Jardin connectéTests & Avis

[TEST] Zemismart/ Benexmart : un système d’arrosage connecté

L’arrosage à la voix c’est pour qui ?

Avec les beaux jours qui arrivent, ou qui durent, votre jardin connecté va devoir être arrosé sans faute pour éviter de perdre vos précieuses plantations et vos jolis parterres. Mais qu’est-ce que c’est pénible… Dans le meilleur des cas, vous avez des arroseurs automatiques, mais il faut quand même aller ouvrir l’eau, et dans le pire des cas vous le faites vous-même, avec vos petits bras et vos petites jambes. Il faut que cela cesse !

Nous vous avons donc dégotté de quoi vous simplifier la vie : un système d’irrigation connecté, ou arrosage connecté, fonctionnant en Wi-Fi afin de vous permettre de gérer des cycles d’arrosages et bien plus encore. Alors merci qui ? Hé bien merci Zemismart (ou Benexmart dans ce cas, mais ce sont eux). Car c’est bien encore la marque de Shenzhen qui nous propose ce merveilleux produit, soit seul, soit en pack avec un kit d’arrosage, ou encore alimenté par un panneau photovoltaïque ! Et, là encore, à un prix accessible car il varie de 35 à 77€ en fonction du kit choisi.

Suivez-nous à travers ce test qui réserve quelques surprises…

Zemismart : système d’arrosage ou d’irrigation connecté

Unboxing et mise en place

Comme d’habitude, laissons de côté la partie packaging des produits de la marque, qui tirent plus sur la blague que sur les emballages. Le carton blanc immaculé et cabossé est pour le coup relativement fin, heureusement que le paquet est bien protégé.

« Les finitions sont très bonnes et les matériaux relativement qualitatifs pour le prix. » Les Alexiens

D’ailleurs, que trouvons-nous dans ce carton famélique ?

  • Le bloc de contrôle,
  • Un câble USB de 2 mètres,
  • Un embout pour système de goutte à goutte
  • Un embout pour raccord en DN20
  • Un adaptateur DN 15
  • Un raccord universel pour tout type de robinets
  • Un guide d’installation en anglais

Le bloc fait 24,5 cm de long pour 9,5 cm d’épaisseur au plus large, pour un poids d’un plus de 400 grammes. C’est un beau bébé, mais ce sera votre robinet qui va le supporter, pas vous, donc pas de soucis. Vous comprenez très bien, en le voyant, que tout va se passer en ses entrailles. C’est un simple système d’ouverture et de fermeture de vanne, mais il a la bonne idée de fonctionner à la fois en Wi-Fi et en physique. Effectivement, il y a un seul et unique bouton sur tout l’appareil, le célèbre On/Off. En ON, l’eau s’en va faire son bonhomme de chemin alors qu’en OFF, elle reste bien sage grâce à la vanne fermée. D’où la nécessité d’avoir chez vous un robinet de bonne qualité qui n’aura pas la fâcheuse tendeuse à fuir de partout si vous obturez la sortie de l’eau. Car dans ce cas, passez votre chemin, vous aurez une fuite d’eau permanente.

Pour le branchement au bec de votre robinet, au niveau du filetage, vous aurez 3 options.

  1. Tout d’abord le raccord DN20 (3/4’’ ou 20 mm de diamètre en interne). C’est le plus rependu.
  2. Il y a aussi le DN15 (1/2’’ ou 15 mm en interne). Celui-ci est en fait une pièce de métal usinée qui va venir se mettre dans le branchement DN20 afin de le réduire.
  3. Et enfin, si vous avez un robinet ni DN 15 ni DN20, voire même pas fileté, vous pouvez utiliser le raccord universel en plastique noir. Vous viendrez insérer le bout du bec dans l’ouverture et vous pourrez serrer le tout avec le collier en inox. Cet embout est adapté pour pouvoir venir ensuite se fixer dans le raccord DN20.

Vous pouvez également enlever la bague au niveau des raccord du bloc principal pour nettoyer une crépine qui a été mise ici pour arrêter les corps étrangers venant des tuyaux d’arrivée d’eau, comme de la rouille ou de la limaille, et ne pas endommager le système de clapet interne.

