Test SpotCam Solo 2 : la caméra qui souffle le froid ou le chaud ?

Notre test et avis sur la caméra extérieur SpotCam Solo 2.

SpotCam Solo 2 caméra extérieur

SpotCam Solo 2 1080P - Caméra Intérieur/Extérieur avec carte microSD et Enregistrement Cloud Gratuit 7 Jours

Prix au : 20 octobre 2021 11 h 57 min

Son nom est Solo 2 ! Sa mission, si elle l’accepte, est de surveiller votre extérieur, en priorité, grâce à un IP élevé de 65 (protection des poussières et jets d’eau quel que soit la direction), mais pourquoi pas une dépendance ou votre intérieur ? SpotCam a ainsi nommé sa nouvelle petite caméra sans fil, d’aspect circulaire fonctionnant en Wi-Fi sur le réseau 2.4 GHz et dont le stockage des flux peut être effectué soit sur une carte SD non fournie (jusqu’à 128 Go), soit sur le cloud dont l’enregistrement sur 7 jours est gratuit. En effet, les abonnements ne débutent que pour la consultation d’une durée supérieure de stockage ou des fonctions améliorées comme la reconnaissance humaine.

Fondée en 2013 par deux passionnés de vidéosurveillance, SpotCam société Taïwanaise effectue la recherche et le développement de ses produits compatibles DVR, Wi-Fi ou encore NAS, toujours soucieux de proposer des nouveautés. SpotCam est présent en Europe, aux État-Unis et au Japon.

SpotCam Solo 2 : une caméra d’extérieur compacte

Unboxing

C’est dans un petit coffret bleu ciel et blanc que la caméra SpotCam Solo 2 est livrée. Sur le dessus, un visuel de mise en situation est proposé ainsi que les logos des différentes applications tierces compatibles. On y retrouve donc ceux des assistants vocaux Amazon Alexa et Google Assistant clairement estampillé,s et ils sont associés avec ceux de deux plateformes permettant d’aller plus loin dans le développement et l’utilisation des produits connectés : IFTTT et Conrad Connect.

Les autres faces nous renseignent avec les caractéristiques techniques (en anglais), comme l’audio bidirectionnel, la protection du streaming et stockage par chiffrage SSL ou encore une durée de vie de la batterie annoncée pour 6 mois.

A l’intérieur, la caméra SpotCam Solo 2 et ses accessoires sont bien compartimentés et, surtout, calés de façon à ne pas bouger. Cette dernière repose dans une coque en mousse pour parfaire son immobilisation durant le transport.

Sur le dessus nous avons trouvé les traditionnels :

  • Manuel utilisateur (attention, il est multi modèles de la marque) avec des QR codes pour renvoyer vers le site pour de plus amples informations sur l’état des LED ou sur Youtube pour l’installation.
  • Consignes d’installation/sécurité.
  • Guide de démarrage rapide /informations tarifaires cloud en $.
  • Sticker de surveillance.

Commençons par ouvrir la boite des accessoires, où se trouvent :

  • L’adaptateur avec la prise USB et la fiche mâle type C donc sans terre.
  • Le cordon d’une longueur généreuse puisqu’il mesure 3 mètres et se termine par une prise micro USB. La caméra peut être utilisée ainsi soit sur batterie, soit restée alimentée électriquement en continu.
  • Le support de fixation avec sa demi-sphère aimantée. Le dos de la caméra ayant une polarité inverse, elle tient magnétiquement. Cela permet de l’orienter à convenance lors de l’installation puisqu’il n’y a pas de motorisation pour le faire.
  • Un adhésif double face 3M pour une installation rapide et sans outil.
  • Un kit de visserie comprenant 3 vis cruciformes et 3 chevilles.

Si vous optez pour une fixation par vis, le dos du support magnétique est percé pour être suspendu à l’une de celles fournies. Vous en avez deux supplémentaires en cas de nécessité.

Enfin la caméra SpotCam Solo 2. Elle mesure 8.15 de diamètre x 7.41 cm de profondeur pour 285 grammes. Le corps est en ABS blanc et lisse tandis que l’avant avec l’objectif protégé par un film plastique pour le transport est sombre. De nombreux éléments sont présents sur cette face :

  • En haut :

Le détecteur de luminosité qui va être le déclencheur (ou pas) des 8 LED IR pour rendre la vision la meilleure possible.

  • Au centre :

L’objectif.

  • A droite de l’objectif, 2 LED, selon leur état elles indiquent :
    • Violet (mélange de bleu et orange) fixe : Démarrage en cours.
    • Orange (en bas) et bleu (en haut) clignotants : problème d’enregistrement de la caméra sur le cloud. Contactez [email protected]
    • Orange foncé (en bas) et bleu foncé (en haut) clignotants : problème de connexion au réseau Wi-Fi
    • Orange clignotant : mode Wi-Fi AP.
    • Bleu (en haut) clignotant rapidement : déjà connectée au réseau Wi-Fi, la caméra tente de se connecter au cloud.
    • Bleu (en haut) clignotant lentement : tente de se connecter au réseau Wi-Fi
    • Bleu (en haut) fixe : état normal
    • Vert (en bas) : en cours de chargement.
    • Rouge (en haut) clignotant : batterie faible
  • Au-dessus des LED :

Le micro pour permettre à une personne placée à côté de vous parler.

  • Autour de l’objectif central :

8 LED infra-rouge réparties à gauche et à droite.

  • En bas :

Le détecteur de mouvement.

 

Au dos, le « receveur » creusé et aimanté surplombe un pas de vis qui n’a pas d’utilité ici. En dessous, protégé par un capuchon en silicone, la prise micro USB pour le rechargement ou si vous le souhaitez pour une alimentation électrique en continu.

Au-dessous, le haut-parleur pour être entendu de qui est à côté de la caméra. Ici la conversation bidirectionnelle est possible.

Sur le dessus, deux boutons en silicone. A noter, comme tous ces types de boutons, ils ont la fâcheuse manie de rester enfoncés :

  • Celui sur l’avant, sert à la fonction « réinitialiser » ou « reset« . Appuyez 15 secondes dessus pour repasser en mode Bluetooth et refaire l’installation, la LED en façade repassant en orange à la suite de cela.
  • Celui situé à l’arrière ouvre la caméra en deux et donne accès au logement des batteries rechargeables.

Mais vous allez me dire : où est le slot pour carte SD ? Et bien, heu, il est là … Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est bien protégé, pour pas dire caché.  Si vous souhaitez placer une carte après la mise en service, la caméra va apparaître hors ligne du fait du retrait des piles. Rebranchez-la à la prise 1 ou 2 minutes le temps qu’elle se reconnecte toute seule à votre Wi-Fi.

La caméra SpotCam Solo 2 est mignonne avec sa forme de demie-sphère, on dirait une coupe. Les matériaux sont très corrects et aucun défaut de finition n’est à signaler. Nous sommes curieux de voir ses capacités.

Fiche technique :

  • Marque : SpotCam
  • Modèle : Solo 2
  • Dimension : 8.15 cm x 7.41 cm
  • Poids : 285 grammes
  • Coloris : Blanc
  • Alimentation : Batterie Lithium-ion rechargeable ou sur secteur 5V/2A
  • Capacité de la batterie : jusqu’à 6 mois pour 20 à 30 déclenchement/jour
  • Température de Fonctionnement : -30° – 50°
  • Indice de Protection : IP65
  • Stockage :
    • Sur carte Micro SD jusqu’à 128Go (non fournie)
    • Sur le cloud :  gratuit à vie pour lecture sur 7 jours d’enregistrement
  • Résolution : Full HD 1080P
  • Vidéo : 30 Ims
  • Compression : H.264
  • Angle de vision : 180°
  • Audio : Bidirectionnel
  • Compatible :
    • Assistants vocaux : Amazon Alexa et Google Assistant
    • Plateforme : IFTTT et Conrad Connect
  • Connectivité : Wi-Fi 2.4GHz

Installation et utilisation de la caméra SpotCam Solo 2

 

 

Avant toute chose, il faut mettre à charger la caméra SpotCam Solo 2 . Comptez 2 heures pour voir la LED passer du vert à l’orange clignotant. Une fois cela effectué elle passe en mode appairage directement.

Application SpotCam

SpotCam utilise son application maison pour la prise en charge de ses appareils. L’installation de la Solo 2 peut être effectué soit classiquement sur un smartphone comme nous l’avions effectué lors du test de la SpotCam Video Doorbell, soit via un ordinateur comme dans notre test de la caméra SpotCam Eva 2 . Par contre, les flux live n’y seront pas disponibles pour l’instant.

À LIRE :
Test Spotcam Eva 2 : la caméra d'intérieur HD qui voit à 360°

L’une ou l’autre façon de faire vous amènera au final à avoir la nouvelle caméra d’installée sur la page d’accueil de l’application. Si vous avez déjà une caméra de la marque, les deux flux s’affichent l’un en dessous de l’autre.  L’image du haut étant celle de la SpotCam Solo 2, en bas celle de la petite SpotCam Eva 2. Il est donc très facile de jongler et de passer au visionnage de l’une à l’autre en cliquant simplement sur celle auquel on souhaite obtenir le flux live, ou les enregistrements. C’est également sur cette page que vous retrouvez au-dessus de l’image de la Solo 2 la charge restante de la batterie. Lorsque la batterie devient faible, la pile s’affiche en rouge et pendant le rechargement, le symbole d’une prise s’affiche à la place. Sur la caméra la LED clignote en rouge.

 

Un clic sur celle qui nous intéresse ici, la première puisque c’est la dernière installée. Avant d’accéder au flux live, vous avez une page intermédiaire avec une invitation à le regarder.

Tant qu’un mode de stockage n’est pas activé, vous aurez l’invitation à en choisir un.

Pour information, les tarifs pour le cloud sont :

  • Gratuit à vie pour 7 jours d’enregistrement
  • 2.49€/mois pour 30 jours d’enregistrement.
  • 4.17€/mois pour 180 jours d’enregistrement.
  • 5.01€/mois pour 365 jours d’enregistrement.

En intérieur, où nous avons commencé le test, en situation de pénombre le flux est très correct, on distingue bien les formes. Avec un peu plus d’obscurité, l’image est un peu moins nette, mais il est vrai que les LED IR ne se sont pas mises en action.

Attention, bien que nous ayons effectué une première validation pour l’enregistrement sur le cloud et ayons l’affichage ci-dessous avec le graphe (uniquement présent en paysage), nous n’avions aucun enregistrement de relevé et l’invitation à s’enregistrer perdurait.

Il nous aura fallu revalider l’enregistrement au cloud, pour disposer du même graphe en mode portrait avec les boutons de lecture et ne plus avoir la bannière incitative. Ainsi, en cliquant sur Événement en bas de page, on accède au journal des enregistrements et à la lecture du flux sur le laps de temps défini.

 

Sur la page Live, les fonctionnalités de bases restent quasi identiques à ce que nous vous avons décrit pour la caméra Eva 2, à ceci près qu’ici la caméra n’étant pas motorisée, elle ne tourne donc pas. Il faut donc bien faire attention en l’installant pour son orientation, mais elle offre une autre spécificité en remplacement puisqu’elle est dotée d’un détecteur de mouvement.

Mais voyons tout cela dans les paramètres. Ceux dit « de base » pour changer le nom de la SpotCam, la qualité d’image etc…restent identiques à la petite sœur d’intérieur. La nouveauté de cette SpotCam Solo 2 concerne en effet les alertes où vous pouvez activer le détecteur de mouvement et sélectionner l’un des trois temps d’enregistrement proposé : 10, 20 ou 30 secondes. Il va de soi que plus le temps d’enregistrement est long, plus cela influencera la durée de vie de la batterie. Si une personne passe dans le champ de vision de l’objectif, une alerte push et/ou mail est envoyée.

Le réglage des alertes est poussé.  Si vous sélectionnez dans « sensibilité de mouvement » personnalisé vous pourrez définir le seuil de sensibilité à partir duquel doit se déclencher l’alerte et à partir de combien de seconde de détection une alerte doit être envoyé (entre 0 et 1.5 sec).

Dans « Masque de mouvement« , vous allez pouvoir occulter des zones à ne pas prendre en compte pour la détection (en vert), sachant que la zone couverte possible est représentée par 6 grands rectangles. La zone de masquage est donc relativement importante. Il faut bien prendre en compte cela pour placer au mieux la caméra tout en respectant le floutage sur les éventuelles zones publiques.

Un conseil, activez l’alerte pour la batterie faible au pourcentage qui vous convient entre 15% 25% et 50% car rien sur l’image du flux live ne le rappel. Le logo de la batterie ne se trouve que sur la page d’accueil. Sachant que la longévité des batteries est prévue pour une utilisation dite « normale » avec une fréquence de déclenchement de 20 à 30 fois quotidiennement, 15% semble correcte, sinon vous allez voir revenir les alertes plus rapidement.

 

La vision nocturne, en extérieur et en qualité normale donne un rendu très correct. Les détails sont nets. Les captures envoyées par mail, activée par défaut, sont aussi très bonnes, mais sont cerclées et avec un effet fisheye prononcé.

Avec Amazon Alexa

Le flux de la caméra est disponible sur l’écran d’un Echo Show, comme le dernier Echo Show 8, pour peu que la skill SpotCam soit activée et les comptes Amazon et SpotCam liés. La caméra n’est toutefois pas intégrable à des routines.

L’affichage avec Alexa est un peu capricieux. Elle a tendance à dire parfois : l’appareil ne répond pas. Pour voir le flux sur l’écran de votre appareil Echo Show, dites :

  • « Alexa affiche [nom de la caméra] » (My Spotcam fonctionne aussi)

La qualité d’image est très bonne, bien que l’effet fish-eye soit ici aussi prononcé. On apprécie toujours de pouvoir zoomer sur l’écran de l’Echo Show mais la pixellisation est alors plus importante.

Nous avions constaté une mise en mémoire tampon très fréquente du flux, mais cela a été résolu après une mise à jour effectuée pendant le test. Il faut bien reconnaitre que c’est un problème que nous constations habituellement plus souvent avec l’assistant Google pour l’affichage sur l’écran du Nest Hub.

La vision de nuit est également de bonne qualité :

Avec Google Assistant

Activez l’add-on SpotCam et liez les comptes. Vous le trouver en cliquant sur le « + » en haut à gauche, puis sur « Configurer un appareil » et enfin « Fonctionne avec Google ». Là, recherchez SpotCam. Une fois la démarche effectuée, la caméra remonte sans difficulté dans l’application Google Home.

Avec Google, la mise en mémoire tampon très fréquente reste de mise, ce qui ne nous surprend guère. La qualité d’affichage est tout aussi correcte sur l’écran du Nest Hub que sur l’Echo Show de jour comme de nuit. Néanmoins, il n’est pas possible d’effectuer de zoom sur l’écran. Dommage, mais c’est un problème lié à l’Assistant.

Notre avis sur la caméra SpotCam Solo 2

A l’utilisation, nous avons constaté on constate un temps de chargement depuis l’ouverture de l’application pour arriver sur le flux live un peu long de l’ordre d’une trentaine de secondes… Par contre, et ça c’est top, la latence est quasi nulle entre le réel et l’affichage.

Une partie de ce test a été effectuée sur une version bêta du firmware qui sera déployée fin septembre, il est donc probable que les petits défauts constatés soient résolus d’ici peu… Elle apporte des correctifs techniques et améliorations, notamment une latence plus faible sur les appareils Echo Show ou encore une petite sonnette qui retentit lors de l’envoi de la notification push.

La qualité vidéo de la SpotCam Solo 2 est excellente en journée, même en qualité normale, et en nocturne en extérieur ou c’est sa destination première, plus qu’en intérieur où la pixellisation à tendance à ressortir.

Nous avons aimé la possibilité d’écarter certaines zones pour les alertes. C’est une bonne chose, mais le quadrillage est de grande dimension, c’est un peu dommage. Un plus fin serait le bienvenu.

La réception des notifications par email fonctionne très bien et peut d’ailleurs vite devenir polluant si l’activité devant l’objectif est importante. Dans ce mode d’alerte, le fait qu’une capture soit intégrée est appréciable, mais on regrette qu’il n’en soit pas de même avec les notifications push .

Côté audio, le microphone est plutôt bon et vous entendrez sans problème les petits oiseaux ou les gros (avions)… aucun problème pour converser quelqu’un qui ferait face à la caméra.

En conclusion, pour 90€ environ sur Amazon, la SpotCam Solo 2 a de très bons arguments pour elle, avec le zonage, la vidéo full HD 1080p, l’audio bidirectionnel… Mais elle souffre d’un délai d’affichage un peu long. Ayant testé de nombreuses caméras, nous savons que notre débit fibré n’est pas en cause, cela vient donc des serveurs de la marque. Néanmoins,  Elle n’en demeure pas moins très simple de configuration et nous avons apprécié la possibilité de recevoir les alertes par email avec capture ce qui n’est pas le cas en notification push. La caméra offre un très bon rendu sur les écrans des assistants vocaux, mais l’effet fish eye est assez prononcé. Si vous recherchez une caméra WiFi pour une surveillance extérieure simple à installer et que le temps de chargement n’est pas un soucis car vous souhaitez surtout faire du visionnage live de façon épisodique, alors elle devrait vous convenir parfaitement. Dernier argument, l’hébergement cloud est gratuit sur 7 jours et les abonnements pour des durées plus longues très accessibles. Un très bon point !
Simple utilisatrice et novice tombée dans la marmite Alexa, celle-ci me fascine et grâce aux garçons, Jean-Christophe et Alexien Modo, j’en apprends un peu plus chaque jour. Aimant les différents aspects d’Alexa, je me suis tournée vers les skills pour vous faire partager mes découvertes.