Test Yeedi Mop Station : un robot laveur enfin à la hauteur ?

Notre avis sur la Yeedi Mop Station

Yeedi Mop Station

yeedi mop station, Robot nettoyeur et aspirateur 2 en 1 avec station d'auto-nettoyage, aspiration de 2500Pa, cartographie visuelle, détection des tapis

Prix au : 1 octobre 2022 18 h 13 min

Après une trentaine de tests de robots aspirateurs ces deux dernières années, nous en étions venus à la conclusion que si de nombreux robots étaient d’excellents aspirateurs, aucun ne brillait vraiment pas ses qualités de laveur. Jusqu’à ce qu’une lueur d’espoir fasse son apparition en début d’année avec l’étonnant Deebot N9+ d’Ecovacs. Un appareil véritablement conçu pour laver nos sols, qui débarque cet été en Europe sous le nom de Yeedi Mop Station.

Nouvelle marque du numéro 2 mondial du secteur, Yeedi nous avait déjà fait une forte impression avec son Yeedi 2 Hybrid et va cette fois plus loin en proposant un modèle encore sans égal sur le marché européen puisqu’il est capable d’entretenir seul ses deux serpillières rotatives… Place au test !

Yeedi Mop Station : un vrai robot laveur !

Déballage

C’est sans aucun doute le plus gros colis que nous ayons reçu cette année ! Le robot aspirateur et laveur Yeedi Mop Station est en effet livré dans un énorme carton contenant à la fois l’imposante station de lavage et l’indispensable robot 2-en-1 associé. Autant vous dire que notre coursier à vélo était bien chargé…

A l’ouverture, on reconnaît immédiatement la griffe Ecovacs. Tout est parfaitement ordonné et respire la qualité. Yeedi est digne de sa maison-mère et semble avoir une appétence toute particulière pour le design, comme en témoigne la partie supérieure recouverte d’une surface en verre très élégante.

« C’est beau, c’est propre, ça donne envie d’aller plus loin. »

Au centre, un discret bouton multifonction reprend le logo de la marque. Il permet de lancer le robot, évidemment, mais également de le mettre en pause ou de le renvoyer à sa station sans même avoir à ouvrir son smartphone. Car, bien entendu, ce robot est connecté comme nous le verrons plus bas.

Dénué de télémètre laser, il mesure 33 cm de diamètre pour environ 8 cm de haut. C’est bien moins que les 9.7 cm d’un Roborock S7.

Il répond en cela à une nouvelle tendance tendance à la compacité, avec soit des télémètres intégrés dans le corps de l’appareil comme nous avons pu le voir lors du test du 360 S10, soit des caméras 3D comme le fait depuis très longtemps iRobot sur ses Roomba. Cela permet d’abaisser considérablement la hauteur des appareils et de les rendre plus à même d’explorer tous les recoins de nos logements.

Navigation

Cette caméra va permettre au robot d’effectuer sa cartographie. Cet œil numérique est associé à un algorithme VSLAM (Visual Simultaneous Localization and Mapping) qui lui permet de constamment construire et améliorer sa cartographie tout en s’y localisant.

Rassurez-vous, il ne s’agit pas une caméra de vidéosurveillance, elle ne génère pas d’images nettes mais une sorte de matrice 3D de votre logement. C’est la même technologie que celle du iRobot Roomba i7, et nous verrons qu’à l’usage, elle est plutôt efficace. La plupart du temps en tout cas…

En effet, contrairement à une idée bien répandue, le LiDAR ne fait pas tout, un robot se repérant aussi grâce à de nombreux capteurs à infrarouges ou à ultrasons placés sous son pourtour et derrière ses pare-chocs.

Les premiers permettent au robot de détecter les vides ou encore de déterminer la nature des sols, les seconds à apprécier les distances et éviter les chocs tout en s’approchant d’eux au maximum.

Le Yeedi Mop Station présente d’ailleurs un capteur infrarouge pas si courant qui lui sert à détecter le type de sol sur lequel il évolue.

Comment? Tout simplement en mesurant la réfraction de la lumière. Chaque surface présentant des caractéristiques différentes, le robot en déduit s’il est bien sur un sol dur, auquel cas il se permet d’y passer la serpillière… Le cas échéant, il se contentera d’y jouer le rôle d’aspirateur.

Ce capteur peut également servir à évaluer la propreté du sol, ou plutôt la saleté. Si Yeedi ne nous a pas encore confirmé ce point, c’est en tout cas ce type de dispositif qu’utilisent les derniers Roomba pour détecter la présence de poussière…

Lavage et aspiration

Bien que la marque mette surtout l’accent sur les qualités de laveur de son appareil, le Yeedi Mop n’en est pas moins un aspirateur puissant puisqu’il développe jusqu’à 2500 Pa en mode max. Même si certains affichent désormais plus, c’est que l’on retrouve sur les meilleurs aspirateurs robots du moment. Un très bon point.

La collecte de la poussière est assurée par une brosse centrale plutôt compacte qui ne mesure que 14 cm de long. C’est moitié moins que les 28 cm de la brosse d’un Neato D8, mais gardons à l’esprit il s’agit d’un robot avant tout laveur et non d’un aspirateur pur.

Bénéficiant d’une conception en silicone, elle a d’ailleurs le mérite d’être plus facile d’entretien, ce qui lui permet de mieux récupérer les déchets humides, mais également de ne pas se bloquer avec des poils d’animaux… Bref, c’est l’idéal pour un laveur et l’option de plus en plus retenues par les fabricants ces derniers mois.

Une brossette latérale à trois branches permet de balayer le sol et de rabattre les saletés au centre de l’appareil. C’est tout à fait suffisant et ses longs poils seront capables de lécher les plinthes.

Le système de lavage des sols, situé à l’arrière, comprend plusieurs éléments :

  • Un bloc avec deux moteurs : ils prennent l’essentiel de l’espace, mais permettent aux serpillières de tourner à 180 tours/min. en imprimant une force de 10N, soit l’équivalent de ce que produit une masse de 10 kg sur Terre. C’est du jamais vu sur ce type d’appareil et nous verrons que cela fait une vraie différence…
  • Un réservoir d’eau de 200 mL : il est petit, mais il ne sert qu’à ajouter de l’eau pendant le nettoyage. Les serpillières étant déjà bien imbibées d’eau, il est suffisant pour couvrir des surfaces confortables, d’autant que le robot effectue plusieurs allers-retours à la station pour rincer ses lavettes et les ré-humecter.
  • Un petit bac à poussière vient enfin se loger derrière les moteurs. Là aussi, la contenance de 200 mL est faible, il faudra donc le vider régulièrement. Il est équipé d’un filtre HEPA et de joints permettant une bonne étanchéité. Sur le dessus du bac, Yeedi a eu la bonne idée de prévoir un emplacement pour une brossette d’entretien, cela permet de toujours l’avoir sous la main lors de son vidage.

Ce système va permettre de recevoir deux « tampons » circulaires qui se fixent très simplement sur le bac grâce des aimants.

Très différentes des traditionnelles lavettes microfibres, nous avons ici de véritables serpillières munies de « poils » et suffisamment épaisses pour mériter cette appellation. Yeedi en livre quatre au total. La différence est flagrante par rapport aux robots 2-en-1 que nous avions l’habitude de voir et nous laisse espérer de bien meilleures performances…

La station Yeedi Mop

Venons-en maintenant à ce que vous attendiez tous : la fameuse Yeedi Mop Station !

Difficile de la rater avec ses dimensions imposantes (30 cm de profondeur x 38.5 cm de large x 43 cm de haut). Oui, clairement, il faut lui réserver un espace important, d’autant que son empattement atteint les 40 cm de profondeur et que la marque recommande de lui laisser 50 cm de chaque côté… En pratique, nous n’avons pas relevé de difficultés particulières dans un espace plus exigu.

Ce volumineux format s’explique très vite lorsque l’on constate que la station renferme deux grands réservoirs de 3.5 litres chacun. L’un est destiné à contenir une réserve d’eau propre, l’autre à récupérer cette même eau une fois qu’elle aura servi à nettoyer les serpillières.

En effet, il s’agit d’une station de lavage automatique, un système d’entretien complet des serpillières qui va vous éviter d’avoir à nettoyer vous-même les tampons après chaque passage.

Contrairement à ce que nous escomptions au départ, la Yeedi Mop Station n’est pas en mesure de faire le plein d’eau et de vider le bac à poussière, il faut donc le faire manuellement.

Les 3.5L d’eau claire vont uniquement servir à nettoyer et humidifier les serpillières du robot, mais le système n’en reste pas moins intéressant…

Comment ça marche? C’est très simple et assez ingénieux…

  1. La station déverse de l’eau au fond de son bac,
  2. Le robot y nettoie ses lavettes en les faisant tourner, de petits picots permettant de bien désincruster les saletés,
  3. L’eau sale est pompée et aspirée dans le bac à eau sale,
  4. Si le cycle de nettoyage est terminé, un système de ventilation permet le séchage des serpillières afin d’éviter les mauvaises odeurs.
Le robot effectue plusieurs allers-retours à sa station au cours d’un cycle de nettoyage, cela lui permet d’avoir toujours des lavettes propres et suffisamment humides.

L’objet est vraiment bien conçu et renferme également un espace de stockage où nous retrouvons une brosse (non, ce n’est pas un balai à chiottes !) et des serpillières de rechange. Vous pouvez éventuellement y placer un flacon de produits d’entretien.

Reste à voir ce que cela donne en pratique…

Fiche technique

  • Marque : Yeedi
  • Modèle : Mop Station
  • Type : robot 2-en-1
  • Dimensions :
    • Robot : 33 x 33 x 9 cm
    • Station : 38 x 40 x 42 cm
  • Aspiration :
    • Puissance : 2500 Pa
    • Bac à poussière : 200 mL
  • Lavage :
    • Double moteur rotatif : 180 tr/min avec une force de 10N,
    • Réservoir d’eau : 200 mL
  • Station de lavage : réservoirs de 2 x 3,5 L
  • Modes de nettoyage : auto ou personnalisé (zones, pièces, barrières virtuelles, …)
  • Volume sonore : de 58 à 74 dB (sonomètre à 1 mètre)
  • Capteurs : caméra optique, anti-chute, anti-collision, détection des sols (durs/moquettes/tapis)
  • Station de lavage : nettoyage et séchage des serpillières
  • Connectivité : Wi-Fi 2.4 GHz
  • Application : Android / iOS
  • Assistants vocaux : Amazon Alexa, Google Home Assistant, yandex Alic

Un robot laveur facile à utiliser

Une excellente application

Comme à son habitude, la marque a déposé plusieurs QR Code sur le robot comme sur sa station afin de nous faciliter la vie. Ces derniers permettent de rapidement télécharger l’application Android ou iOS qu’il suffit ensuite de lancer.

Après avoir créé un compte, il ne reste plus qu’à sélectionner Yeedi Mop Station pour procéder à l’installation. Renseignez vos identifiants Wi-Fi (2.4 GHz nécessaire), appuyez sur le bouton de réinitialisation pendant une seconde, puis scannez le QR code avec la caméra du robot et c’est tout ! Le tour est joué !

L’installation est aussi rapide que facile, sans friction, bravo Yeedi !

 

L’application est une vraie réussite. Une grande attention a été portée à l’UX design, et cela se voit, l’expérience utilisateur est tout simplement l’une des meilleures du marché

Pas de menus à rallonge, tout se trouve facilement et rapidement en seulement trois mouvements.

Les principales options sont accessibles sur l’écran principal et un simple balayage vers le haut permet d’accéder aux fonctionnalités les plus essentielles : nombre de passages, puissance d’aspiration, débit d’eau, langage du robot et programmation.

Toujours placés en haut à droite, les fameux « trois petits points » permettent d’accéder aux paramètres avancés : changer le nom de l’appareil, consulter le journal de nettoyage, voir l’état d’usure des accessoires, ou encore effectuer les mises à jour.

La prise en main est très rapide et l’utilisation de l’application est un vrai plaisir. Reste à voir si ce robot est efficace…

« L’application Yeedi est une vraie réussite. »

Bonne nouvelle, ce robot est aussi pilotable à la voix ! A l’instar de ses petits-frères, la Yeedi Mop Station est compatible avec Amazon Alexa et Google Home ou encore l’assistante russe Alice de Yandex.

Un contrôle vocal pratique

Avec Amazon Alexa

Avec Alexa, il faut évidemment activer la skill Yeedi, puis lier vos comptes, sélectionner le robot, et enfin laisser Alexa le découvrir.

Il est bien reconnu en tant qu’aspirateur et deux options sont proposées :

  • charge = retour à la station de charge
  • delicates = nous n’avons aucune certitude sur ce mode qui, au moment de nos tests, lançait simplement le robot en mode nettoyage automatique.

La création de routines est possible et fonctionne bien, mais les fonctionnalités se résument encore à du marche / pause / retour à la station. On attend avec impatience la possibilité d’envoyer le robot dans une pièce particulière, comme chez iRobot par exemple…

À LIRE :
Commandes Alexa / Amazon Echo

Avec Google Assistant

Il faut ici aussi activer l’add-on Yeedi dans l’application Google Home en se rendant dans « + » puis « Configurer un appareil » et «  Fonctionne avec Google« . Ceci fait, renseignez vos identifiants Yeedi et, c’est bon, vous pouvez piloter votre robot à la voix avec l’Assistant.

Dîtes simplement :

  • « Ok Google, allume/ démarre Yeedi » ou le nom que vous lui aurez donné pour le lancer.
  • « Éteins [nom] » pour le mettre en pause.
  • « Renvoie [nom] à la base. »
  • « Hey Google, envoie [nom] nettoyer la cuisine » ou le nom d’une pièce enregistrée dans la cartographie

Une fois n’est pas coutume, Yeedi a soigné son intégration avec Google Home plus qu’avec Alexa puisqu’il est possible d’envoyer l’appareil à un endroit précis. Une fonctionnalité pourtant également offerte par Alexa… On attend la mise à jour !

À LIRE :
Commandes Google Assistant / Google Home

Yeedi Mop Station : un système efficace et autonome

Maintenant que nous avons fait le tour du propriétaire, nous allons vous livrer notre avis sur la Yeedi Mop Station après un stage de près d’un mois dans notre appartement.

Une cartographie plutôt précise

Doté d’une caméra, le robot se repère plutôt bien dans l’espace. Bien que lissée sur l’application (c’est plus joli !), sa cartographie est assez précise et ses déplacements sont relativement efficaces. Relativement, car s’il navigue sans mal vers la pièce désignée et retourne tout aussi facilement vers sa station, il oublie malheureusement parfois certaines zones sans que nous ne puissions nous l’expliquer.

En effet, bien qu’en aspiration, le robot se comporte tout à fait normalement et s’avère méthodique, ses déplacements deviennent parfois erratiques en mode lavage et nous n’avons d’ailleurs pas vraiment réussi à comprendre sa méthode.

Il semble découper chaque pièce en zones plus petites et les traiter de façon aléatoire, mais il lui arrive d’en oublier au gré de légers changements de configuration des lieux (une chaise déplacée, par exemple). C’est un peu dommage, mais probablement dû à notre modèle de test arrivé bien avant sa sortie officielle. La dernière mise à jour nous semble avoir un peu amélioré la chose, mais cela reste perfectible.

Par ailleurs, si ce Yeedi ne laisse qu’un ou deux centimètres de marge en mode aspirateur simple, il en garde bien trois à quatre en mode lavage. C’est un peu dommage, mais cela s’explique sans aucun doute par ses serpillères qui dépassent. En effet, en s’approchant trop près, il risquerait dès lors de les bloquer sous une plinthe ou encore sous une porte, ce qui n’est évidemment pas souhaitable.

Une aspiration très efficace

Niveau aspiration, bien qu’il s’agisse avant tout d’un laveur, nous avons été agréablement surpris par ses performances. Les 2500 Pa de dépression sont bien là et le Yeedi Mop est tout à fait efficace en la matière.

Capable de détecter les tapis et les moquettes, il y augmente automatiquement sa puissance d’aspiration et les évite s’il est équipé de ses serpillières. Un excellent point, qui peut s’avérer être un souci si votre robot doit traverser un tapis. Impossible de l’autoriser à le faire, il restera bloquer s’il ne trouve pas d’autre chemin. C’est un « défaut » que nous avions constaté sur les derniers Deebot d’Ecovacs et la parenté est bien là.

Nous avons particulièrement regretté la taille vraiment réduite de son bac à poussière. C’est franchement dommage car cela nécessite de le vider fréquemment, sa station n’ayant pas vocation à assurer cette tâche. Mais la marque nous avait prévenus : le Yeedi Mop est un laveur !

Un lavage à la serpillière enfin convaincant !

Sans surprise, ce Yeedi se différencie de ses congénères une fois qu’il a chaussé ses Mops. En effet, ses serpillières rotatives sont largement plus efficaces que les traditionnelles microfibres, même avec le système sonique du Roborock S7 ou la technologie Ozmo Pro de ses cousins Deebot. Oubliez aussi le médiocre Bissell SpinWave ou encore le trop lent Braava Jet M6 qui est pourtant un pur laveur.

Capable de faire tourner ses serpillières à 180 tours par minute en leur imprimant une force de 10N, le Yeedi Mop vient à bout de nombreuses tâches et aucune n’aura résisté à un double passage pendant nos tests. C’est le premier dans ce cas.

Par ailleurs, ses mouvements circulaires permettent de ne laisser aucune trace et ses trois niveaux de débit d’eau lui permettent de mouiller abondamment un sol, ce qu’aucun robot du marché ne fait véritablement et qui nous semble pourtant être une condition sine qua non à un lavage efficace sur une surface sale et/ou grasse.

C’est sans conteste le gros point fort de ce robot et nous n’en attendions pas moins, mais nous pouvons dire que, sur ce point, la mission est accomplie.

Le Yeedi Mop Station est avant tout un vrai laveur et, à ce jeu, aucun robot 2-en-1 ne lui arrive encore à la cheville !

Une station surprenante !

La plus grande originalité de ce robot tient néanmoins à sa station. La Yeedi Mop Station est une des innovations marquantes de l’année dans le secteur. C’est en effet, en Europe en tout cas, le premier et le seul appareil capable de laver seul ses serpillières ! Et, en plus, il le fait bien…

D’ailleurs, comme vous pouvez le constater, la couleur de l’eau témoigne aussi de son efficacité à laver… Certes, nous avions volontairement oublié de faire passer la serpillière à nos Roborock pendant une semaine afin de valider l’efficacité du Yeedi Mop, mais le résultat est sans équivoque. On vous laisse juge du résultat?

Trois boutons de contrôle sont présents : un pour le retour à la station, le central pour mettre en fonction ou pause le nettoyage du robot, le dernier étant dédié au système de séchage. Si ce dernier est plutôt discret, la Yeedi Mop Station développe néanmoins plus de 70 dB en mode lavage. Ce n’est pas décidément pas un appareil discret, mais on lui pardonne ce point tellement il est pratique !

A noter, le séchage dure jusqu’à 7 heures, ce qui nous paraît beaucoup, mais vous pouvez l’interrompre à tout moment. Bien qu’il ne soit pas des plus puissantes, une telle durée nous semble exagérée, d’autant que les serpillières étaient sèches bien avant…

Bruit et autonomie

Venons-en justement au bruit ! Équipé de deux moteurs de plus que ses congénères, cet aspirateur n’est évidemment pas le plus silencieux du marché.

En effet, nos mesures au sonomètre placé à 1 mètre ont révélées jusqu’à 76 dB en mode max+, un peu plus de 71 dB en mode max, une moyenne aux alentours de 64 dB en mode standard et un minimum de 58 dB en mode silencieux.

Cela place le Yeedi Mop Station dans la moyenne haute du secteur, mais son système à deux moteurs n’est finalement pas guère plus bruyant que celui de ses cousins avec Ozmo Pro ou que la serpillière vibrante et sonique du Roborock S7… Mais tellement plus efficace !

Niveau autonomie, là aussi le Yeedi Mop Station se situe dans la moyenne du secteur avec une batterie de 5200mAh et une autonomie annoncée de 180 minutes. Il faut bien évidemment garder à l’esprit que c’est en mode silencieux. Dans les faits, nous n’avons mesuré environ 150 minutes en mode normal et un peu moins de 120 minutes en mode Max. En mode Max+, l’autonomie chute encore, mais tout est évidemment fonction du mode utilisé. Bien entendu, le mode lavage et aspiration est plus consommateur que l’aspiration simple.

Conclusion

En résumé, le Yeedi Mop Station est tout simplement le meilleur robot laveur du marché ! Offrant enfin un lavage à la serpillière efficace, il est plus que convaincant dans cette pratique et augure d’un renouveau très attendu en matière de nettoyage des sols à l’eau. Sur ce point, il n’a clairement pas d’égal sur le marché à l’heure actuelle et met à mal tous ses concurrents, notamment les Braava d’iRobot.

D’un point de vue aspiration, il ne démérite pas non plus et s’avère suffisamment puissant pour effectuer un travail de qualité. Il nous a même surpris de ce point de vue car nous n’en attendions pas autant. Reste que les 200 mL de son bac à poussière sont vraiment trop justes et nécessitent un vidage presque quotidien, une habitude que nous avions perdue à force d’utiliser des robots à station de vidage automatique.

La station de lavage automatique est judicieuse, mais est-elle préférable à une station de vidage automatique « classique »? C’est à vous de voir en fonction de vos priorités et de la nature de vos sols. En effet, si votre sol est majoritairement en carrelage ou stratifié et que vous avez horreur de passer la serpillière, le Yeedi Mop Station est peut-être bien l’appareil qu’il vous faut. Si, au contraire, votre logement fait la part belle au parquet comme chez nous, alors l’intérêt est moins évident et vous lui préférerez sûrement un robot avec station comme on en voit désormais beaucoup.

L’idéal serait donc d’avoir deux appareils : une Mop Station et une Vac Station ! Là, nous aurions le parfait combo… Mais, au-delà de la considération financière, la place nécessaire à un tel dispositif devient quelque peu problématique pour bien des utilisateurs…

Quoi qu’il en soit, avec son Yeedi Mop Station, la marque chinoise bouscule le marché et rend une excellente copie. Imparfaite, certes, mais tellement prometteuse que nous recommandons chaleureusement cette nouveauté à tous ceux à la recherche d’un robot laveur. A moins qu’il ne faille attendre encore un an ou deux pour voir arriver le robot de nos rêves?

Le robot laveur Yeedi Mop Station est disponible au prix de 729.98€ sur AliExpress. Un tarif plutôt raisonnable au regard des fonctionnalités très innovantes proposées.
Fasciné par Alexa depuis le jour où je l'ai reçue en bêta test, je me suis peu à peu passionné pour le sujet, avant de me décider à aller plus loin en créant un site avec Jean-Christophe. Une activité qui me permet d'étancher ma soif de nouvelles technologies et de partager mes découvertes sur la plus sympathique des communautés : Les Alexiens.