Pour la sortie d’eau, il y a déjà un connecteur fourni. Cependant, celui-ci est plutôt dédié aux tuyaux de petits diamètres de type goutte à goute. Si vous n’en avez pas l’utilité, vous pouvez venir y mettre celui que vous avez peut-être déjà chez vous, le système de « clipsage » et la taille étant standard (mais pas adapté au plus gros tuyaux). Dans le cas contraire, pour information, c’est du DN15.

Nous sommes sur un produit de bonne qualité, en plastique résistant à la fois aux UV, à l’eau et à l’usure. Les finitions sont très bonnes et les matériaux relativement qualitatifs pour le prix. L’herméticité du corps principal est très bonne. A noter que la version testée est celle avec alimentation secteur. Elle est livrée avec un câble USB de 2 m sans fiche (il va vous falloir la prévoir). Pour venir s’insérer dans le câble d’alimentation, c’est un embout DC qui a été choisi car cela permet de venir serrer une bague autour de la fiche pour rendre le tout hermétique. Mais ce mode d’alimentation est assez problématique dans bien des cas : il vous faut une prise à proximité. Chose qu’il y a rarement à côté d’une arrivée d’eau. Dans ce cas, il faudra une rallonge avec raccord hermétique… C’est le point faible de ce produit, très clairement.

Mais si vous êtes prêt à ajouter quelques sous, vous pouvez avoir la version autonome vendu avec un panneau solaire ! Et là, franchement, c’est classe !

Au niveau des caractéristiques techniques :

  • Alimentation : 5V, de type chargeur de portable (pas de notion de l’ampérage mais un 1A a fait le job)
  • Débit d’eau : 500 à 1700 l/h
  • Pression d’eau supportée : 1 – 8 Kg
  • Puissance : < 1W avec 30 mA
  • Plage de fonctionnement : 0 à 60°C
  • Communication : Wi-Fi 2,4 GHz
  • Résistance à l’eau : IP 67. C’est-à-dire que vous pouvez le mettre dans l’eau 30 min à 1 m de profondeur. Donc aucun problème pour l’arrosage direct à grande eau.

La mise en place se fait très simplement :

  • Venez visser l’embout DN20 ou 15 sur le filetage du bec de votre robinet. Si vous n’avez pas assez de place, ce n’est pas grave. Dévisser complètement le module contenant la crépine, visser le à votre robinet, remettez le bloc principal dans l’alignement et revissez la bague.
  • Même punition si vous devez installer le connecteur universel.
  • Venez ensuite brancher le câble à une prise, et voilà.

Vous avez un voyant rouge sur la gauche qui va clignoter pour vous dire que vous n’êtes pas connecté au réseau. La lumière verte à droite vous informe sur le statut ON ou OFF (vert c’est ON et éteint c’est pas allumé, c’est clair ?). Vous êtes prêt pour passer à la suite.

Zemismart : système d’irrigation connecté

Utilisation sous Smart Life

Comme la totalité des produits de la marque, notre système d’irrigation (qui vient du latin rigere qui veut dire « amener », diriger et ir qui signifier « dans ») va fonctionner sous Smart Life. L’installation est assez simple avec une subtilité qu’il y a assez rarement. Le guide en anglais vous l’explique bien (c’est d’ailleurs la seule chose à peu près utile dedans.) : il va vous falloir scanner le QR code sur le côté du bloc.

Pour faire simple : il faut le faire entrer en mode appariement en appuyant sur le bouton pendant environ 5 secondes s’il n’est pas en train de clignoter. C’est la petite LED rouge que vous devez surveiller.

Dans Smart Life, appuyez sur le « + » en haut à droite et ensuite sur le « -«  pour entrer en mode scannage. L’appareil est automatiquement reconnu. Continuez l’installation en le connectant à votre Wi-Fi. Faites bien attention à ce que le système d’arrosage soit sur ON, sinon, ça ne marchera pas.

Mais là, si vous avez déjà la skill Smart Life, vous voyez qu’Alexa ne vous met pas son petit message pour vous informer qu’un nouvel appareil est détecté… Étrange, car dans la documentation, il est dit que ça fonctionne à la voix… Oui, mais à la voix via l’application Smart Life et non via Alexa ou Google Assistant… C’est assez moyen… mais il y a toujours une solution, on verra ça tout à l’heure.

Dans l’application, vous pouvez l’allumer ou l’éteindre via un bouton virtuel. Vous avez aussi une notification push qui va apparaitre sur le haut de votre écran. C’est très bien pour savoir si votre « arroseur » s’est mis en marche ou s’il s’est éteint.

Et bien entendu, vous pouvez régler des « timers » pour déterminer des cycles d’arrosages (tous les jours à 20h par exemples et éteindre à 21 h). Il y a aussi un compte-à-rebours pour arrêter l’arrosage x minutes après l’avoir allumé manuellement. Mais si ça ne s’arrêtait que là, ça serait un peu juste. Nous allons donc voir ensemble des exemples de scénario et d’automatismes pour profiter pleinement de ce système connecté.

Mais avant cela, cette vidéo de notre chaîne YouTube vous explique de façon claire l’installation de votre module.

Alexa et Google : des scénarios à gogo

Vous l’aurez compris, pour pouvoir utiliser à fond ce système d’irrigation ou arrosage connecté, il vous faudra passer par des scénarios et automatisations. Les scénarios vont tout d’abord vous permettre dans un premier temps de pourvoir utiliser votre appareil à la voix avec Alexa et Google Assistant. Voici comment faire.

Allez dans scénario, appuyez sur le « + » en haut à droite, puis exécutez le périphérique, choisissez votre « robinet » puis Switch ON pour le faire allumer dans ce cas. Nommez ensuite ce scénario « allume arrosage » dans ce cas. Pour le faire s’éteindre, il vous suffit de créer le scénario inverse avec Switch OFF et un autre nom comme « éteins Arrosage ». Il y a aussi plus simple, sélectionner ON / OFF et un seul nom. Une activation va l’allumer, une seconde va l’éteindre.

Grâce à cela, vous pouvez aller voir dans la liste des scénarios Alexa que ces derniers sont remontés et qu’il est donc possible d’activer votre arrosage à la voix. Pour Google Home, les scénarios ne remontent pas mais il reste malgré tout utilisables. Demandez juste, « Alexa, Active allume Arrosage » ou « Ok Google, active éteins arrosage ». Facile non ? Et pour s’assurer que c’est bien effectif, la petite notification va venir vous apporter l’information du statut.

Regardons maintenant les automatisations.

Le principe est plus ou le moins le même. Appuyez sur le « + » dans la partie scénario / automatisation mais ensuite, venez choisir « Quand la météo change », par exemple. Vous allez pouvoir entrer dans les possibilités offertes par Smart Life, à condition que votre adresse soit bien renseignée.

Prenons l’exemple suivant : arrêter un cycle d’arrosage s’il pleut.

Choisissez « météo », « pluvieux », puis « exécuter le périphérique » et allez ensuite chercher votre robinet, puis choisir OFF.

Cela n’est qu’un exemple de ce qu’il est possible de faire. Libre à vous de jouer avec ces scénarios et automatisations Smart Life pour faire de ce système d’irrigation ce que vous en voulez. Il fait trop chaud pour arroser ? Régler en sorte que l’arrosage ne se mette pas en marche s’il faut plus de 30°C par exemple…

Regardez sur ce test vidéo pour plus de détails :

En conclusion, Zemismart nous propose de nouveau, via sa marque Benexmart, un excellent produit. Ce système pour arrosage connecté est vraiment très bien, à une prix défiant toute concurrence. Il n’y a pour ainsi dire rien sur le marché à ce rapport qualité / prix. Les finitions, le fonctionnement et les matériaux ne présentent aucun problème. En revanche, attention, il va vous être nécessaire de bidouiller pour le rendre utilisable à la voix et surtout, le fonctionnement sur secteur est vraiment un point faible pour plusieurs raison (sécurité, disponibilité d’une prise…). Privilégiez si possible la version autonome.

BENEXMART WiFi Automatique Jardin Minuteries d'eau Téléphone Intelligent Système D'irrigation De Jardin À Distance Système D'irrigation Électronique Minuterie Contrôleur Arroseur

à partir de 35€
8.6

Installation

8.0/10

Design

8.0/10

Fonctionnalités

9.0/10

Application

9.0/10

Qualité / Prix

9.0/10

Les plus

  • Installation simple
  • Qualité / Prix
  • Paramètrable à l'envi

Les moins

  • Pas d'utilisation vocale directe via les assistants connectés
  • Nécessite d'être branché au secteur (il existe une version solaire)

Tags

Jean-Christophe

Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer