Serrure Électronique Bluetooth, Étanchéité IP65, S'adapte à Votre Cylindre Existant, Compatible avec Matter, Alexa et Google

Prix au : 15 juin 2024 9 h 58 min

Les serrures connectées se démocratisent peu à peu. Le pas a été difficile à franchir pour beaucoup à cause de prétendues raisons de sécurité, mais sachez que leur sécurité est pensée de bout en bout afin de répondre aux craintes des utilisateurs, notamment sur la nouvelle SwitchBot Lock Pro que nous vous présentons aujourd’hui.

Après une première SwitchBot Lock plutôt réussie, mais pas exemptes de défauts, la marque revient avec une version plus aboutie. Fonctionnant avec un clavier numérique / NFC / biométrique, elle est pilotable à distance, mais également avec Alexa, Google Assistant, Siri… La solution clef en main pour environ 250 € (Lock Pro + Keypad + passerelle) va-t-elle trouver sa place sur votre porte d’entrée ?

SwitchBot Lock Pro : une serrure connectée complète mais volumineuse

Unboxing et présentation

Nous ne vous présentons plus SwitchBot, marque chinoise bien connue des adeptes de produits connectés et de domotique. Réputée pour ses idées originales et la qualité de ses produits, la marque ne nous a jamais déçus. Lors de ce test, nous allons vous présenter la nouvelle SwitchBot Lock Pro et son clavier. Pour l’utiliser pleinement, il est nécessaire d’utiliser l’un des hubs de la marque. Vous pouvez utiliser le Hub Mini 2 ou le Hub 2, compatibles Matter, et pour lesquels nous vous renvoyons vers nos tests pour savoir comment les utiliser.

La serrure connectée

La serrure SwitchBot Lock Pro est livrée dans un emballage changeant du code couleur de la marque car il est tout noir, avec une serrure sérigraphiée en noir brillant. L’ensemble donne une impression haut de gamme et s’avère être raccord avec la couleur de la serrure qui est elle-aussi noire.

Le pack contient, en plus de la serrure, un certain nombre d’accessoires :

  • Deux clefs Allen (crée en 1910, marque déposée mais passée dans le langage usuel par antonomase. On devrait dire clef à 6 pans),
  • Des vis pour tenir la serrure au support,
  • Des adaptateurs à cylindre bouton,
  • Des doubles faces pour support et aimant,
  • Des lingettes de nettoyage,
  • Des supports de fixation sur cylindre

Il y a bien entendu un guide d’installation qui vous aidera surtout à choisir le type de plaque de fixation à mettre en place. Nous reviendrons dessus plus tard. Concernant la serrure en tant que telle, elle est en plastique noir mat ABS (comme les Lego®), en polycarbonate et en alliage d’aluminium et magnésium. Elle est faite pour durer car l’ensemble de ces matériaux résiste aux UV, à la chaleur et autre. Niveau dimension, elle est grosse, très grosse… Trop grosse ? Avec ses 120 × 59 × 83.9 mm pour un poids de 435 grammes, c’est clairement l’une des plus lourdes et imposantes que nous ayons testées. Même si elle ne devrait pas poser de problème au niveau de la course de la poignée, attention à ne pas la taper dans le mur lors de l’ouverture de la porte.

Le rendu est malgré tout très bon. Elle est constituée de 3 parties :

  • Un bouton / molette qui va servir à la fois à l’ouverture manuelle / automatique de la porte. En effet, si vous tournez la molette, vous ouvrirez votre serrure par action mécanique (cela revient à tourner une clef). Mais en appuyant sur ce bouton, la rotation sera automatique et vous pouvez ainsi fermer ou ouvrir votre porte avec un simple « clic ».
  • Le réceptacle à pile, sous un capot en aluminium. Vous pourrez y mettre 4 piles AA (fournies). L’autonomie annoncée est de 9 mois pour 8 utilisations par jour (donc parons plutôt sur 8 mois). Il est aussi possible d’y mettre 2 batteries Li-ion indépendantes qui vous donneront 12 mois de tranquillité en prenant la suite l’une de l’autre. Elles sont disponibles sur le site de la marque à environ 20€ en promotion.
  • Le système de fixation sur votre cylindre. Cela inclus à la fois le mécanisme de rotation et la mise en place sur un support. Cela est situé sous la serrure.

Le dessous de la SwitchBot Lock Pro vous montre son fonctionnement, qui est identique à celui des autres marques. Trois possibilités s’offrent à vous, mais dans tous les cas, il vous faut un cylindre à double débrayage pour continuer à vous en servir.

Elle est adaptable sur quasiment tous les types de cylindres :

  • Européens,
  • Britanniques (ovales),
  • Suisses (ronds),
  • A bouton, Portes sans poignée, Multipoints

Afin de la mettre en place, la SwitchBot Lock Pro est livrée avec deux plaques de fixation (A et B). La plaque A est pour les cylindres dont au moins 3 mm ressortent de la porte alors que la B est pour les autres cas. La différence, hormis la forme du cylindre, est que le système B comporte un adhésif double face afin de le mettre en place facilement sur une porte. La partie en excroissance n’aura donc plus d’incidence. Vous viendrez en effet le coller autour de la sortie du cylindre. Le système A sera quant à lui à fixer sur la partie externe du cylindre via 3 vis de fixation qui l’enserreront. Dans les deux cas, que nous avons testés, l’ensemble est solide et permet de supporter le poids de la serrure.

Pour savoir si elle est compatible avec votre serrure, nous vous invitons à consulter la page dédiée sur le site du fabricant.

Vous aurez ensuite à mettre deux vis de chaque côté de la serrure pour une sécurisation accrue afin de la maintenir sur la plaque de fixation.

Caractéristiques techniques

  • Marque : SwitchBot
  • Modèle : Lock Pro DH-EN-2312
  • Dimensions en mm : 120 × 59 × 83.9
  • Poids : 435 g
  • Couleurs disponibles : argenté et graphite
  • Fonctionnalités :
    • Modes d’ouverture :
    • Bluetooth
    • Physique avec clef (externe), molette et bouton rapide,
    • Tag NFC sur smartphone
    • Wi-Fi via un Hub, donc à distance
    • A la voix (passerelle nécessaire)
    • Apple Watch (avec widget)
  • Température de fonctionnement : 10 à 45°C (uniquement en intérieur)
  • Humidité de fonctionnement : max. 90% HR
  • Pays de production : Chine
  • Alimentation électrique : 4 piles AA ou lot de 2 batteries rechargeables
  • Autonomie de la batterie : Jusqu’à 9 mois, avec jusqu’à 8 utilisations par jour… 12 mois avec la batterie
  • Sécurité : cryptage AES-128-CTR
  • Application : SwitchBot pour l’utilisation Bluetooth et les réglages.
  • Skills et add-on : oui. Compatible Alexa, Siri et Google Assistant avec le hub Switchbot
  • Connectivité : Bluetooth 4.2 en 2,4 GHz. Utilisable avec les assistants vocaux et des box domotiques, Jeedom, Home Assistant, … via utilisation du bridge. Elle est également compatible Matter..

Keypad Touch : un clavier très complet

Le SwitchBot Keypad Touch est un clavier pouvant être utilisé avec votre serrure. Il n’est pas obligatoire, mais il a un réel intérêt, en particulier pour une utilisation familiale. En effet, la serrure seule demande l’utilisation du smartphone pour être ouverte de l’extérieure, ou de la clé. Le problème, c’est que tous les membres de la famille n’ont pas accès à l’application, les plus jeunes n’ont pas forcément de smartphone et tous ne prennent pas toujours leurs clés… Le Keypad va donc permettre une utilisation autonome de la serrure en communiquant avec elle en Bluetooth.

Le SwitchBot Keypad Touch est livré avec un certain nombre d’accessoires :

  • 2 joints pour fixation par visserie au mur,
  • Une lingette pour nettoyer le support avant d’utiliser le double-face,
  • Un support de fixation avec un 3M,
  • Un trombone,
  • Un « médiator » pour ouvrir l’arrière du pad,
  • 2 piles CR123A,
  • Une carte NFC.

 

Le Keypad, en ABS et PC, a une forme assez particulière, un peu plus épais sur la partie basse que la haute. Il fait 112 × 38 × 36 mm et pèse seulement 125 grammes. Les 2 piles fournies permettent une autonomie de 2 ans.

Le clavier comporte plusieurs boutons rétroéclairés :

  •  10 chiffres (de 0 à 9),
  •  V : pour valider la saisie
  • 🔒: pour fermer la serrure à la suite de la saisie du code. Dans les paramétrages, il est aussi possible de déterminer qu’un appuie long sur le bouton permet de fermer la serrure sans saisir de code.
  • 🔲 : zone passage de la carte NFC
  • Sur le bas, un rond permettant d’y poser la pulpe d’un de vos doigts pour une reconnaissance biométrique.

Sur l’arrière, vous avez la cache des piles que vous ouvrirez grâce à l’outil fourni et deux tétons en métal. Ces derniers viendront se glisser sur le support de fixation afin de mettre le clavier en place. Sur la tranche basse, un petit trou permet de glisser un trombone pour libérer le Keypad une fois en place. C’est une sécurisation à l’arrachage, à laquelle il faut ajouter des notifications en cas de retrait. Ce clavier va grandement augmenter les possibilités offertes par la serrure.

Les modes d’ouvertures sont nombreux :

  • Par code : plus d’une centaine (dont 90 permanents) peuvent être créés, entre 6 et 12 chiffres.
    • Permanents et nominatifs,
    • Temporaire : sur une période donnée et des horaires donnée. Valable jusqu’à 5 ans.
    • A usage unique, valide 1 à 24 heures.
    • Code d’urgence (10 maximum). Ce sont des codes spécifiques que vous viendrez saisir en cas d’urgence afin d’informer une autre personne ayant accès à l’application SwitchBot que quelque chose ne va pas.
  • Par empreintes papillaire. 100 empreintes maximum (dont 10 d’urgence (un autre doigt que celui habituellement utilisé par exemple)). Elles sont nominatives.
  • Par cartes NFC. Là encore, 100 cartes maximum. Vous pouvez lier une carte à une personne.

Il existe des sécurisations plutôt bien vues, en plus des codes d’urgence :

  • Anti-peep (anti-« voyeur ») : vous avez la possibilité de « noyer » votre code au sein d’une suite de chiffres aléatoire (maximum 20 digits en tout). Le logiciel reconnaitra le bon code et ouvrira. Très utile si vous remarquez que quelqu’un essaie de regarder votre code quand vous le saisissez.
  • Blocage : à partir de 5 codes incorrects, le clavier se bloque 1 minute. Si une autre erreur est faite dans les 5 minutes, ce sont ensuite 24 heures de blocage. Cela fonctionne de la même manière avec des cartes NFC non reconnues ou les empreintes biométriques.

En revanche, on regrette que SwitchBot n’interdise pas des codes trop peu sécurisés comme 000000, 123456 ou autres, ce que propose notamment le Nuki Keypad 2.0

Caractéristiques techniques

  • Marque : SwitchBot
  • Modèle : Keypad Touch
  • Dimensions en mm : 112 × 38 × 36
  • Poids : 125 g (avec 2 piles CR123A)
  • Couleurs disponibles : noir
  • Température de fonctionnement : -25 à +66°C
  • Humidité de fonctionnement : IP65, donc utilisable dehors, aux intempéries. Mais 90%HR max d’une manière générale.
  • Pays de production : CHine
  • Alimentation électrique : 2 piles CR123A fournies. Autonomie de 2 ans.
  • Sécurité : cryptage AES-128-CTR. Mais aussi le fonctionnement avec empreintes digitales.
  • Application : SwitchBot pour l’installation et la création des accès.
  • Skills et add-on : N.A
  • Connectivités : Bluetooth 4.2

SwitchBot Lock Pro : mise en place et installation

Comme tous les produits SwitchBot, il faut utiliser l’application éponyme, fonctionnant sous Android et iOS. La façon de faire est la même pour installer la serrure ou le clavier et ne diffère pas de celle des autres appareils. Sachant que cela est grandement facilité par le fait que, par défaut, toutes les installations se font en Bluetooth. En effet, la gamme SwitchBot est avant tout locale et Bluetooth, c’est pour cela qu’une passerelle est requise pour une utilisation avec un assistant vocal ou une application domotique.

SwitchBot
SwitchBot
Développeur: Wonderlabs, Inc
Prix: Gratuit
‎SwitchBot
‎SwitchBot
Développeur: wonderlabs, Incorporated
Prix: Gratuit+

SwitchBot Lock Pro

Avant de passer à l’installation applicative, il faut mettre la serrure en place. Comme vu plus haut, la SwitchBot Lock Pro est compatible avec presque toutes les portes, qu’elles aient ou non une poignée, avec ou sans bouton, etc. La serrure se met directement en place sur la partie du cylindre ressortant sur la face intérieure de la porte. Aussi, vous devrez y laisser une clef à demeure à moins d’avoir un cylindre bouton ou plat qui ne comporte pas de clef à l’intérieur. Il peut être nécessaire de retirer le bouton intérieur afin de mettre un adaptateur (8 fournis). Il faut aussi un cylindre débrayable qui permet de l’utiliser même si une clef est en place en permanence. Vous pouvez aussi décider de ne plus du tout utiliser la serrure depuis l’extérieur, mais c’est un risque en cas de dysfonctionnement que nous ne saurions vous conseiller.

Notez qu’il vous faudra de la place sous la poignée du fait de la taille imposante de la serrure. De même, attention à la course de la porte, que la Lock Pro ne tape pas dans le mur quand vous ouvrez en grand. Choisissez la plaque de fixation (A ou B) en fonction de la taille du cylindre ressortant de la porte : soit par fixation via des vis soit par double-face. Si vous avez un doute concernant la compatibilité, vous avez la possibilité de faire réaliser des plaques de fixation personnalisées en impression 3D. C’est la première fois qu’un fabricant propose cette option et c’est une excellente idée.

Une fois le support mis en place et bien fixé, remettez la clef ou l’adaptateur et déposez la serrure de façon à ce que le petit point rouge de la molette soit en haut (ce qui donnera la moitié de course totale de la serrure). Sécurisez l’ensemble avec les quatre mini vis (2 de chaque côté). Pour terminer, il est aussi nécessaire de coller le petit aimant sur le cadre de la porte, entre 2 et 4 cm du côté haut de la serrure (droite ou gauche, qu’importe). Cet aimant va jouer le rôle de capteur d’ouverture. Ainsi, vous serez informé quand votre porte est physiquement ouverte. C’est très utile si la porte est restée entre-baillée. Vous en serez informé par notification.

Une fois en place, la SwitchBot Lock Pro s’ouvre manuellement sans forcer et s’avère très fluide à l’usage. Nous vous conseillons de faire quelques essais afin de vous assurer que le montage est conforme.

Il faut ensuite passer à l’appairage sur l’application. Pour cela, ouvrez l’application et activez le Bluetooth et le GPS si votre smartphone le demande.

  1. Enlevez la languette de protection des piles. La LED doit passer sur une alternance de couleur pour vous informer que la serrure est prête (sinon, appuyez sur le bouton reset),
  2. Dans l’application, appuyez sur « Ajouter un appareil » (le +) et retrouver la Lock Pro dans les appareils à proximité,
  3. Sélectionnez-la, donnez-lui un nom et attribuez-lui une pièce. Patientez pendant le mise à jour.
  4. Si vous avez déjà un Hub SwitchBot compatible (Hub Mini ou Hub 2), vous pouvez activer les services cloud. Ainsi, la serrure sera rattachée à la passerelle et vous pourrez vous en servir à distance. Nous vous renvoyons vers nos tests de ces bridges pour savoir comment les configurer.
À LIRE :
Test SwitchBot Hub 2 : la domotique Matter

Une fois cela fait, il faut calibrer la serrure. Pour cela, l’application vous donne toute la marche à suivre quand vous cliquez sur le guide d’installation (comment choisir le support, où mettre l’aimant…). Quand elle est en place, sélectionnez « déjà installée » et vous pouvez passer à l’étalonnage.

C’est assez rapide :

  1. Fermez la porte ;
  2. Fermez la serrure via la molette,
  3. Sélectionnez ensuite votre type de pêne : dormant (avec poignée) ou demi-tour (la porte s’ouvre physiquement en tournant la clef). Dans notre cas, c’est à pêne dormant,
  4. Faites tourner la molette de façon à déverrouiller la serrure,
  5. Ouvrez physiquement votre porte et verrouillez la porte, dans le vide, avec la molette.
  6. Passez au test de déverrouillage en appuyant sur « tester le déverrouillage » et ensuite le verrouillage. Faire ces tests porte entrouverte permet de ne pas coincer le mécanisme, et donc la porte, si le montage a été mal fait.

L’installation et la calibration sont très rapides. En une dizaine de minutes maximum tout est en place. Depuis l’application, en allant sur la serrure, vous avez un bouton virtuel vous permettant d’ouvrir ou fermer la serrure. En appuyant sur la roue dentée en haut à droite vous aurez accès aux paramètres de la Lock Pro.

Ils sont assez fournis :

  • Réglages de base : activation du son (un bip à l’ouverture de la porte ou si elle reste ouverte), de la LED et activation de la confirmation de verrouillage.
  • Bouton de verrouillage rapide : si vous activez l’option, une simple pression sur le bouton (molette) va verrouiller et / ou fermer votre serrure. Vous pouvez choisir une simple ou double pression.
  • Alarme : vous pouvez décider d’une temporisation pour recevoir, ou non, une alarme dans le cas où votre porte reste entre-ouverte. Il est possible d’activer des alarmes si la porte n’est pas verrouillée.
  • Verrouillage automatique : vous pouvez choisir de verrouiller la serrure dès que la porte est fermée ou après une temporisation.
  • Services Cloud : pour réappairer la Lock Pro à votre Hub et ensuite le rattacher à un assistant vocal. Pour cela, il faut aussi associer votre compte à la Skill ou au Add-On sur votre assistant.
  • NFC : vous pouvez venir appairer des SwitchBot Tag et ainsi ouvrir ou fermer la Lock Pro en passant le tag devant votre Smartphone prenant en charge le NFC.

Vous avez également le déverrouillage d’urgence en cas de problème avec le service Cloud depuis la page principale permettant de ne pas rester enfermé dehors en cas de soucis. Vous avez aussi accès à l’historique sur lequel nous reviendrons. Vous avez également un visuel sur la charge des piles, le statut de la connexion (logo Bluetooth si local, nuage si associée au cloud) et un petit logo avec la porte (noir et fermé pour… fermée, et rouge et ouvert si… voilà…).

Pour l’utiliser à la voix, comme dit avant, il faut activer la skill ou le plugin. Lancez ensuite une recherche et votre assistant va rechercher la serrure. Si vous l’avez déjà activé, la SwitchBot Lock Pro remontera directement. Une fois détectée, vous allez non seulement pouvoir piloter la serrure via l’application Alexa, Siri ou Google Assistant, mais aussi à la voix. C’est un peu le but, non ?

Notez que, par sécurité, il est nécessaire d’activer l’option de déverrouillage et d’attribuer un code PIN de sécurité en allant dans les paramètres de la serrure en haut à droite. Sans faire cela, il n’est possible que de la fermer.

 

Il est en effet possible de l’ouvrir, pour des raisons de sécurité, qu’en ayant créé un code PIN de 4 chiffres. Ce code sera à donner vocalement à chaque demande d’ouverture. Ainsi, impossible que quelqu’un n’ouvre la serrure en criant bien fort depuis l’extérieur. C’est un minimum non ?

SwitchBot Keypad Touch

Pour installer le clavier, cela va se faire comme la Lock Pro. Dans un premier temps, venez mettre en place le Keypad à proximité de la serrure (5 mètres maximum). Libre à vous de choisir le mode de fixation adapté :

  • Par visserie en perçant 3 trous sur votre mur et en fixant le support,
  • En collant le support avec le double-face si vous êtes sur des montants métal par exemple.

Dans tous les cas, pas de vis ni rien, vous faites glisser le clavier sur le support et l’ensemble va s’enclencher. Même si cela parait simple, il tient en place de façon très satisfaisante.

Dans l’application, allez sur « ajouter un appareil », trouvez le SwitchBot Keypad, sélectionnez-le et suivez les instructions. Pour le faire entrer en appairage, il faut appuyer sur les 2 boutons du bas pendant 2 secondes et la LED en haut du clavier va se mettre à clignoter en vert. Bien entendu, il faut le jumeler avec une serrure… Le Keypad recherchera celles à proximité et vous viendrez sélectionnez la vôtre. Pour finaliser l’installation, un code PIN test doit être entrer sur le clavier. Une fois cela fait, le clavier est utilisable.

En l’état actuel, le clavier n’est pas utilisable. Il vous faut d’abord créer un code d’accès permanent. Allez sur l’onglet mot de passe, puis appuyez sur le + en bas au centre. De là, choisissez le type de mot de passe à créer. Ils doivent faire entre 6 et 12 chiffres. Donnez-lui un nom et celui-ci sera affiché dans l’historique à chaque utilisation.

Pour les codes temporaires, c’est la même façon de faire mais vous lui donnez une date et heure de début et de fin. Le problème est qu’il n’est pas possible de faire de plage horaire. C’est un manque assez dommageable si on considère à qui ces codes sont destinés. Si par exemple ils s’adressent à des vacanciers ou des amis en vacances chez vous, pas de problème. Mais si c’est pour un ou une employé(e) de maison ou des ouvriers pour des travaux, cela veut dire qu’ils peuvent accéder la nuit ou même les week-end pendant la durée de validité… Bien sûr, vous aurez l’historique et les ouvertures, mais si c’est trop tard…

Le code d’urgence est très intéressant car, en le saisissant, la serrure va s’ouvrir et va envoyer un mail à un contact (jusqu’à 5 que vous aurez pré-enregistré). C’est une façon d’envoyer un SOS indétectable et ça c’est un énorme point fort ! Mais pour cela, il vous faut évidemment un hub de la marque…

Pour créer des accès par empreinte digitale, le fonctionnement est le même. Pour valider la reconnaissance, il faut présenter 4 fois votre doigts. Comme les codes, il existe des empreintes permanentes, temporaires et d’urgence. Pour les empreintes d’urgence, le but sera de venir faire reconnaitre un autre doigt que celui utilisé habituellement (le petit doigt ou le pouce de l’autre main par exemple).

Fonctionnement identique pour ajouter des cartes NFC, à la différence qu’il n’y a pas de carte d’urgence…

Dans l’application, vous pouvez savoir qui a utilisé le clavier ou ouvert la serrure, les horaires et autres. Vous avez aussi la possibilité d’activer le verrouillage sans code PIN. C’est une option qui est vraiment pratique et qui fait gagner un temps fou. Au lieu de saisir votre code et appuyer sur le cadenas, faite un appui long sur ce même bouton et la serrure se ferme. Le seul hic, c’est quand ce cas, vous ne savez pas, dans l’historique, qui a fermé la porte. Vous avez même le statut de fermeture de la porte (entrouverte par exemple). Très pratique pour suivre les entrées et les sorties de votre petite famille ou gérer des locataires d’une maison de vacances). Vous pouvez ainsi savoir si vos enfants sont bien rentrés de l’école.

Le clavier a lui aussi un indicateur LED sur le haut. Non seulement il donnera le statut de la serrure via un code couleur mais il affichera aussi par des symboles si elle est en train d’être verrouillé ou déverrouiller.

Utilisation au quotidien

Au quotidien, la SwitchBot Lock Pro est très pratique et réactive. Quel que soit l’action sur le barillet, elle redescend sous l’application et sous votre assistant vocal. En local et par Wi-Fi, aucune latence à déplorer. Vous pouvez connaitre en direct les statuts de votre serrure et de votre porte, là où les autres serrures ne mentionne que le verrouillage ou le déverrouillage). Ce petit aimant apporte une réelle valeur ajoutée. La réception de notifications est aussi un plus, en particulier si vous avez une montre connectée, comme la Garmin Vívoactive 5 ou la Forerunner 165) où vous verrez apparaitre toutes les informations. A noter également que vous pouvez l’intégrer à des scénarios via lapplication SwitchBot pour faire des automatismes (allumer une lumière quand on déverrouille, activer une alarme si la porte est entre-baillée…).

« la SwitchBot Lock Pro est très pratique et réactive »

On peut lui reprocher d’être assez bruyante, ce qui est le cas de beaucoup des produits de ce type. Ce n’est pas non plus la plus rapide du marché. Mais le problème le plus impactant est la perte du calibrage. Cela nous est arrivé deux fois les deux premiers jours. Autant dire si vous êtes dehors à ce moment-là (hé oui, c’était notre cas !), on perd vite patience ! Mais il nous semble avoir trouver la cause et les solutions.

C’est le principe même du fonctionnement de la serrure qui est à l’origine de ce problème. En effet, lors de l’étalonnage, l’application vous demande de fermer la serrure et de la rouvrir sans demander à aller à la butée maximale de chaque côté (donc de fermer à fond sans pouvoir continuer à tourner la molette et idem pour ouvrir). Ainsi, l’appareil va garder en mémoire les radians, ou la longueur de l’arc de cercle, à parcourir pour ouvrir ou fermer la serrure. Si vous utilisez ensuite la molette pour ouvrir ou fermer le cylindre, la SwitchBot Lock Pro va garder en mémoire cette distance, mais elle ne se déclenchera plus du même endroit. Et au bout d’un moment, à force de changements, même en faisant son cheminement validé, elle n’atteindra plus le point d’ouverture. Comme elle n’a pas de reconnaissance de « force », impossible pour elle de savoir si elle a passé le point de fermeture. Vous aurez malgré tout une notification d’erreur. Cela aurait pu être éviter en automatisant la calibration (comme la Tedee Go par exemple) où la serrure va tourner à la butée dans un sens et dans l’autre. Ainsi pas de problème.

À LIRE :
Test Nuki Smart Lock 3.0 Pro

Pour régler ce dysfonctionnement, deux possibilités :

  • N’utilisez que le bouton central (simple ou double clic) pour déverrouiller et verrouiller.
  • Refaire un calibrage où vous aller vous-même au maximum de la course à droite et à gauche. Ainsi même en utilisant la molette, la serrure fera un cheminement complet et ne restera pas dans une position inutilisable.

L’utilisation à la voix est un vrai plaisir, mais on regrette qu’un hub soit toujours nécessaire pour aller plus loin avec la SwitchBot Lock Pro (créer des codes à distances, ouvrir la porte si vous êtes au loin, recevoir les notifications, etc.), alors que les concurrents sont pour beaucoup passés au Wi-Fi / Thread intégré. L’utilisation locale reste malgré pertinente, surtout avec le clavier. D’ailleurs, une fois en place, l’utilisation de ce dernier se substitue assez naturellement à l’application. Juste son doigt pour ouvrir, pas de question à se poser…

Voici notre test en vidéo pour vous faire votre propre idée. N’hésitez pas à liker et à vous abonner à notre chaine YouTube pour ne pas louper de test !

Notre avis sur la SwitchBot Lock Pro

En conclusion, la SwitchBot Lock Pro est vraiment très intéressante, avec de vrais points forts, mais aussi des défauts… Nous ne sommes pas sur une simple serrure connectée avec la Lock Pro mais également sur un détecteur d’ouverture. Là où certains concurrents ne suivent que le verrouillage et le déverrouillage de la porte, la Lock Pro va également vous informer de son ouverture physique. Cela évite de fermer la porte avec le pied et la verrouiller avant de se rendre compte qu’elle était entre-baillée. Elle est qualitative dans sa constitution et fonctionne relativement bien même si la marque se doit de mieux guider les utilisateurs dans sa calibration pour éviter de devoir la refaire tous les quatre matins et rester enfermer dehors ! En revanche, la SwitchBot Lock Pro est trop grosse… Énorme même, digne de Cyrano !

Le clavier fonctionne en Bluetooth avec la serrure et l’ensemble peut donc être utilisé en local. Le Keypad va tout bonnement venir se substituer à la serrure dans bien des cas. C’est d’ailleurs le plus polyvalent que nous ayons testé : fonctionnement par codes, empreintes digitales et cartes NFC. Peu de risques de rester dehors si vous avez des doigts à défaut d’avoir une tête. Mais là encore, la marque aurait pu aller plus loin en limitant les horaires d’accès des codes temporaires et aussi interdire les codes non sécurisés comme 000000, 123456…

En revanche, SwitchBot a mis au point deux systèmes très intéressants pour la sécurité des personnes : le fait de pouvoir « noyer » le code d’ouverture dans une suite de chiffres aléatoire et l’utilisation de codes d’urgence qui, en plus d’ouvrir la serrure vont envoyer un courriel à vos contacts pour les informer que vous êtes en danger… Si vous êtes suivi, épié ou autre, cette serrure peut vous aider. Dans une certaine mesure, bien entendu.

Malheureusement, pour en profiter pleinement, il vous faut toujours un Hub SwitchBot. Il fera le lien avec votre Wi-Fi et vous permettra d’utiliser l’ensemble à distance mais aussi avec les assistants vocaux (Alexa, Siri, Google.Assistant..). Il offre aussi une compatibilité Matter, mais on regrette que SwitchBot Lock Pro ne le soit pas nativement comme la Nuki Smart Lock 4.0 Pro.

Le pack SwitchBot Lock Pro et son Hub Matter est assez souvent en promotion à moins de 200€, ce qui en fait l’un des systèmes les plus accessibles du marché.

 

Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !