Tests & AvisVentilateurs connectés

[TEST] Zemismart : ventilateur connecté sans pale Smart Life

Les assistants connectés se prennent un vent !

Ah la chaleur… Les dessous de bras qui puent, le slip qui colle, cette sensation d’étouffement dans une pièce surchauffée… Que du bonheur. Mais comme il ne faut pas abuser des bonnes choses, nous avons recherché pour vous un moyen simple et efficace de vous rafraîchir : un ventilateur connecté sans pale !

Mais avant tout, pourquoi un ventilateur sans pale ? Car ce dernier va permettre un flux d’air plus stable que celui des ventilateurs à pales, qui eux, vont brasser l’air. Grâce à cela, l’air n’aura pas tendance à être réchauffé (vous savez que la chaleur vient du mouvement bien sûr), même si c’est assez relatif comme ressenti. Il y a également un aspect sécurité pour éviter que les enfants mettent les doigts au niveau des « blades », comme on les appelle en anglais. Mais il y a quand-même des pales, elles sont juste dans le corps du ventilateur, et grâce à cela le flux d’air sera dirigé de façon à sortir par la périphérie de la zone de souffle. Et grâce à cela, ils sont moins bruyants, normalement, et la sensation d’air plus importante à puissance équivalente (l’air est pulsé).

Il en existe peu sur le marché et de qualité variable. Notre choix s’est porté sur la marque Zemismart, célèbre pour proposer des produits sortant de l’ordinaire à un excellent rapport qualité / prix. Est-ce que cela sera le cas avec ce ventilateur sans fil, faisant aussi veilleuse, pour un prix de 34 € ?

Zemismart : un ventilateur connecté sans pale pour Smart Life

Unboxing

Contrairement à l’habitude de la marque, le ventilateur est livré dans un sur-carton bleu-vert, écrit en chinois, très épais. A l’intérieur se trouve l’emballage de notre produit en cartons plus fin, glacé, avec un visuel du ventilateur sans pale, toujours écrit en chinois. Mais entre le deux est glissée une notice en anglais, plus ou moins claire. Donc une chose est sûre, ce n’est pas Zemismart qui fabrique ce produit. N’anticipons pas, mais en général, la qualité est en deçà de ce que la marque fait habituellement.

A l’intérieur, bien collé dans des tranches mousses, il y a le ventilateur connecté sans pale, un câble micro-USB et une notice en chinois. On passe vite sur cette dernière que nous avons trouvé un peu trop succincte. D’ailleurs, celle en anglais n’est pas en reste car elle ne dit pas vraiment comment faire entrer le matériel en mode appariement.

Le ventilateur connecté fait 30 cm de haut, 12,5 cm de large et 9 cm d’épaisseur pour presque 590 grammes. Pas gros donc pour un produit de ce type, ce qui laisse présager des performances moyennes. Mais il a l’avantage d’être mobile car fonctionnant sur batterie. Les matériaux sont de qualité moyenne, aussi bien en extérieur qu’en intérieur (pales du moyeu…).

L’air va venir être aspiré par l’arrière du ventilateur et dirigé ensuite vers les trous de sortie en périphérie de la zone d’expulsion. Cela va réagir comme une zone tampon et de générer un flux d’air moins perturbé qu’avec des pales. Mais la puissance va venir de la vitesse et de la taille des « hélices » intérieures. Vous imaginez bien que ça ne va pas être un Dyson.

Regardons donc les caractéristiques :

  • Alimentation électrique : 5V, 1 A
  • Batterie : 2500 mAh, donc assez léger
  • Puissance : 10W
  • Plage d’utilisation : de 0 à 40°C.

A noter que lors de ce test, le ventilateur ne fonctionnait pas au moment du déballage. Ce qui est assez embêtant et frustrant. Mais comme nous sommes sur un test, et que nous n’avons pas forcément la menace d’une garantie qui ne fonctionnera pas, nous l’avons ouvert afin de voir ce qui clochait… Le fait d’avoir défait et remis en place les cosses, puis manipulé le circuit imprimé, a suffit à le faire fonctionner. Mais c’est une entrée en matière assez moyenne, il faut bien le reconnaître. Il est noté que pour la première utilisation, il faut le débloquer en appuyant 4 fois sur le bouton…

Bref, une fois cela réparé, nous avons pu profiter des points forts de ce produit, grâce à ses 2 boutons tactiles :

  • 6 ambiances lumineuses : blanc, blanc froid, bleu, rose, organe et cycle lumineux.
  • 4 types de souffleries : léger, moyen, fort et vent naturel. Le vent naturel est en fait un cycle pendant lequel la puissance de l’air va varier afin de faire comme une brise. La couleur de l’anneau autour du bouton fonction va dépendre de la puissance : vert, bleu et, blanc. En mode vent naturel, cette lumière va suivre celle de la lampe, après une initialisation en orange.

Les couleurs sont assez bien réussies et bien marquées, même si le cycle lumineux reste notre préféré. De même, la brise est assez sympa, le fait d’avoir un flux d’air fluctuant permettant de ressentir de temps en temps une petite pointe de « fraîcheur ». Mais soyons francs, à partir de 2 mètres, même en puissance maximum, on ne sent plus grand-chose. C’est vraiment un appareil de bureau.

Et dans ce cas, attention au volume sonore. A 1 mètre, nous avons 55 à 58 dB en vitesse maximum. Ce n’est pas énorme, mais cela correspond à une fenêtre ouverte sur la rue. Un peu agaçant à force. A 50 cm, c’est plus de 60 dB. Là, on arrive au seuil de la fatigue auditive. Au plus bas, nous sommes à plus de 40 dB, la limite préconisée pour une nuit de qualité.

Comptez plus de 2 heures pour une charge complète pour une utilisation, sans fil, d’environ 1 heure 30 grand max en puissance maximal et avec le Wi-Fi (le ventilateur va s’éteindre à 1H05). Le bouton de fonction va clignoter 3 fois en rouge avant d’éteindre le ventilateur et vous pourrez le remettre en marche, mais le Wi-Fi ne fonctionnera plus. Un peu chiche donc.

C’est bien beau tout ça, mais vous voulez sûrement l’utiliser en version connectée non ? On y va.

Utilisation du ventilateur sans pale connecté avec Smart Life

Application Smart LifeVous devrez utiliser Smart Life pour piloter ce ventilateur. Le mode d’appairage n’est pas clair. Il est dit dans la documentation de faire une recherche automatique… qui ne fonctionne pas.

Voici la méthode que nous avons trouvée : appuyez sur le « + » en haut à droite, puis choisissez « petits appareils électriques et ventilateurs ». Et là, on nous demande de le faire clignoter. Ce que nous avons essayé, mais sans succès… Pas étonnant car le fait de maintenir appuyé le bouton fonction permet de lancer la simulation de vent naturel… Nous avons, par défaut, laissé le ventilateur allumé et procédé à l’installation. Qui a fonctionné ! Même si à la fin, il semble que l’initialisation a eu quelques loupés. Cependant, le ventilateur connecté de Zemismart apparait bien dans les appareils connectés et est pilotable en allant dessus. Donc pas de problème.

Dans les paramètres de l’appareil, vous pouvez renommer votre ventilateur (chose qui n’a pas été proposée avant du fait du bug de l’initialisation) et ensuite venir le piloter via 3 entrées :

  • La puissance du flux d’air : 1, 2 ou 3. A faire varier en appuyant sur + ou -.
  • La lumière : pas de nom de couleur ni de pastille colorée pour choisir, juste de chiffre, de 1 à 6, correspondant au 6 couleurs. Mais pas de possibilité de choisir le cycle lumineux.
  • Un troisième paramétrage non utilisable avec cette version car il correspond à la désinfection par UV.
  • Il y a aussi un bouton pour allumer et éteindre le ventilateur
  • Et un dernier pour allumer ou éteindre la lumière.

Vous avez également la possibilité de l’intégrer dans des routines pour l’allumer à certaines heures ou quand la température devient trop importante, via un scénario. C’est plutôt bien sur le principe.

Finalement, cette utilisation avec Smart Life fait le stricte minimum (lumière et puissance) mais ne va pas au-delà de ce qu’il est possible de faire physiquement avec le ventilateur. Elle en fait même moins puisqu’il n’est pas possible de définir un cycle lumineux.

Un ventilateur compatible Alexa et Google Assistant

Le ventilateur connecté Zemismart va remonter seul sur les 2 assistants en tant que ventilateur, mais pas la lampe associée, ce qui est pourtant en général le cas avec les appareils à fonctions multiples. Cela veut donc dire que vous ne pourrez que faire varier la vitesse du ventilateur et non les couleurs. Il vous reste donc Smart Life… ou votre doigt.

Dans l’application Alexa, le ventilateur n’a pas moins de 26 vitesses… étrange pour un produit qui en a 3 en pratique. Mais au final, demander une vitesse du genre « Alexa, allume le ventilateur à 15 » ou « à 20 » ne va pas changer grand-chose car chaque annonce va permettre d’augmenter d’un niveau.

Sous Google Home, c’est plus simple, aucune vitesse n’est disponible. Donc dans ce cas, comment les changer ? Ce n’est pas si simple mais c’est possible.

En effet, sous Google Assistant, mais aussi sous Alexa, il va vous falloir demander « allume le ventilateur » pour l’allumer ou changer d’une valeur la vitesse. C’est-à-dire qu’en le demandant une fois, vous allez allumer le ventilo. Une seconde fois, vous passerez en vitesse 1. Une troisième, en vitesse 2… Et pour l’éteindre ? Eh bien, il faut dire « allume le ventilateur » une 4ème fois car la phrase « éteins le ventilateur » n’est pas reconnue ! C’est peu pratique et totalement ubuesque (Ubu Roi, vous connaissez ?).

Cela peut se comprendre via le fonctionnement de Smart Life et du ventilateur sans pale. Si vous appuyez sur le bouton virtuel, il va s’allumer et s’éteindre un peu après. Il n’y a donc pas de vrai statut ON avec le bouton tactile du ventilateur, qui va fonctionner à la pression. Il en va de même pour le fonctionnement à la voix. C’est bien dommage.

Alors effectivement, vous avez toujours la possibilité de créer un scénario sous Smart Life pour l’éteindre en demandant l’activation de cette automatisation, mais l’utilisation reste malgré tout fastidieuse, surtout avec Google Assistant.

Vous pouvez voir cela sur notre vidéo :

En conclusion de ce test, c’est en partie la déception qui pointe. En effet, Zemismart n’est jamais aussi bonne que quand elle est elle-même à l’origine des produits, ce qui n’est pas le cas ici. Et cela se voit. Même si ce ventilateur connecté sans pale est pétri de bonnes intentions avec son fonctionnement sur batterie, le fait d’avoir une lumière intégrée avec 6 couleurs différentes et ses 3 vitesses plus la simulation de vent naturel, on en fait vite le tour. En effet, la batterie dure peu de temps, il est assez bruyant pour la taille, son utilisation via Smart Life est limitée et son utilisation par les assistants connectés n’est pas aboutie. L’un des rares cas où le rapport qualité/prix n’est pas vraiment au rendez-vous chez Zemismart…

Zemismart - Ventilateur connecté sans pale compatible Alexa et Google Assistant

env. 34€
5.4

Installation

7.0/10

Design

5.0/10

Fonctionnalités

5.0/10

Application

6.0/10

Qualité/Prix

4.0/10

Les plus

  • Sans fil
  • 6 couleurs
  • Simulation du vent naturel

Les moins

  • Autonomie faible
  • Utilisation non aboutie avec les assistants vocaux
  • Utilisation limitée via Smart Life
  • Disfonctionnement du produit testé

Tags

Jean-Christophe

Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer