Dossiers et comparatifs domotiqueTutoriels domotique

Volets connectés : 5 points à prendre en compte

Les 5 choses à vérifier avant d'acheter et installer des interrupteurs connectés pour volets roulants

Intéressons-nous à l’un des appareils connectés qui donne l’eau à la bouche à toutes personnes ayant des volets roulants ou des stores banne électriques : un interrupteur pour volets connectés ! Mais contrairement aux ampoules ou aux prises, il va falloir mettre les mains dans le cambouis. Des précautions sont non seulement à prendre pour les choisir mais également pour les installer. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’électricité, demandez à un professionnel… ou à votre conjoint si vous avez une bonne assurance vie. Ne pouvant pas l’installer pour vous, nous vous présentons les 5 choses à prendre en compte pour votre achat.

1 – Volets à radiofréquence ou à interrupteur standard ? Combien de fils ?

Première question à se poser et non des moindres : est-ce que vous utilisez une télécommande avec votre volet actuel ? Si c’est le cas, sachez que vous ne pourrez pas passer par la case interrupteur connecté. Il vous faudra partir sur une « télécommande universelle multi sources » comme le Broadlink RM Pro+ qui gère à la fois les RF, le Wi-Fi et le Bluetooth ou encore le SwitchBot Hub Mini. Au final, dans ce type de cas, vous n’aurez pas à changer les interrupteurs en place, installez juste une télécommande universelle et c’est réglé.

Si vous n’avez pas de volet avec télécommande, ça sent bon… à la condition d’avoir 3 fils (ou 4 avec le fil de terre).

Il faut en effet s’assurer que vous avez :

  • Volet :
    • Neutre
    • Retour de phase 1
    • Retour de phase 2
    • Fil de terre éventuel
  • Réseau :
    • Phase
    • Neutre
    • Fil de terre éventuel

Si vous n’avez qu’un seul retour de phase venant du volet, ça ne sera pas possible.

2 – Regardez le type de contact et l’arrière de l’interrupteur

Il existe deux types de contacts sur les interrupteurs tactiles (la quasi-totalité des interrupteurs du marché) :

  • par ressorts, les plus répandus car moins chers mais ils peuvent présenter deux inconvénients :
    • S’ils sont trop longs, le contact va se faire de façon plus ou moins aléatoire et vos volets resteront ouverts ou fermés en cas de contact permanent. D’où des difficultés de pilotages ou des volets qui s’ouvrent et se ferment seuls, mais sans intervention paranormale.
    • Avec le temps, ils peuvent se détendre et on retrouve les problèmes susmentionnés.
  • par pavés capacitifs, les ressorts sont remplacés par des pavés capacitifs qui vont fonctionner comme des « interrupteurs » dès qu’ils sont touchés. Avec ce type de système, pas de problème d’ouverture et de fermeture intempestive des volets mais :
    • Attention à bien mettre la façade car si elle est un peu décalée, le contact se fera en permanence.
    • Comme tout système électronique, on ne sait pas trop ce que ça donne en vieillissant.

Regardez également l’arrière de l’interrupteur, il est important que le bornage des fils électriques soit assez dégagé et les plots bien obturés afin que vos fils de cuivre ne viennent pas toucher leurs petits copains ou le circuit imprimé. Nous avons eu un cas de plots trop profonds et non obstrués ayant conduit au fait que l’interrupteur a cramé (car les fils se sont touchés ou ont touché le circuit).

Si vous pouvez également privilégier des plots éloignés pour la phase et le neutre du circuit, c’est mieux, même s’il ne devrait pas y avoir de problème si le bornage est bien fait.

3 – Regardez la puissance de votre moteur

On ne regarde jamais cela, ou presque jamais, mais il faut cependant faire attention à ce que l’interrupteur puisse bien prendre en charge la puissance du moteur de votre volet. Plus les volets sont gros et plus les moteurs sont puissants. Il est donc nécessaire de choisir un interrupteur qui ne va pas flancher et permettre de supporter la mise en charge du moteur et l’utilisation.

La plupart des interrupteurs sont annoncés pour une puissance ou capacité de charge entre 500 et 600W. Mais certains, les moins chers, sont à peine à 300W. Cela peut aller pour de petits volets mais attention pour ceux de grosses baies vitrées. Cela est en général au prorata du prix, mais pas toujours.

Vous pouvez être tenté par de petits modules se mettant derrière vos interrupteurs, mais sachez que leur puissance est souvent relativement faible.

4 – Le type de connectivité à internet

Comme pour tous les objets connectés, vous allez trouver deux types de connectivités :

  • Des volets connectés en Wi-Fi : comment les choisir ?Le Wi-Fi : les interrupteurs connectés pour volets roulants actuels fonctionnent en Wi-Fi pour la quasi-totalité, en 2,4 GHz seulement. Attention donc lors de l’installation à bien vous connecter sur cette fréquence si votre box est à la fois 2,4 et 5 GHz. On les apparie généralement en appuyant sur l’un des boutons de l’interrupteur pendant 10 à 20 secondes en fonction des marques. Mais tout comme les ampoules et les prises, le réseau Wi-Fi peut se trouver vite saturé. Vous serez donc peut être amener à investir dans des Wi-Fi Mesh ou réseau de maillage Wi-Fi pour essayer de regagner en débit disponible.

 

  • Connecter ses volets roulants en ZigBeeLe protocole ZigBee : il vous faut pour ça un hub dédié qui va se connecter au réseau et va prendre en charge lui-même la connexion des appareils ZigBee. En revanche, il n’existe que très peu de références d’interrupteur pour volets roulants en ZigBee et elles sont souvent très chères (Legrand par exemple). Il existe également des micromodules,  Mais parions que cela va se démocratiser comme les prises et les ampoules connectées.

5 – L’application pour la contrôler

Comme pour tous les objets connectés, nous vous invitons à utiliser au maximum une application de pilotage polyvalente et avec une skill Alexa ou action Google existante en France. La très grande majorité de ces interrupteurs fonctionnent avec Smart Life et sont donc compatibles avec les deux principaux assistants vocaux du marché. Ils vont s’installer plus ou moins comme des ampoules connectées. Mais le gros avantage, c’est que vous pourrez créer des scenarii comme par exemple faire fermer les volets avec le coucher du soleil, l’inverse le matin, faire un groupe pour ouvrir ou fermer tous les volets d’un coup. Certaines marques ont leur propre application, mais remplaçable par Smart Life. Pour certains modèles, il sera possible d’éteindre les LED de l’interrupteur comme sur le Konyks Vollo Max.

Pour le peu d’interrupteurs ZigBee qui existent, il faudra passer par l’application du fabricant. Mais dans tous les cas, pour vous en servir avec Alexa ou Google Home, regardez si la skill ou action existe en France.

Vous avez maintenant toutes les clefs en main pour choisir votre interrupteur connecté pour rendre docile votre volet roulant ou votre store banne. Nous vous renvoyons vers nos différents tests pour vous aider dans votre choix mais attention, ce type de branchements doit se faire avec des précautions qu’il vous faudra respecter. Nous ne voudrions pas perdre un lecteur ou une lectrice… Disons qu’on ne peut pas encore se le permettre.

Quel interrupteur Wi-Fi pour volet connecté choisir?

Maintenant que vous savez tout, vous cherchez probablement le meilleur interrupteur connecté pour vos volets roulants, voici donc quelques modèles de confiance qui ont soit fait leurs preuves lors de nos tests, soit auprès des membres de notre communauté. Vous pouvez les prendre les yeux fermés !

Tags
Afficher plus

Jean-Christophe

Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !

5 commentaires

  1. …. Et si mes volets sont manuels, existe-t-ol une solution (idéalement sur batterie) pour remplacer le mécanisme d’entraînement manuel par un moteur électrique ?

    1. Si les volets roulants manuels sont en bon état (tablier et coulisses), il est tout à fait possible de les motoriser : il faut sortir le tablier pour retirer ensuite le tube. Puis on insert le moteur dans le tube. Pour garder les fixations du tube à ses extrémités, il faudra sûrement changer aussi le tube (pour un plus long) mais ça ne coûte pas cher.
      Et on refixe le tablier sur le tube.
      Et pour ne pas faire de raccordement électrique, il y a des volets roulants avec un petit panneau photovoltaïque : voir chez Somfy par exemple.

  2. Bonjour, vu la fraicheur de votre article, vous ne parlez pas du potentiel arrêt de gestion des appareils pour lesquels la connectivité s’assure avec tuya smartlife?

    1. Bonjour,
      Sachant que Tuya est le premier service cloud d’objets connectés au monde, nous ne sommes pas trop inquiets sur la question pour l’instant… 🙂
      Par ailleurs, il faut savoir ce qu’on veut aussi : payer peu cher et utiliser le Wi-Fi avec une forte dépendance au cloud, ou se tourner vers d’autres protocoles plus solides (ZigBee par exemple) et gérer sa domotique en local avec Home Assistant dont nous parlons largement aussi. 🙂

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer