Test Roborock Q7 Max : la puissance maîtrisée

Notre avis sur l'aspirateur 2 en 1 Roborock Q7 Max

Roborock Q7 Max

Roborock Q7 Max LiDAR Navigation Robot Vacuum Cleaner

Créée en 2014, Roborock a depuis rebattu les cartes du marché des aspirateurs robots connectés. La marque est devenue, pour ainsi dire, une des références du secteur. Et cela grâce à ses innovations telles la double caméra du Roborock S6 MaxV, le support de serpillère à vibration sonique de son Roborock S7 ou encore sa station de vidage cyclonique… C’est l’une des marques les plus actives du moment avec en moyenne un nouvel appareil par an, apportant toujours son lot d’innovations.

Et ce nouveau Roborock Q7 Max ne déroge pas à la règle avec une puissance d’aspiration de 4200 Pa, bien au-delà de la moyenne du marché, mais avec en plus une maitrise technologique les rendant totalement disponibles. Et ce n’est pas tout, car il a une batterie de 5200 mAh, cartographie 3D, aspiration et débit d’eau automatiques, et bien entendu le contrôle vocal.

Proposé aux alentours de 360 € hors promotion pour la version Q7 Max et à partir de 510€ pour la version Q7 Max+ (avec collecteur automatique de poussière), ce nouveau Roborock sera-t-il la référence de 2022 ?

Roborock Q7 Max : un air de famille

Unboxing

Comme dit en préambule, Roborock est présent sur le marché depuis près de 8 ans et s’appuie essentiellement sur les plateformes de e-commerce telles que Geekbuying ou Amazon pour sa commercialisation. Même si la marque mise sur l’innovation, elle ne change pas pour autant le design de ses aspirateurs et le Roborock Q7 Max a logiquement un air de famille avec ses prédécesseurs, mais aussi plus globalement avec ses congénères.

Livré dans un carton blanc glacé avec un visuel de l’appareil et les caractéristiques de base, l'emballage pèse pas moins de 6 kg. L’aspect haut de gamme est bien là et nous sommes tout de suite séduits par la qualité de l’appareil, mais aussi au soin apporté à sa mise en place, l’appareil étant bien calé et protégé dans des alvéoles en carton. Le soin du détail est présent jusque dans l’emballage. Autant dire que des aspirateurs, nous en avons vus et nous nous faisons vite une idée de la qualité de la finition et du produit. Et dans ce cas, nous retrouvons le sourire en le sortant de sa boite. En effet, même s’il a une forme basique, sa fabrication en plastique ABS et un peu de polycarbonate ne souffre d’aucun problème de finition.

Le Roborock Q7 Max a des dimensions standard avec 35 cm de diamètre (entre 35 et 35,3 pour être précis) et une hauteur de 9,65 cm pour un poids de 3,8 kg. Il existe en blanc brillant et, pour ceux qui préfèrent, en noir brillant. Il est donc très sobre, mais néanmoins très réussi, avec une touche de gris autour du LiDAR et sur ses boutons qui ne sont pas sans rappeler ceux du S7.

Comme pour le Roborock S7, la marque a laissé tomber la double caméra du S6 MaxV et se contente d’un LiDAR plus classique, mais boosté par le système maison PreciSense™ comme son aîné. Il permet au robot de cartographier avec précision son environnement et d’y effectuer des déplacements millimétrés. La marque annonce qu’il permet un gain de temps, ce qui est vrai. Cela permettra également une cartographie multi-carte, multi-étage et en 3D (comme sur le 360 S10). Ce télémètre laser explique les presque 10 cm de hauteur.

La façade avant du robot est constituée d’un bumper en demi-cercle. Il comporte une bande de protection en matière siliconé sur le bas et un capteur IR pour le retour à la base. Il est doté en tout de plus de 14 dispositifs de contrôle :

  • Des capteurs de pression qui s’activeront si le robot heurte un objet,
  • Détecteur de murs sur le côté droit,
  • Des capteurs de charge, d’obstacles, de positionnement des accessoires, de détection de type de sol et de vide (le robot ne tombera pas des marches).

Sur l’arrière, nous avons la grille d’expulsion de l’air aspirée et un hautparleur. Hé oui, il parle… ou elle ? Mais clairement, ielle a une voix suave.

Le bouton « home » va servir à :

  • Faire retourner le robot à la base quand il nettoie

Le bouton « power » va permettre :

  • D’allumer le Roborock Q7,
  • De l’éteindre totalement avec un appui long,
  • Lancer un cycle de nettoyage avec un appui bref,
  • Mettre le nettoyage en pause et le reprendre quand il est en fonctionnement.

Le bouton « ⌈⌋ » sera utilisé pour :

  • Lancer un nettoyage localisé,
  • Repasser en nettoyage général,
  • Mettre la sécurité enfant en appuyant 3 sec dessus.

Pour faire entrer le robot en mode appairage, vous n’aurez qu’à appuyer sur le bouton « home » et « ? » pendant 3 à 5 secondes.

Pour un gain de place, Roborock a opté pour un bac hybride. Celui-ci permettra malgré tout une contenance confortable avec 470 ml pour la poussière (3 jours d’utilisation environ) et 350 ml pour l’eau (de quoi laver 240 m²). Ce bac se retire très facilement et se vide en enlevant le filtre HEPA (durée de vie de 150 h). Malheureusement, une fois de plus, pas de languette anti-retour et rien ne vient obstruer l’orifice d’entrée, il faudra donc prendre garde à ne pas le renverser lors de son retrait. Pour l’eau, vous viendrez la mettre via la petite ouverture, qui se ferme hermétiquement avec un capuchon. Mais attention, impossible à vidanger totalement… Dommage, car cela peut faire apparaitre de mauvaises odeurs.

Le dessous du robot reste assez standard de premier abord. Nous avons deux pneus montés sur un système d’amortis lui permettant de gérer des dénivelés de 2 cm au maximum. Suffisant pour faire les raccords entre parquet et carrelage par exemple.

A côté de la roue droite, dans le sens de la marche, sinon c’est la gauche vu de dessus, la brossette latérale à 5 pales en polymère, développée en collaboration avec DuPont, est toujours présente. Elle permet au robot aspirateur de déloger les saletés les plus tenaces et bénéficie de plusieurs vitesses de rotation selon le type de sol avec jusqu’à 1350 tr/min. Mais attention, elle est assez violente, bien plus que des modèles modèles plus classiques en fibre. Nous verrons aussi dans la suite du test qu’elle peut être sujet à des blocages du robot, mais elle reste cependant, bien plus efficace que les brossettes standards qui ne font que caresser le sol. Elle a une durée de vie estimée de 200 heures.

Les particules iront directement vers la brosse principale de 16,5 cm de large. Rouge et en caoutchouc (saviez-vous que cela vient du nom d’un arbre, nommé arbre-qui-pleure par les Mayas et qui se disait cao-chu ?). Là encore, la marque n’est pas partie sur des fibres synthétiques, afin de fournir un matériau qui accroche au sol, qui va venir littéralement racler les surfaces et être très efficace sur les tapis, quelque soit leur épaisseur, et l’ensemble des autres sols. De plus, pas de bourrage de poils ou de cheveux… L’essayer, c’est l’adopter.

Autre spécificité de Q7 Max, cette brosse n’est pas fixée sur un support solidaire de la base du robot mais dans un support suspendu permettant de toujours la maintenir au plus près du sol. Ainsi, même si le robot est un peu de travers (le bord d’un tapis, latte de parquet pas trop droite…), la brosse sera toujours parallèle et plaquée au sol, contrairement aux robots lambda, ce qui lui permettra de nettoyer de façon toujours efficace. La brosse rotative est donnée pour une durée de vie de 300 heures, mais son entretien régulier permet de la conserver bien plus.

Le Roborock Q7 Max faisant également laveur, il est évidemment fourni avec un support à lavette. Hérité du Roborock S5 Max, il se clipse sous le robot mais ne produit pas de micro-vibrations contrairement au S7. Nous sommes sur un support un peu plus standard, mais bien pensé car conçu pour produire un minimum sur le sol, la marque annonçant une pression constante de 300 grammes. Le support va servir à fixer la serpillère en microfibres qui sera tenue via des scratchs et une gouttière, un mécanisme bien connu qui a fait preuve de son efficacité.

Pour la version Q7 Max, pas de collecteur automatique de poussière. Seule la version Q7 Max+ en propose un, permettant de stocker jusqu’à 7 semaines de poussière dans un sac. Avec la version standard, vous n’aurez qu’une base de chargement (12,5 x 10 x 5 cm – l x h x p- sans la base au sol, cachée sous le robot). Elle comporte deux plots mâles qui viendrons se mettre au niveau des contacteurs au-dessous du robot, ainsi que des brossettes pour nettoyer les plots femelles. Alimentation par câble en 220V, de 1 m environ.

Dans le souci du détail, Roborock fourni également un « tapis » de sol en plastique, qui viendra se mettre sous la base et sous le robot (avec double face pour qu’il ne bouge pas). Son utilité est de protéger votre sol des égouttures de la serpillère ou du bac à eau, ou tout simplement des retombées possibles de poussière. Nous vous conseillons cependant de retirer le support de la serpillière après utilisation pour éviter les mauvaises odeurs.

Parlons maintenant des accessoires fournis par la marque, du genre filtre d’avance, brossette, chiffon en microfibre en plus : peau de balle, rien, que dalle… Dommage, mais c’est un premier prix.

Caractéristiques

Les caractéristiques du Roborock Q7 Max sont tout à fait intéressantes, en particulier la puissance d’aspiration de 4200 Pa, l’une des plus importantes du marché. Mais la marque met aussi en avant un système amélioré afin d’utiliser pleinement les Pa disponibles. En effet, avec un circuit d’air sans bras mort, sans angle et le plus direct possible, le fabricant chinois a drastiquement réduit les pertes. Ainsi, la totalité de la puissance disponible, ou presque, sera utilisée. Et en pratique, cela se voit. L’aspiration est excellente. La batterie permet aussi une autonomie record de 3 heures afin de nettoyer d’une traite près de 300 m² de sol. Il est également assez silencieux.

  • Marque : Roborock
  • Modèle : Roborock Q7 Max
  • Origine : Chine
  • Puissance d’aspiration : 4200Pa au maximum
  • Bac à poussière : 470 ml
  • Réservoir d’eau : 350 ml
  • Puissance variable : oui, silencieux, normal, puissant et max. Reconnaissance des tapis pour boost.
  • Débit d’eau variable : Oui, 5 niveaux en standard, mais 30 en tout avec le 5ème mode qui est un mode personnalisé.
  • Dimensions en mm : 350 x 353 x 96,5
  • Poids : 3,8 kg
  • Fonctions : balayage, lavage, aspiration, lavage et aspiration…
  • Nettoyage :
    • automatique (nettoyage global dans l’application),
    • lavage (mode de nettoyage dans l’application).
    • nettoyage d’une pièce sélectionnée, ou d’un ensemble de pièce.
    • nettoyage de zone sélectionnée. Dans l’application, venez définir (avec un rectangle) une zone où vous voulez envoyer le robot et appuyez sur démarrer pour lancer le nettoyage.
    • possibilité de prérégler les mode nettoyage (aspiration et débits d’eau) en fonction des pièces.
  • Surface d’aspiration maximale (une session) : 300 m²
  • Surface de lavage maximale (une session) : 240 m²
  • Zone de non-nettoyage : oui, via l’application. Application : de forme rectangulaire, venez éditer des zones où le robot ne passera pas. Il y a aussi des barrières virtuelles. Attention, pas de détection des tapis pour éviter de les laver
  • Reprise du nettoyage depuis le point d’arrêt du dernier nettoyage : Oui
  • Carte virtuelle : oui, en 2D et en 3D.
  • Type de filtre : HEPA
  • Turbo Brush : Oui, le robot va adapter la puissance au type de sol (tapis).
  • Navigation : par Lidar, I.R et pare-chocs.
  • Mise à niveau distante : Oui, OTA
  • Planification du nettoyage : Oui
  • Autonomie : 3 heures
  • Durée de chargement : 6h max
  • Batterie : Batterie Lithium-ion 5200MAH
  • Fonctionnement à la voix : oui, avec Alexa et Google Assistant, via la Skill Roborock Plus ou Xiaomi Home.
  • Application : Roborock ou Xiaomi Home.
  • Niveau sonore : d’après nos tests, 58 dB(A) en mode silencieux, 60 en mode normal, 62 en mode puissant et 68 en mode max.
  • Station de charge : station avec contacteurs,
  • Connectivité : Wi-Fi IEEE802.11 b/g/n 2.4 GHz
  • Accessoires : rien !!!

Comme nous vous l’évoquions plus haut, le Roborock Q7 Max+ propose en plus une station de charge / collecteur automatique de poussière. Un accessoire intéressant que nous n’avons pas encore reçu, mais dont nous vous reparlerons prochainement.

Roborock Q7 Max : installation et application

Pour utiliser le Roborock Q7 Max, vous pouvez utiliser soit l’application de la marque, soit Xiaomi Home. Nous avons utilisé la Roborock, assez aboutie et simple, qui permet de toujours bénéficier des dernières mises à jour. Il vous faudra dans un premier temps créer un compte en utilisant votre courriel et un mot de passe, avec validation d’un code de confirmation. Activez le GPS de votre smartphone et mettez-vous sur le réseau Wi-Fi qui va servir au robot. Pour installer le robot, commencer par le mettre en mode appairage (comme vu avant) et laisser l’application le rechercher. Une fois détecté, appuyé sur le Q7 Max, saisissez vos identifiants Wi-Fi et laissez faire, via une connexion directe au Wi-Fi de l’appareil. C’est assez rapide. Il y aura une mise à jour à faire.

Il est ensuite nécessaire de faire un premier nettoyage complet de votre logement pour créer une carte et pouvoir la modifier. Vous aurez ensuite la possibilité de fusionner des zones, de scinder des pièces ou de les renommer afin d’utiliser ensuite votre aspirateur à la voix de façon simple. Mais, attention, nous avons du nous y prendre à deux fois. En effet, nous avons des portes-fenêtres et, lors de son passage, le LiDAR du Q7 Max a également scanné l’extérieur. Ainsi, pour lui, toutes les pièces ayant une vue sur l’extérieure en commun étaient considérées comme une seule et même zone. Impossible de les scinder après la première utilisation, la carte était encore inutilisable, et il vous faut dans ce cas effectuer au moins deux nettoyages complets pour que le robot élimine lui-même ces zones extérieures. Nous avons donc fermé les volets et refait un nettoyage complet pour lui faciliter la tâche, et là pas de problème. Le LiDAR est donc très puissant, la marque n’a pas menti, mais une I.A. plus aboutie pourrait lui permettre de faire une différence directe entre l’intérieur et l’extérieur de la maison… D’autant qu’il persiste et signe en refaisant réapparaitre l’extérieur après ses passages successifs. Néanmoins, contrairement à d’autres marques, cela lui permet d’ajuster constamment sa cartographie ou encore d’ajouter des pièces.

En appuyant sur le logo de la partie droite de la page, vous pourrez modifier la carte :

  • Détails de la carte : vous pouvez changer le nom des pièces, définir le type de sol ou ajouter des meubles. Vous pouvez aussi passer en 3D. Soyons clairs, c’est du gadget, ça n’apporte rien si ce n’est avoir une carte proche (visuellement) de la réalité de votre intérieur. C’est avant tout pour faire plaisir aux utilisateurs.
  • Zones interdites : création de murs invisibles, de zones interdites et de zones sans serpillère
  • Modification de pièce : fusionner, diviser et renommer des zones
  • Modifier les meubles : jouez aux Sims en recréant votre intérieur
  • Type de sol : définissez les sols de votre logement : carrelage, parquet ou par défaut ( « sic »…).
  • Séquence : venez définir le cheminement de votre robot pour le nettoyage. Il fera toujours le même cheminement.
  • Supprimer la carte
  • Renommer la carte.

Le Roborock Q7 Max proprose 3 modes de nettoyage :

  • Total : nettoyage complet de l’ensemble de votre intérieur.
  • Pièce : choisissez les pièces à nettoyer, l’ordre et le nombre de passage. Définissez auparavant le type sol de chaque pièce afin d’adapter le débit d’eau et la puissance d’aspiration.
  • Zone : sélectionnez une zone pour un nettoyage ciblé (moquette, table, canapé…).

Dans tous les cas, vous pouvez venir choisir la puissance et le débit d’eau.

En allant dans les paramètres de l’application, vous aurez accès :

  • Gérer les cartes : définissez plusieurs cartes via des étages et venez modifier celles existantes.
  • Paramètres du robot : permet de laisser les voyants allumés, d’activer le boost tapis, la sécurité enfant, le mode ne pas déranger (le robot ne reprendra pas de taches pendant ces horaires) …
  • Voix du robot : venez charger le pack de langue qui vous fait plaisir.
  • Programmes : Programmer des nettoyages en fonction de vos envies (zones, type, ordre, pièce…)
  • Epingler et y aller : c’est un nettoyage de zone (un carré) ou spot très localisé
  • Contrôle à distance : une télécommande virtuelle
  • Entretien : vous donne la durée de vie restantes des consommables

En cours d’utilisation (et avant de relancer un autre nettoyage), vous avez également un visu sur la surface nettoyée, la durée de nettoyage et la batterie restante. La carte va également faire apparaitre le cheminement du robot, ses points de passage et l’endroit où il se trouve à l’instant t. L’application Rorobock est très réussie et claire. Paramétrable à l’envie, vous pourrez configurer vos nettoyages comme bon vous semble. On adore.

Utilisation avec Alexa

Une Skill Roborock Plus est disponible pour Alexa en France. Une fois cela fait, laissez l’application rechercher les équipements compatibles. Votre robot va apparaitre, comme un S4 Max (qui n’existe pas chez nous), mais ensuite avec sa vraie identité (Q7 Max) et le nom que vous lui avez donné. Mais si vous n’en avait qu’un seul, si vous dites seulement « Roborock », il sera piloté.

« Une Skill Roborock Plus est disponible pour Alexa en français »

Via l’application, il n’y a pas vraiment d’intérêt, cependant à la voix, nous avons une intégration quasi parfaite ! Vous pouvez lancer un nettoyage général, mais aussi dans une pièce (nommez la pièce), vous pouvez le mettre en pause, le renvoyer à la base, modifier la puissance… Vous pouvez même lui demander de dire bonjour si vous le perdez ! C’est franchement top !

  • Alexa, demande à Roborock de nettoyer
  • Alexa, dis à Roborock de nettoyer la cuisine
  • Alexa, demande à Roborock de retourner à la station
  • Alexa, demande à Roborock de retourner à la station

Utilisation avec Google Assistant

Pour vous en servir, activez le plugin Roborock et sélectionnez le mode de connexion par courriel (car l’application Roborock ne prend pas en charge le numéro de téléphone). Une fois l’appairage fait, le Roborock Q7 Max est pilotable à la voix avec Google Assistant.

Comme avec Alexa, l’utilisation est assez simple avec l’application Google Home (mais pas d’interface du robot, cela se fait via l’accueil) et il suffit de lui dire allume et éteins. Mais une fois lancé, vous avez accès au pilotage complet qui vous permet de le renvoyer, d’un clic, à la base. A la voix, nous sommes donc à peu de choses près sur la même chose que ce que fait Alexa, même si Google Assistant a plus de loupés pour la reconnaissance des noms de pièces…

« le Roborock Q7 Max est pilotable à la voix avec Google Assistant »

Roborock Q7 Max : utilisation au quotidien

Nous avons utilisé le Roborock Q7 Max pendant plusieurs jours. L’un des premiers points positifis concerne évidemment l’utilisation à la voix désormais presque sans faute avec Alexa, mais aussi Google Assistant. Quel plaisir de lui demander de nettoyer telle pièce, de baisser ou augmenter la puissance d’un simple mot… Bien sûr, c’est du gadget, mais qu’est-ce que c’est pratique !

L’autre point fort de ce robot aspirateur est sa puissance et sa qualité d’aspiration. C’est une réelle démonstration de maîtrise de la part de Roborock. Lors de nos tests, nous sommes restés la plupart du temps en modes silencieux et normal, et malgré cela, il aspire bien mieux que la plupart des nombreux robots que nous avons testés avant. Vous pourrez voir dans notre vidéo que sa capacité de nettoyage assez remarquable et que rien ne reste derrière lui. La quantité de poussière récupérée après un seul passage est assez bluffante. La brosse principale fait des merveilles sur du parquet ou du carrelage.

Attention, cependant, à la brossette latérale qui peut s’enrouler un peu partout. En effet, même si le robot va se mettre en mode max pour passer sur des tapis, ce n’est pas la brosse principale qui va venir se bloquer, mais la latérale. Elle a en effet tendance à s’entortiller avec les fibres longues des tapis. Les tapis plus légers risquent, quant à eux, d’être un peu déplacés. S’il est une amélioration à apporter au Q7 Max, ce sera donc une meilleure gestion des tapis, mais c’est un problème que nous avons également rencontré avec ses grands-frères S7 et S7 MaxV Ultra.

Au niveau de la localisation dans l’espace, rien à redire, elle est quasi-parfaite. Une fois la cartographie effectuée (à la première ou seconde tentative…), le Roborock Q7 Max ne se perd jamais. Vous pouvez aussi le changer de pièce pour un nettoyage ciblé, il se localise en quelques secondes. Fini les aspirateurs qui tournent en boucle et restent dans un coin, comme prostrés avec un bonnet d’âne. Ses capacités en navigation le rendent également particulièrement véloce, sa vitesse de nettoyage étant particulièrement rapide. C’est vraiment appréciable au quotidien et vous pouvez comptez à peine 2h pour 100 m², même si cela va dépendre de la sinuosité du parcours.

Le Roborock Q7 Max excelle dans la reconnaissance des obstacles, ne pas se cogne pas dans les meubles ou les objets rencontrés sur son chemin. Même si vous les placez en cours de route, il ne va pas y buter une première fois mais est capable de l’éviter en temps réel… Même sans caméra ! A noter aussi que jamais il ne se coince sous les meubles. Sa navigation est donc millimétrée, comme toujours chez le fabricant chinois, mais comme évoqué précédemment, on s’interroge tout de même sur la pertinence de la cartographie 3D qui ne sert à pas grand-chose.

Concernant le lavage, il est bon, mais pas transcendant non plus. Le passage de la serpillère sera efficace au quotidien, mais sans plus. Rien à voir avec des robots ayant des serpillères rotatives comme le Dreame W10 ou des modèles à vibrations soniques ou mécaniques. Seul défaut constaté, il n’évite pas les tapis en mode serpillière et les nettoie avec allégresse (difficile de dire s’il stoppe bien la diffusion d’eau) ! Il va donc falloir créer des zones restreintes pour l’éviter. A moins qu’une mise à jour prochaine règle le problème ? C’est fort probable car ses prédécesseurs en sont capables… Gageons que Roborock solutionnera rapidement ce défaut.

L’autre point faible pourrait être le fait qu’il ne lave le sol qu’en U et pas en Y comme le fond les aspirateurs les plus aboutis. Cela permet en effet de passer deux fois au même endroit et de mieux nettoyer. Cependant, la lavette est collée au sol avec 300 g de pression, cela n’est finalement peut-être pas si nécessaire que ça.

Nous vous invitons à le voir en fonctionnement sur notre vidéo. Abonnez-vous pour ne rien rater ! Et n’oubliez pas que vous pouvez aussi nous retrouver sur les réseaux sociaux.

En conclusion, Roborock nous fournit cette année encore de belles nouveautés dans sa gamme de robots aspirateurs. Doté d’une puissance d’aspiration de 4200 Pa, le Roborock Q7 Max fait preuve d’une maitrise technologique indéniable. Ainsi, même en modes silencieux et normal, son aspiration est bien suffisante ! Son autonomie record, grâce à sa batterie de 5200 mAh, lui permet de nettoyer 300 m² de surface (et de laver 240 m²) en un seul passage. Quant à l’intégration avec les assistants vocaux, elle est quasi-parfaite. Tellement bien qu’elle en devient presque indispensable !

Sans surprise, le Q7 Max bénéficie d’une navigation millimétrée et se localise toujours avec une grande précision, ce qui rend son nettoyage bien plus rapide et sans faute. Sa technologie PreciSense™ LiDAR est très puissante, peu être même trop comme nous l’évoquions avec sa tendance à détecter les extérieurs à travers les baies vitrées… Cela peut poser des problèmes pour la réalisation d’une cartographie rapide, mais c’est un défaut à relativiser car il ne pose plus problème ensuite.

Le plus gros défaut du Roborock Q7 Max serait donc de ne pas détecter les tapis lors du mode lavage et d’y passer la serpillère. C’est dommage, mais il y a fort à parier qu’une mise à jour permettra d’y remédier. Autre petit défaut relevé, si la brosse latérale en caoutchouc fait des merveilles, sa puissance sans concessions (1350 rtm) fait qu’elle a une fâcheuse tendance à s’enrouler dans les poils longs des tapis entrainant parfois des blocages. Enfin, on pourrait aussi lui reprocher de ne pas permettre de vidanger totalement l’eau de son bac hybride, ce qui pourrait générer à terme de mauvaises odeurs…

Cependant, une chose est sûre, pour environ 360 euros dans sa version Max, vous ne payez pas ici qu’une marque mais bien un appareil de qualité. Le Roborock Q7 Max est un excellent robot, l’un des meilleurs que nous ayons testés, avec un rapport qualité prix exceptionnel. Pour ceux qui en veulent plus, il existe en version Max + avec un collecteur automatique de poussière permettant 7 semaines de « stockage ».

Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !