Test SwitchBot : il appuie pour vous sur un bouton !

Le robot qui appuie sur n'importe quel bouton !

SwitchBot - Bouton connecté

SWITCHBOT - BOUTON CONNECTÉ BLUETOOTH BLANC (COMPATIBLE JEEDOM)

Prix au : 20 octobre 2021 11 h 15 min

Nous nous intéressons régulièrement aux interrupteurs connectés. Mais ce n’est pas simple avec ce fichu 3ème fil dit neutre ! Il reste donc l’ampoule connectée, qui est une très bonne option car les interrupteurs ne permettront pas les changements de couleurs, les scènes élaborées, ou autre… Mais en y réfléchissant, si on souhaite mettre un interrupteur connecté, c’est justement car il n’est pas possible de mettre des ampoules connectées et cela pour plusieurs raisons : trop cher, trop nombreuses ou encore inexistantes dans les références souhaitées. Alors comment faire ? Pas d’ampoule, pas de neutre, pas envie de se mettre à l’électricité… Les Alexiens vous ont trouvé une solution avec le SwitchBot !

Mais qu’est-ce qu’un SwitchBot ? Comme le nom l’indique, pour ceux familiers avec la langue de Shakespeare, c’est un interrupteur (switch) robotisé (Bot). Le principe est d’ailleurs très ingénieux : vous venez mettre en place votre boitier à proximité immédiate de la bascule ou du poussoir de votre interrupteur. Le SwitchBot viendra, à la demande, appuyer sur votre interrupteur pour le basculer dans une position, avec un petit bras mécanique, ou au contraire l’en éloigner pour le remettre dans sa position initiale, toujours avec le bras mais avec l’aide d’un système de fil. Le fil étant rattaché à la bascule de l’interrupteur via un double face, en remontant, le bras va tirer sur le fil tirant sur l’adhésif amenant la bascule avec lui. En cas de poussoir revenant seul en place, le bras simple est suffisant. Il viendra faire une pression pour allumer et une pression pour éteindre. Donc un seul boitier est nécessaire pour éteindre et allumer les types d’interrupteurs les plus courants. Mais le Bot peut aussi se mettre sur une cafetière à boutons pressions ou une tour de PC par exemple.

Le SwitchBot est un produit de la société Wonderlabs. Cette entreprise est spécialisée dans la création de produits dédiées à la maison connectée. Le SwitchBot est leur produits phare, avec le Hub associé.  Le Bot a été créé en 2015 et lancé fin 2016 pour une mise en vente en 2017. Les produits sont fabriqué à Shenzhen, en Chine, sous leur responsabilité.

SwitchBot : un interrupteur … robotisé !

Le bouton connecté SwitchBot est livré dans un packaging rouge et blanc. Qualitatif et très bien imagé, il est assez épais et protège relativement bien les appareils qui est également mis en valeur à travers une fenêtre cachée par un rabat. Avoir une vue sur les produits, c’est assez rare et bien vu.

Le ton est tout de suite donné : le SwitchBot est compatible Alexa et Google Home, mais aussi IFTTT… Un petit schéma explique le principe et donne quelques exemples d’utilisation… La première impression est très bonne : ça respire la qualité. Mais ne nous laissons pas influencer.

Dans la boite, nous trouvons notre boitier SwitchBot, une notice en anglais et japonais (assez succincte dans les deux langues), un double-face d’avance pour coller votre boitier (un est déjà en place) et deux addons (les petits liens utilisés pour la fonction on-off). Le bouton connecté est en plastique blanc ou noir, relativement qualitatif et solide.

Niveau encombrement, le boitier est un rectangle de 4,2 x 3,7 cm et 2,4 cm d’épaisseur pour 40 grammes seulement. Le petit bras motorisé est dans la partie supérieur du boitier. Il fonctionne à pile CR2 incluse (il est nécessaire d’enlever la protection à la première utilisation) donnée pour 600 jours.

La mise en place est relativement simple. Il y a deux modes d’utilisation : en poussoir simple et en on/off. Dans les deux cas, la place à laquelle coller le boitier est identique. Il faut le mettre suffisamment proche du poussoir ou de la bascule pour que le bras vienne appuyer fermement dessus. Pour le mettre en on / off, il va falloir venir accrocher le « add-on » en le passant dans l’encoche en bout du bras et en collant l’autre extrémité sur le haut de la bascule. Et là… vous vous rendrez compte que la taille du boitier n’est pas tout à fait adaptée à nos interrupteurs français.

En effet, il est fait avant tout pour des interrupteurs de type UK ou asiatiques, avec un petit poussoir ou une petite bascule et donc beaucoup plus de place sur le cache pour venir l’y coller. Dans notre cas, il ne sera possible de coller que la moitié du boitier sur le cache… Mais malgré tout, c’est suffisant pour qu’il soit stable et ancré. Un boitier plus petit ou un bras plus long (pour coller le boitier à côté du cache et non à cheval dessus) serait un plus pour une version tout à fait adaptée à la France.

SwitchBot : un interrupteur … Bluetooth

Le boitier va s’utiliser avec l’application SwitchBot fonctionnant sur Android et IOS. L’appariement est extrêmement simple et rapide.

Voici le mode opératoire avec l’aide leur petite mascotte !

Une fois le courriel et votre mot de passe entrés, vous allez recevoir un mot de passe qu’il vous faudra saisir dans la zone confirmation code. Faîtes bien attention à activer votre Bluetooth, car une fois ce code entré, l’appairage est instantané. Votre boitier apparaît tout de suite. Il va falloir le renommer.

Dans l’état actuel des choses, votre SwitchBot est utilisable en fonction poussoir. Pour le mettre en fonction on/off, il faut entrer dans les paramètres et activer « Use light switch add-on ». Grâce à cela, deux boutons ON et OFF sont apparus dans l’application. En fonction de l’endroit où vous avez collé votre boitier, il est possible de devoir inverser le ON et le OFF, d’où le bouton inverse disponible dans les paramètres.

Et voilà ! Votre boitier est appairé avec votre téléphone ! En appuyant sur les icônes du Bot et en étant à proximité, vous pourrez ainsi allumer et éteindre votre pièce ! … Hein ? Quoi ? C’est du Bluetooth et ça n’est pas suffisant pour vous ? Ah ben oui, c’est vrai ! En avant pour le fonctionnement en mode Wi-Fi !!

SwitchBot Hub : une télécommande universelle en plus !

Pour utiliser le SwitchBot en mode Wi-Fi, il est nécessaire de faire l’acquisition d’un autre élément : le SwitchBot Hub. C’est en effet ce dernier qui va transformer la commande Wi-Fi en commande Bluetooth pour le Bot. Ici, nous avions réalisé le test avec Hub Plus qui n’est plus commercialisé, mais vous pouvez évidemment faire de même avec le SwitchBot Hub Mini testé ici.

Les hubs SwitchBot sont également télécommande universelle IR pouvant faire fonctionner les TV, chaines Hi-Fi, climatiseurs… Ah, vous voulez sûrement savoir comment se servir du hub pour remplacer vos télécommandes ?

OK… Voici le tuto pour une TV :

  • appuyez sur le petit IR (dans le nuage), add appliance
  • sélectionnez le type d’appareil souhaité. La fonction smart va consister à appuyer sur l’un des boutons de la télécommande jusqu’à ce que le hub plus passe au vert. Si cela ne fonctionne pas, il y a deux autres modes spécifiques pour vous aider : choix avec une marque ou un mode manuel.

De là, l’application va vous proposer plusieurs configurations que vous testerez afin de trouver celle qui fonctionne le mieux (en appuyant sur suivant ou précédent). Attention, car en fonction de votre matériel, le hub doit être placé assez proche ou dans l’alignement pour que le faisceau IR le frappe bien et fonctionne. Cela n’est pas dû à l’appareil en lui-même, mais à sa sensibilité (vous vous en rendez compte avec votre télécommande standard si vous devez ou non viser précisément pour changer les chaines ou augmenter le son).

 

SwitchBot : un robot interrupteur compatible Alexa et Google Home !

Maintenant que nous avons vu comment mettre en place le boitier et comment le connecter au Wi-Fi via le Hub, voyons comment l’utiliser avec nos assistants vocaux.

Avec Amazon Alexa

Pour Amazon Alexa, il vous faut activer la skill SwitchBot Smart puis faire découvrir le boitier de la même façon qu’une prise ou encore une ampoule connectée… Mais attention, avant cela, il vous faut aller dans les paramètres du Bot pour lui donner l’instruction de se mettre en phase avec Alexa ainsi que choisir « Hub » au niveau de Cloud Service. Ainsi, tout passera par le Hub qui communiquera directement avec Alexa.

 

Ensuite, la façon de faire est identique à tous les autres appariements. Il faut activer la Skill, renseigner votre nom d’utilisateurs et votre mot de passe puis valider.

À la suite de la confirmation d’association du compte, fermez la fenêtre et laissez Alexa rechercher les nouveaux appareils.

 

 

A partir de là, vous pouvez utiliser votre assistante vocale pour piloter à la voix votre SwitchBot, mais aussi les appareils reliés au Hub (télé dans notre cas). En fonction de votre réseau, vous pouvez avoir une à trois secondes de latence. Voici des exemples de demandes :

  • « Alexa, allume (ou éteins) la salle de bain (nom du Bot dans notre cas) »,
  • «  baisse (ou augmente) le son (ou le volume) de la télé ». Cela va faire varier le volume d’une unité.
  • « éteins (ou allume) la télé ». Cela va mettre en veille votre appareil.

Pour Google Home, la procédure est peu ou prou la même et il vous faut vous rendre dans “+” puis “Configurer un appareil” puis “Fonctionne avec Google”. Là, recherchez SwitchBot et liez vos comptes.

Il existe malgré tout de petits problèmes ou des incohérences avec l’application qui n’est pas toujours très simple de compréhension. Si votre Hub se déconnecte d’internet, pensez à bien mettre le bouton arrière sur ON pour qu’il se reconnecte seul, sinon ce n’est pas possible. Mais s’il est en ON, il restera illuminé en permanence (mais il se reconnectera seul également). Avec l’utilisation via Alexa, pas de souci particulier, mais avec l’application, il est parfois nécessaire d’allumer un Bot déjà en ON pour pouvoir l’éteindre. Il n’est possible de rentrer dans les paramètres du Hub et Bot qu’en mode Bluetooth et non en mode Wi-Fi. Il faut donc faire passer le Hub en ON (mode appairage) pour y avoir accès et activer son Bluetooth… Suivant la demande faite à Alexa, pour la fonction Hub en particulier, elle peut vous répondre que le micrologiciel est obsolète et qu’une mise à jour est nécessaire. Mais celle-ci n’est pas présente. L’application et le lien avec le hub pourrait donc être facilités mais des mises à jour semblent être en déploiement.

Avec Google Home

Pour Google Home, la procédure est peu ou prou la même et il vous faut vous rendre dans “+” puis “Configurer un appareil” puis “Fonctionne avec Google”. Là, recherchez SwitchBot et liez vos comptes.

En conclusion, le SwitchBot est un produit très malin permettant de contourner l’installation d’un interrupteur connecté ou d’appuyer sur n’importe quel bouton non connectable. L’installation de l’ensemble est simplissime et tout fonctionne bien. Ce produit est donc une très bonne idée. On peut éventuellement lui reprocher sa taille et son encombrement, mais surtout l’utilisation obligatoire avec un Hub qui en augmente le prix. Cependant, si au lancement du produit ce hub était très limité, il peut désormais être utilisé avec d’autres appareils tels que les SwitchBot Curtain, le thermomètre connectée SwitchBot ou les nouveaux produits de sécurité annoncés récemment (voir ci-dessous). Si, à l’époque de la première publication de ce test, l’intérêt était vraiment limité, il se justifie aujourd’hui bien plus si vous êtes adepte des objets connectés de la marque. Bref, après plus de deux ans d’utilisation, nous vous le recommandons toujours chaudement !
À LIRE :
SwitchBot dévoile deux nouveautés pour la sécurité

https://www.youtube.com/watch?v=Q_3f6OC9p0s

SwitchBot + SwitchBot Hub Plus

25€ + 45€
7.4

Installation

9.0/10

Design

8.0/10

Fonctionnalité

8.0/10

Application

5.0/10

Qualité/Prix

7.0/10

Les plus

  • Installation très simple
  • Solution originale pour automatiser des interrupteurs
  • Le Hub Plus ayant de multiples fonctions en cours de déploiement.

Les moins

  • Le prix de l’ensemble car un hub est nécessaire même pour seulement piloter les Bot
  • L’application qui présente des incohérences
Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !