[TEST] Shark IQ Robot : un robot aspirateur très simple ou simpliste ?

Notre avis sur le robot aspirateur connecté IQ Shark

Shark IQ Robot

Aspirateur robot Shark IQ avec système d'autovidage [RV1000SEU]

Prix au : 21 juin 2021 23 h 30 min

Les aspirateurs robots avec collecteur automatique de poussière sont en passe de devenir la norme. Il en sort toutes les semaines et vous avez pu voir nos tests du Ultenic T10, du Proscenic M8 Pro… Tous les acteurs du secteur électroménager veulent le leur, même ceux qui ne sont pas initialement spécialisés sur ce type de produit. C’est le cas de Shark, bien connu pour la qualité de ses aspirateurs standards ou sans fils, qui nous propose aujourd'hui son Shark IQ Robot, nom de code RV1000SEU.

Ce dernier est vendu au prix de 499,99 € en ligne et propose une base / collecteur de poussière, une navigation par caméra, gestion de carte, adapté à tous les sols et gérant bien les poils d’animaux, il est d’une utilisation très simple. Mais pour le prix, en avons-nous pour notre argent ?

Shark IQ Robot : unboxing et présentation

La marque allemande a montré son savoir faire depuis de nombreuses années grâce à ses aspirateurs balais, sans fil, à main, laveur vapeur… Nous avions d’ailleurs testé leur Shark Wandvac qui était plutôt réussi. Shark mise avant tout sur la qualité de ses produits et veut être fidèle à sa Deutsche Qualität !

Le Shark IQ Robot est livré dans un cartons de 49,5 x 41,5 x 26,5 cm et plus de 8,62 Kg. Il est assez bien imagé avec une photo du produit, l’illustration de chaque caractéristique remarquable comme le fonctionnement en U, l’utilisation sur tous types de sols, le système Anti Hair Wrap, la gestion de carte… D’autres informations sont disponibles sur les côtés comme l’autonomie… Bref, il est assez avenant mais à la limite du kitch.

Tous les différents éléments sont emballés dans des sachets en papier recyclés et des intercalaires en cellulose elle-aussi recyclée. Les capteurs IR sont protégés quant à eux avec du papier glacé recyclable. Nous sommes donc sur un vrai emballage éco-friendly.

L’aspirateur Shark IQ Robot est de couleur noire, en plastique de type ABS et d’une forme assez particulière. Il est en effet bombé sur la partie avant, celle avec la façade I.R. qui prend en fait la moitié de sa périphérie. Cette dernière est malgré tout protégé par une bande en silicone, qui a tendance à prendre la poussière.

Ses dimensions sont un peu plus compactes que celles des concurrents avec ses 32 cm de diamètre et ses 9 cm de hauteur et il pèse 2,88 Kg. Cela peut s’expliquer par le fait que ce robot ne fait pas laveur, mais seulement aspirateur.

La façade avant du robot est constitué d’un bumper en demi-cercle. Il comporte une bande de protection en matière siliconé comme annoncé précédemment. Il comporte 2 capteurs différents :

  • Un capteur frontal infra-rouge anticollision,
  • Un capteur de pression qui s’activera si le robot heurte un objet.

Cependant, nous verrons lors de ce test que ces derniers ne fonctionnent pas exceptionnellement bien et que le robot à tendance à foncer dans tout ce qui se trouve sur son chemin.

Contrairement à ce qu’il se fait de plus en plus, le Shark IQ Robot n’est pas équipé d’un Lidar mais d’un capteur consistant en une caméra optique à ultra grand angle. Cette dernière ne filmera pas à proprement parler, mais permettra de « scanner » vos pièces afin de retranscrire cela sous forme d’une carte dans l’application maison, Shark Clean. C’est la technologie qui est notamment utilisée sur le iRobot Roomba i7. Cependant, il est nécessaire d’avoir une bonne luminosité pour que votre aspirateur se repère et cartographie comme il faut.
Pour permettre une meilleur utilisation, la marque a créé son système Navigation IQ Shark. Grâce à lui, votre robot ne se perdra pas et retournera sans problème à sa base.

De part et d’autre de la caméra, il y a deux boutons.

Le bouton « Dock » va servir à :

  • Faire retourner le robot à la base quand il nettoie,
  • Si vous appuyez dessus 15 secondes, vous activez le mode « vidanger & reprendre ». Toutes les 30 minutes, le robot ira à sa base vidanger son bac à poussière et reprendra le nettoyage.

Le bouton « Clean » va permettre :

  • Lancer un cycle de nettoyage avec un appui bref.
  • Mettre le nettoyage en pause et le reprendre quand il est en fonctionnement
  • Si vous appuyez dessus 15 secondes, vous activez le mode « recharger & reprendre ». Le robot ira à sa base se recharger et reprendra le nettoyage une fois à 100%. Par défaut, l’option est activée.

Pour faire entrer le robot en mode appairage, vous n’aurez qu’à appuyer sur les boutons Dock et Clean pendant 5 secondes. Il y a également des LED pour indiquer l’état de charge de la batterie, les erreurs possibles et la connectivité Wi-Fi du robot.

 

Le dessous du robot est à la fois standard et en même temps plein de bonnes surprises. Nous retrouvons bien entendu deux pneus montés sur un système d’amortis lui permettant de gérer des dénivelés de 2,5 cm au maximum. Suffisant pour faire les raccords entre parquet et carrelage par exemple, ou les pas de portes.

Il y a également deux brossettes latérales, mais ce sont des pinceaux simples. A l’utilisation, elles s’avèrent assez pratique pour deux raisons : elles nettoient bien et elles ne tournent pas trop vite, ce qui fait que la poussière ne va pas être expulsée dans tous les sens.

Vous remarquerez également la roulette 360° sur l’avant, entre les deux brossettes. Vous avez également 4 capteurs de vide / détection de sol qui serviront à ce que le robot ne tombe en haut des marches par exemple. Les plots de chargement sont situés à l’arrière, de part et d’autre du bac à poussière.

Il y a bien entendu la brosse principale, situé en plein milieu du robot. Elle fait 14 cm de large, donc dans la moyenne basse pour ce type d’accessoires. Cette dernière est protégée par une grille grossière pour éviter d’aspirer des grosses pièces et de bloquer l’entrée d’air et la brosse principale

 

La brosse de Shark est dotée d’un design particulier : Anti Hair Wrap, ou anti-enroulement de poils / cheveux. C’est une technologie qui passe par une forme très spécifique et l’utilisation de poils souple et de tissus plastifié (en jaune) mais aussi par un peigne placé à l’intérieur du logement de la brosse. Ce dernier viendra retirer les poils enroulés autour de la brosse et les faire aspirer. Et autant le dire tout de suite, ça fonctionne très bien !

Au niveau des bonnes surprise, la marque a doté le dessous de son robot de plusieurs bandes de fibres afin de nettoyer à la fois le sol pour une meilleure aspiration mais aussi pour éviter d’obstruer les brossettes et les capteurs.

Le bac à poussière se retire très facilement. Mais nous devrions dire « mini bac à poussière » … En effet, ridicule est plus le mot qui vient à l’esprit et nous comprenons pourquoi, avec ses à peine 100 ml, Shark a mis une option pour le vidanger toutes les 30 minutes…

Il est bien entendu doté d’un préfiltre en maillage plastique et un filtre HEPA. L’ensemble s’enlève complètement pour se laver à l’eau claire.

Ce filtre HEPA, retenant 99,97 % des particules de plus de 0,3 µm, est fournie en un seul exemplaire.

Avant de passer à la base collectrice, regardons les accessoires fournis avec le robot. Ça va être vite vu, il n’y a presque rien…

Vous aurez deux brossettes latérale de rechange. Vous viendrez les clipser très facilement en cas de besoin de changement.

Vous avez également une bande magnétique de 2,5 m (ça change de ceux qui mettent 1 m à tout casser). Mais… Cela veut dire que l’application ne prendra pas en charge les zones virtuelles interdites ? On y reviendra.

Vous aurez aussi un tapis à venir placer votre aspirateur et votre base. C’est sympa et ça évite de salir le sol en dessous.

Et… c’est tout. Oui, on vous l’avait dit, c’est un peu chiche.

Passons maintenant à l’accessoire principal : la base de chargement faisant également office de collecteur automatique de poussière. C’est vraiment pratique. Après le nettoyage et toutes les 30 min, votre robot viendra s’y ancrer et elle se mettra automatiquement en marche. Elle va fonctionner sans sac. Avantage ou inconvénient, à vous de choisir… Mais la marque a mis le paquet sur les filtres divers et variés pour éviter d’avoir de la poussière partout.

Le bac collecteur est annoncé pour stocker un mois de poussière. Il s’enlève très facilement grâce à un bouton sur la gauche du collecteur. L’ouverture se fait en appuyant sur un clip gris qui va faire tomber le bac du bac. Il est doté d’un filtre inox au niveau de la sortie d’air.

Elle fait 30 x 29 x 11,5 cm pour 2,7 Kg ce qui en fait une des plus compact que nous ayons testé. Au niveau sonore, le collecteur affiche 74 dB lors de la vidange. C’est bruyant, mais pas plus qu’un aspirateur de base.

 

 

Comme il n’y a pas de sac pour collecter la poussière, Shark a mis des filtres partout. Vous avez un filtre HEPA et une éponge en aval du moteur, un filtre mousse cylindrique et une éponge en amont. Tous se lavent à l’eau et clairement, après quelques jours d’utilisation, ils sont bien chargés.

La base possède également deux affichages lumineux. L’un pour indiquer qu’elle est sous-alimentation et le second pour informer de la charge du robot. Pour une meilleure utilisation, il est demandé de la placer en la collant au mur environ et de laisser libre 1 m de chaque côté et 1,5 m sur l’avant pour que le robot puisse se repérer sans difficulté.

Cette première prise en main du robot souffle le chaud et le froid. Nous sommes en effet assez conquis par la station de vidange mais également par le système anti Hair Wrap ou la qualité même du robot qui semble excellente. Mais force est de constater qu’il y a peu d’accessoires, qu’il ne fait que nettoyer et ne lave pas, que la multitude des filtres va faire augmenter drastiquement le prix à l’utilisation quand il faudra les changer. De plus, vu la nécessité de revenir régulièrement à la base à cause d’un bac à poussière ridicule, l’autonomie semble assez compromise.

 Caractéristiques techniques

Nom de la marque : SHARK NINJA
Modèle : RV1000SEU – Shark IQ Robot
Origine : Chine / Allemagne
Puissance d'aspiration : N.C.
Réservoir :

  • Eau : N.A.
  • Poussière : 100 ml estimé.

Puissance variable : oui, éco, normal et max.
Débit d’eau variable : N.A.
Dimensions en mm : 320 x 320 x 90
Poids : 2,88 kg
Fonctions : Aspiration
Nettoyage :

  • nettoyage simple. Force d’aspiration modifiable en cours de nettoyage.
  • nettoyage de pièces une fois la cartographie faite.

Surface : NC.
Zone de non-nettoyage : oui, via l’application. Forme carrée ou rectangulaire.
Reprise du nettoyage depuis le point d'arrêt du dernier nettoyage : Oui
Carte virtuelle : oui.
Type de filtre : HEPA
Turbo Brush : Non.
Navigation : par caméra optique, I.R et pare-chocs.
Mise à niveau distante : Oui, OTA
Moteur Brushless : N.C.
Planification du nettoyage : Oui
Autonomie : 90 min maximum en nettoyage.
Durée de chargement : Entre 4 et 6 heures
Batterie : Batterie Lithium-ion de 2800MAH
Fonctionnement à la voix : oui, avec Alexa et Google Assistant, mais pas encore disponible en France.
Application : Shark Clean
Bruit : 64 dB en mode nettoyage et 74 dB pour la vidange.
Station de charge : station avec contacteurs bas, faisant office de collecteur automatique de poussière.
Dimensions du collecteur en mm : 290 x300 x115
Poids du collecteur : 2,7 Kg
Puissance du collecteur : N.C.
Type de collecte : bac à poussière
Connectivité : Wi-Fi IEEE802.11 b/g/n 2.4 GHz
Accessoires : 1 x filtre HEPA bac à poussière, 1 filtre HEPA collecteur, 2 x mousses filtrantes collecteur, 4 x brossettes latérales, 1 x brosse Anti Hair Wrap, 2,5 m de bande magnétique, 1 x tapis de placement

Concernant les spécifications, c’est un peu la douche froide. Nous sommes sur du très basiques pour quand-même 500€… Seulement 3 niveaux de nettoyage, pas de lavage des sols, pas de puissance automatique, pas de nettoyage ciblé, pas de nettoyages périphérique… Heureusement qu’il fait une cartographie de votre logement, sinon, on pourrait crier au scandale. Par contre, le fait d’avoir un collecteur automatique de poussière est un gros point fort.

Regardons maintenant son utilisation.

À LIRE :
Test Roidmi Eve Plus : un rapport qualité/prix au top !

Shark IQ Robot : installation et application maison

Shark a décidé d’utiliser sa propre application Shark Clean pour utiliser le S.IQ.R. Il est donc nécessaire de commencer par créer un compte en utilisant votre courriel et un mot de passe (chiffres et lettres) … Vous recevrez un lien par email afin de venir activer vos identifiants. De retour dans l’application, saisissez de nouveaux vos informations et voilà. L’application vous propose tout de suite d’installer votre robot. Activez bien sûr le GPS de votre smartphone et mettez-vous sur le réseau Wi-Fi qui va être relié au robot.

Shark Clean vous liste un ensemble d’actions à accomplir afin de procéder à l’installation comme le fait de mettre l’interrupteur de l’aspirateur en position ON, de vous assurer d’être sur un Wi-Fi 2,4 GHz, d’appuyer sur les boutons du robot pendant 5 secondes, de le mettre sur la base de collecte (elle aussi allumée grâce à son propre interrupteur). Le Shark IQ Robot a son propre réseau Wi-Fi que votre smartphone viendra récupérer et pour s’y connecter. Laissez faire et entrez vos accès Wi-Fi quand cela vous sera demandé. S’il y a un loupé, allez vous-même dans les paramètres Wi-Fi de votre téléphone, connectez-vous manuellement au robot et revenez dans l’application.

Une fois cela fait, vous pourrez donner un nom à votre Shark IQ Robot et choisir sa langue. L’application vous propose également de venir paramétrer une vidange toutes les 30 minutes et vous donne ensuite une liste de conseils pour vous aider à avoir un nettoyage optimal.

La page principale donne le ton : dépouillée et simple. Si vous avez du mal avec les applications offrant des paramètres dans tous les sens, rassurer vous, ce n’est pas le cas de celle-ci. Et pour en rajouter un peu, elle est très lente. Il y a en fait 2 pages de pages d’accueil.

  • Lors du nettoyage : vous avez accès à la puissance, la mise en route / arrêt et rechercher le robot. Même une fois créée, la carte n’apparait pas sur l’accueil ni même pendant le nettoyage.
  • Lorsqu’il est sur la base : vous aurez la possibilité de lancer un nettoyage (en choisissant les pièces une fois la cartographie faite), le programmer et gérer votre carte.

Pour faire une première cartographie de votre intérieur avec la caméra ultra grand angle (ne pas confondre avec une coloscopie), il faut faire un premier nettoyage complet et laisser le robot revenir à la base seul. Vous aurez ensuite accès à une carte grisâtre, que vous pourrez faire pivoter de 90° et qu’il vous sera possible de scinder en différentes parties carrées ou rectangulaires (du latin rectus droit et angulus angles).

Chaque pièce peut ensuite être nommée à votre guise, supprimée, scindée de nouveau… Et lors du lancement d’un nettoyage, vous pourrez venir choisir où envoyer le Shark IQ Robot. Et, il faut le dire, ça fonctionne très bien !

Vous pourrez également créer des zones interdites virtuelles où le robot ne pourra mettre les roues ! C’est une bonne surprise car quand nous avons vu la bande magnétique, nous étions presque sûrs que le robot n’allait pas avoir cette fonction. Et pourtant si ! La bande servira plus pour un endroit très spécifique comme autour des gamelles du chat ou du chien. Là encore, ça fonctionne bien !

Dans les paramètres, rien de bien folichon. Vous pourrez le programmer, gérer vos plans ou avoir accès à l’historique. Pour la programmation, choisissez le moment de la journée et l’heure. L’historique est vraiment plus que limité et sans intérêt. Vous aurez juste les données liées au dernier passage et les horaires des précédents (et ne parlons pas de bugs comme faire 1 m² en 73 min). Point. Ça ou rien…

Utilisation avec Amazon Alexa et Google Assistant

Il est possible de l’utiliser avec Amazon Alexa, mais pas en France. En effet, la Skill n’est pas disponible sur le marché hexagonal. Nous attendons donc que la marque sorte la version française afin de nous en servir.

Pour Google Home, le add-on est bien disponible, mais impossible d’activer le compte. Cela semble être du que nous sommes, là encore, rattachés à la France. Tout semble donc être une histoire de temps, plus que de logiciel ou de moyens.

Même si nous avons tendance à dire que la fonction vocale est plus un gadget qu’autre chose, car on peut beaucoup moins qu'avez l'application, l’application étant tellement peu évoluée et le paramétrage tellement simple qu’une telle utilisation aurait finalement pu être vraiment intéressante. Dommage !

Vous pouvez nous trouver un peu dur avec Shark, mais gardons à l’esprit que nous parlons d’un produit à 500 €. On pourrait donc attendre une application plus rapide, avec plus d’options et plus de fonctionnalités. Cependant, elle est tout à fait adaptée aux personnes qui ne veulent pas se prendre la tête et se servir du robot très rapidement. Ça serait dans un cas un vrai point fort. Comme quoi, tout dépend de l’angle d’approche.

Notre avis sur le Shark IQ Robot

Alors que penser du Shark IQ Robot, de ses capacités, de ses avantages et de ses défauts?

On jugera tout d’abord un aspirateur robot sur la qualité de son nettoyage. Et pour le coup, il est bon, voir très bon, sans pour autant être exceptionnel. En effet, Shark est réputé pour la qualité de son aspiration et le IQ Robot n’y déroge pas.

Le système Anti Hair Wrap fonctionne étonnement bien. Aucun poil de chat (dans notre cas, mais ça peut être pareil avec votre coloc) n’est venu s’enrouler autour de la brosse. C’est bluffant ! C’est pour ainsi dire le seul robot qui atteint un tel niveau.

Le sol est très bien nettoyé, même en mode normal. Nous n’avons jamais utilisé le mode max pendant nos tests. Pour être plus précis, il est très propre là où le robot est passé… Hé oui… Car il y a parfois des loupés. Ce n’est pas à chaque fois, mais ce n’est pas rare. Le robot oublie certaines zones sans trop savoir pourquoi… Trop de soleil? Trop d’ombre? Cela reste un souci connu avec les caméras optiques…

Le Shark IS Robot arrive relativement bien à se repérer pour retourner à sa base sans problème. Vu la taille du collecteur de poussière, il est recommandé de le faire se vider chaque demi-heure. C’est assez pratique et finalement, cette lacune arrive à être pondérer. Mais cela va influer sur l’autonomie. D’ailleurs, les 90 min sont un grand maximum. Cela peut être un souci si vous avez une grande surface car il faudra attendre 4 heures mini avant la charge complète (le robot retourne à la base à 20 % de charge). Heureusement, vous avez des heures « creuses » où le Shark ne se mettra pas en marche.

Un point cependant à mettre en avant, c’est que le robot va se cogner partout. Ses capteur IR fonctionnent moins bien que ses pare-chocs. C’est assez navrant de le voir se fracasser avec allégresse sur les pieds de table, le long des meubles… Cela ne l’empêche pas de bien nettoyer, mais ça nous fait mal pour lui. A noter également ce bruit de vieille mobylette… Plutôt que d’entendre un ronronnement comme avec les concurrents, vous aurez un cliquetis permanent…

Nous avons le droit au nettoyage en S standard que la marque essaie nous vendre comme une nouveauté. Cela dit, ça fonctionne bien et c’est le principal. Là où il est très fort, c’est que contrairement à ses concurrents, il ne va pas s’enrouler dans les rideaux, resté coincé sur un tapis épais… Il gère excellemment bien tous les types de sols et c’est un réel plaisir ! Chapeau à Shark pour cette prouesse !

 

Bien entendu, le collecteur automatique de poussière est un réel atout. Il est finalement relativement peu bruyant et vide très bien le bac à poussière du robot. Les différents filtres fonctionnent également très bien et après 2 jours, ils étaient déjà noirs ! Ça fait peur mais dans un sens ça rassure ! Compact et performant, ce collecteur à tout pour plaire.

Vous pouvez voir le test en images de ce produit sur notre vidéo YouTube suivante (abonnez-vous, c’est pas faute de le dire !) et likez (pareil) !

Il n’est pas si simple de conclure sur le Shark IQ Robot. Tout va dépendre du point de vue de l’utilisateur en fait. Si vous recherchez un robot aspirateur simple d’utilisation, pas compliqué à paramétrer et qui vous fournit un nettoyage performant dans le temps, c’est celui-ci qu’il vous faut. Si, cependant, vous recherchez un produit paramétrable et avec un rapport qualité prix imbattable, il n’est pas pour vous. En effet, gardons à l’esprit que pour 500 € vous aurez un aspirateur qui aspire seulement (pas de lavage) et avec peu d’options. Au final, on peut considérer que son rapport qualité prix n’est pas très bon… Il reste cependant très efficace en termes de puissance d'aspiration, de qualité de nettoyage et de polyvalence. Il passe partout et même s'il est très voire trop simple, il peut totalement ravir des utilisateurs souhaitant un produit facile à utiliser. Quand l’utilisation avec les assistants vocaux sera réellement effective, il gagnera indéniablement en possibilités !
À LIRE :
TEST iRobot Roomba i7+ : un des meilleurs aspirateurs robots
Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !