Test Xiaomi Jya Fjord : le purificateur d’air connecté qui tourne aux UV

Notre avis sur le purificateur d'air Fjord de Jya

Jya Fjord Air Purifier

Jya Fjord Air Purifier

En ces temps de télétravail et de confinements plus ou moins volontaires, la qualité de l’air de votre intérieur est importante. Et il est souvent bien plus pollué qu’à l’extérieur, c’est pour cela que nous parlons de pollution intérieure. Ça fait peur non ? Ne vous inquiétez pas, nous avons la solution : le purificateur d’air connecté Jya Fjord.

Après notre test du Proscenic A9, nous avons recherché un autre modèle et trouvé pour vous le Jya Fjord dans l’écosystème Xiaomi, un purificateur d’air filtrant les particules en suspension (PM 10 et PM 2.5), les gaz (TVOC) et qui va traiter l’air par UVC-C afin de permettre une purification à 99,99% avec un CADR de 450 m3/h pour 54 m² de surface max… Et qui fonctionne évidemment avec les assistants vocaux Alexa et Google Assistant. Pour 399€, est-ce le purificateur idéal ?

Jya Fjord : un purificateur d’air au design convaincant

Unboxing

Si vous ne connaissez pas la marque Jya, sachez que c’est une marque d’appareils électroménagers professionnels appartenant à Smartmi Technology. Elle vise l’accès à une technologie de pointe, une expérience ultime et l’esthétisme. Smartmi Technology est une sous-division de Xiaomi spécialisée dans la purification de l’air depuis 2014. Depuis lors, plus de 15 millions d’appareils ont été vendus dans 100 pays.

La marque vise avant tout le haut de gamme et cela se voit avec le carton lequel le purificateur d’air Jya Fjord est livré : visuel de l’appareil, explication du fonctionnement et caractéristiques sont bien mis en avant en impression couleur et glacée.

Le Fjord est en 100% plastique de type ABS, qui résiste au temps et aux UV. Le design est vraiment réussi et esthétique. Il est de couleur gris anthracite mat avec des touches de cuivre sur les « poignées » et la périphérie de la grille supérieure. Les trous d’aspiration sont sur l’avant et l’arrière, tandis que le refoulement de l’air se fera par le dessus. Il sera donc nécessaire de ne pas le placer trop proche d’un mur pour un bon brassage de l’air de la pièce (20 cm d’espacement minimum).

Aucun problème de finition n’a été constaté sur le modèle testé. Au contraire, le goût du détail est bien présent. Il est en revanche assez gros car il faut compter 29 cm de large, 26 de profondeur et 53,5 de hauteur, pour un poids de 6,5 Kg. Mais comme il est doté de quatre roulettes 360°, ce poids ne posera pas de problème. Le déplacement est très facile et tout aussi fluide.

Le Jya Fjord est livré avec une notice multilingue dont le français ainsi qu’un câble d’alimentation pour le faire fonctionner en 48W. Il est également fourni avec un filtre, déjà en place. Ce filtre, qui se rachète pour 59€ est doté de la technologie Jya Nanoguard ™. Difficile de s’avancer sur une durée de vie de ce filtre, cela va dépendre de la fréquence d’utilisation et de la qualité de l’air à traiter, mais on peut escompter une année environ en utilisation raisonnée et environ 6 mois pour une utilisation intensive.

Ce qui s’apparente à des poignées est avant tout un système d’ouverture pour enlever le haut du purificateur. Le filtre est important car il va arrêter les particules et les gaz (nous y reviendrons), mais la tête du Fjord a aussi un gros rôle à jouer dans la purification de votre air. En effet, celle-ci va non seulement intégrer le ventilateur d’aspiration mais également un système de traitement de l’air par UV-C via une LED spécifique. Là encore, il n’est pas possible de donnée une durée de vie pour ce type de système, mais la moyenne est de 15 000 heures (ce qui fait 1 an 7 mois d’utilisation sans interruption 7/24). Une fois grillée, pas de possibilité de changement, ce qui est dommage.

Vous remarquerez que cet élément central du purificateur est doté sur le côté de deux contracteurs afin d’éviter sa remise en marche à vide. C’est un élément de sécurité pour ne pas se prendre les UVC-C émis par la LED directement dans les yeux ou la peau. Le Jya Fjord pense à nous !

Sur l’arrière, vous trouverez :

  • Le bouton ON/OFF
  • Le capteur d’humidité et de température. En effet, le purificateur vous permet de suivre ses valeurs en direct sur l’écran ou via l’application,
  • Le capteur de gaz pour les TVOC.

Le Jya Fjord est doté d’un écran OLED tactile. Ce dernier vous permettra, en glissant sur la droite ou la gauche, de choisir ou modifier différents paramètres :

  • La température et l’humidité de la pièce.
  • Ecran principal : les mesures PM 2.5, PM 10 et TVOC en alternance.
  • Mode de fonctionnement :
    • Automatique (A) : gestion de la puissance par le purificateur en fonction de la pollution détectée,
    • Sommeil (☽) : fonctionnement minimale avec 18 dB(A)
    • Puissant (🗲) : à fond les ballons
    • Favori (❤) : définissez et enregistrez la puissance et la surface via l’application.
  • Durée de vie restante du filtre ou réinitialisation,
  • Réglage de la luminosité de l’écran,
  • Verrouillage « enfant »
  • Paramètre Wi-Fi. Pour faire entrer le Fjord en mode appairage, appuyez sur reset et attendait que le symbole Wi-Fi clignote.
  • UV : activation et désactivation de la LED.
Nous avons donc à faire à un produit haut de gamme (traitement UV, suivi des gaz et particules en suspension), qualitatif et design, présentant des caractéristiques intéressantes que nous allons maintenant détailler…

Caractéristiques :

  • Marque : JYA
  • Modèle : Jya Fjord
  • Alimentation : secteur, via une prise EU sans terre.
  • Dimension en mm : 290 * 260 * 535 mm
  • Poids : 6,5 kg
  • Puissance : automatique, silence, puissant et favori.
  • Surface pouvant être traité au maximum : de 31 à 54 m²
  • CADR (Clean Air Delevry Rate) : 450 m3/h en puissance max. C’est-à-dire que le purificateur va filtrer en une heure 450 m3 d’air. Cette valeur évalue l’élimination des 3 polluants de l’air les plus retrouvés : la poussière, le pollen et la fumée Le TVOC CADR (la même chose mais pour les gaz « nocifs ») est de 150 m3/h…
  • Accessoires : filtres Nanoguard ™.
  • Traitement UV : Oui
  • Durée de vie de la LED UV-C : 15000 h.
  • Durée de vie des filtres : 6 à 12 mois
  • Connectivité : Wi-Fi IEEE802.11 b/g/n 2.4 GHz, utilisable à la voix avec Alexa, Google Assistant et Apple HomeKit.
  • Consommation en veille : <2W

« le filtre Nanoguard ™ fonctionne très bien »

Concernant le filtre, nous sommes sur le système maison Jya Nanoguard ™ , ce dernier propose :

  • un préfiltre permettant d’arrêter les plus grosses particules comme les poils, les cheveux, les fibres, les squames et certains pollen…
  • Filtre Nanoguard . Ce filtre est donné pour arrêter non seulement 99,97 % des particule de plus de 0,3µm mais aussi 99,9% des particules de 0,1 µm. Ainsi, il va arrêter les particules PM 10 et PM2.5 comme la fumée, le pollen, les acariens… En effet, PM 10 et 2,5 correspondent à des particules en suspension de diamètres de 10 ou 2,5 µm ou inférieurs. Pour info, le diamètre d’un cheveu humain est de 60 µm en moyenne.
  • une couche de charbon active pour éliminer les odeurs et les gaz comme les formaldéhydes en les absorbant. C’est elle qui va permettre de gérer les TVOC sur lesquels nous reviendrons tout à l’heure. Cette couche est présente sur l’ensemble du filtre, d’où une surface d’échange importante.

Bien entendu, le filtre, contrairement à ceux des aspirateur robot (comme le Dreame W10), n’est pas lavable car cela détériorerait les fibres et le revêtement. Il faudra donc penser à le changer tous les 6 à 12 mois.

Et la quatrième barrière pour un air propre et sain est constituée de la LED UVC-C. Les UVC-C sont plus énergétiques des rayonnements UV avec une longueur d’onde entre 100 et 280 nm. Cette énergie va leur permettre de venir arracher des électrons sur certains constituant de l’ADN ou d’autres molécules et ainsi les dégrader ou, au contraire, apporter l’énergie nécessaire pour créer des liaisons qui ne devraient pas se faire. Résultats : mutation, destruction, formation de radicaux libres… Chez les humains, cela peut entrainer des cancers de la peau, chez les bactéries et les virus (bien plus petits donc bien plus réactifs à ce type de traitement), cela permet de les détruire très rapidement. Mais il faut au moins 5 minutes. Vu la vitesse de passage de l’air dans le purificateur, c’est plutôt le recyclage répété de la même ambiance qui va finir par détruire les bactéries et les virus. De là à s’avancer sur les 99,99% de purification annoncés… Cela dit, la taille des bactéries allant de 0,5 à 10 µm, celles prises dans le filtre vont calancher assez vite. Pour les virus, nous sommes sur des tailles 1000 fois plus petites (le COVID fait 0,06 µm par exemple). Dans ce cas, c’est plus le recyclage qui va agir.

Jya Fjord : installation et présentation de l’application

Même si Jya fait partie du groupe Xiaomi, le Fjord ne sera pas reconnu par l’application Xiomi Home. Il le sera en revanche par Tuya / Smart Life, mais son intégration reste partielle, en chinois en partie, et sans toutes les fonctionnalités. Il vous faudra donc passez par l’application Smartmi Link disponible sous Android et iOS. L’installation est relativement simple (activez votre GPS, Bluetooth et Wi-Fi et mettez en marche le purificateur) :

  • Créez un compte si ce n’est pas déjà fait,
  • Appuyez sur le + en milieu de page
  • Venez choisir le Jya Fjord,
  • Sur l’écran OLED, allez sur le Wi-Fi et appuyez sur le bouton reset jusqu’à voir le logo Wi-Fi clignoter sur l’écran,
  • Entrer vos identifiants Wi-Fi,
  • Laissez faire et c’est bon !
Le Jya Fjord est installé et prêt à l'emploi en quelques minutes.

Vous aurez certainement une mise à jour à faire, proposée directement visible sur l’écran du purificateur d’air et non sur l’application. Une fois cela fait, vous pouvez renommer votre Jya Fjord à votre guise dans les paramètres afin de l’utiliser plus facilement en vocal.

L’application est très simple. Sur la page d’accueil du purificateur, vous avez d’affiché l’indice PM2.5 en temps réel, les TVOC (une tendance) et la qualité générale de l’air. Vous avez également, en bas, la température et l’humidité de la pièce où il est placé. Les valeurs sont assez fiables. Depuis la même vue, il est possible de l’allumer et l’éteindre mais aussi de faire varier la puissance en faisant glisser à gauche ou à droite la réglette : veille, automatique, très rapide ou manuelle (les mêmes que via l’écran). En mode manuelle, venez définir la puissance en fonction de la taille de la pièce.

En développant la partie basse (geste vers le haut), vous aurez accès à l’autre paramètres :

  • Gestion de la luminosité de l’écran (éteint à intense)
  • Durée de vie restante du filtre
  • Définir une minuterie d’utilisation
  • Allumer et éteindre la lampe UV
  • Mettre le verrouillage enfant
  • Activez ou non les son (des Bips) du purificateur.

Autres modifications possibles en allant dans les paramètres généraux (logo Smartmi) : L’unité de température, la région, la langue, vérifier les mises à jour…

Ce qui va la différencier des autres, c’est que si vous appuyez sur TVOC ou PM2.5, vous aurez accès à des graphiques au jour, semaine et mois montrant l’évolution de ces paramètres. Ce qui est regrettable, c’est qu’il n’y a pas d’ordonnée sur les graphiques, il n’est donc pas possible de connaitre l’échelle. Pour pouvoir connaitre la valeur, il faut laisser son doigt sur le graphique environ 1 sec pour qu’elle apparaisse. Et ne pas l’enlever sinon, la valeur disparait. Autre point, les TVOC sont exprimé en PM2.5, ce qui n’a absolument rien à voir car les TVOC sont des gaz. Cela ressemble plus à une boulette…

Les plus perspicaces auront remarqué un code couleur allant de vert à rouge, communiquant une information sur la qualité de la valeur. La marque a défini ce code pour les PM2.5 seulement :

  • Vert : très bon, de 1 à 20 µg/m3
  • Jaune : bon, de 21 à 35 µg/m3
  • Orange : moyen, de 36 à 55 µg/m3
  • Rouge : Nocif, plus de 55 µg/m3

Pour les TVOC, le code couleur est le même mais les valeurs ne sont pas communiquées. Pour les PM10, hormis sur l’écran, ils n’apparaissent pas sur les suivis. L’application manque donc de précision et d’intuitivité même si elle reste relativement simple d’utilisation.

Avec Amazon Alexa

Bonne nouvelle, le Jya Fjord est compatible Alexa. Pour l’utiliser, activez la Skill Smartmi Link dans l’application Alexa, renseignez vos identifiants, et effectuez une recherche des nouveaux appareils. Si rien n’est trouvé, il se peut qu’il soit déjà remonté dans la liste de vos appareils connectés.

En tactile dans l’application Alexa, il est possible de sélectionner quatre modes (auto, veille, puissant et favori), allumer et éteindre, mais aussi de l’intégrer dans une routine. A la voix, en revanche, il n’est possible que de l’allumer et l’éteindre. Le contrôle vocal est donc limité. Ceci-dit, quand vous l’allumez, il reprendra sa dernière configuration.

Avec Google Assistant

Avec Google Assistant, activez l’extension Smartmi Link dans Google Home. Choisissez ensuite la pièce où le Jya Fjord sera placé. L’intégration est en revanche loupée car il n’est possible que de l’allumer et l’éteindre. Aucun pilotage tactile n’est proposé. Il donc tout simplement possible d’allumer et l’éteindre.

Cela dit, dans les deux cas, si vous le mettez en mode Automatique, le purificateur d’air va régler lui-même sa puissance, donc la possibilité de demander un type de fonctionnement spécifique à la voix reste du gadget.

En l’absence de plug-in SmartLink sous Jeedom, il n’est pas possible de l’utiliser avec. Cependant, vous avez la possibilité de l’installer sous Smart Life, mais les données sont assez délicates à retrouver car moitié anglais / moitié chinois…

Utilisation du Jya Fjord au quotidien

Il est avant tout nécessaire de faire le point sur l’utilité du suivi des PM 2.5, PM10 et TVOC. Ces indicateurs permettent de suivre la pollution intérieure de votre pièce / appartement / maison. Cela englobe les gaz polluants comme le formaldéhyde, les pollens, les odeurs… Si vous avez une cheminée ouverte ou si vous fumez, c’est encore pire. La méthode la plus économique consiste à aérer régulièrement, mais cela n’est pas suffisant et peut même permettre l’entrée de polluants extérieurs.

Les PM 10 et PM2.5 représentent la concentration en µg/m3 de particules de 10 µm et 2,5 µm de diamètre ou moins. Des particules qui peuvent pénétrer dans les poumons assez profondément et entrainer des problèmes respiratoires, de l’asthme, voire même des cancers.

Selon le décret n°2010-1250, les valeurs limites pour la protection de la santé humaine pour les PM10 (applicables aux concentrations non liées à des événements naturels) sont de :

  • 50 µg/m3 en moyenne journalière, à ne pas dépasser plus de 35 jours par an ;
  • 40 µg/m3 en moyenne annuelle.
  • Seuil d’alerte : 80 µg/m³ en moyenne journalière.

Ce sont des valeurs liées à l’air extérieur en partie, mais qu’il semble intéressant de prendre en référence. Nous avons vu que pour Jya, l’indicateur vire au rouge à 55 µg/m3. Ce qui est cohérent, même si cela concerne les PM2.5. D’ailleurs, pour des dernières, l’Union européenne a fixé un niveau de qualité de l’air à 20 µg/m3 en moyenne sur l’année (ce qui correspond au niveau vert pour Jya). Cependant, d’autres instances comme l’OMS souhaite une limite à 10 µg/m3. Les mesures sont effectuées via un capteur laser.

Autre avantage du Jya Fjord, il mesure également les TVOC ou composés volatiles organiques totaux grâce à un capteur de gaz. Les TVOC se mesurent en ppm ou en µg/m3. Ce sont des composées volatiles présent dans l’air et ayant une longueur de chaine carbonée de 3 à 10 carbones. Le plus connu des VOC est le Formaldéhyde. Mais ils sont bien plus nombreux et sont issus de sources divers comme des gaz (naturels ou non), les produits d’entretien, la fumée, les contreplaqués, les colles, les transports… Il n’y a pas vraiment de valeur réglementaire, mais selon l’AFSSET, le seuil de 300 µg/m3 est mis en avant pour les COV totaux et pas plus de 1000µg/m3 sur 28j. Ces TVOC sont malgré tout important à suivre car ils sont eux-aussi des causes d’asthme, de problèmes respiratoires et de maladies pulmonaires graves. C’est pour cela qu’il existe des valeurs limites en émanations pour les solvants, les peintures, les meubles… avec un indice de pollution de l’air.

Même si les valeurs annoncées par le Fjord ne sont pas claires concernant les TVOC et les PM10, la répétabilité de la mesure permet un bon monitoring de la qualité de votre air.

A l’utilisation, le purificateur d’air Jya Fyord est assez silencieux car il ne développe que 18 dB en mode silencieux et pas plus de 66 dB en mode Max. En mode automatique, il va rarement dépasser les 30 à 35 dB, soit l’équivalent d’un bruit de fond. Si la qualité de l’air est dans le vert, la puissance sera au mini. A l’inverse, plus elle sera mauvaise, plus l’aspiration sera importante. C’est le mode le plus polyvalent.

Nous avons cherché à tester sa puissance de traitement. Pour cela, nous avons mis à brûler un peu de sauge, faisant beaucoup de fumée. Les PM2.5 sont montés à plus de 600 µg/m3 (imaginez avec une cigarette) et parallèlement, le purificateur s’est en puissance maximale. La fumée a été directement aspiré par la façade, traité et l’air rejeté par la grille supérieur était exempte de fumée, preuve que le filtre Nanoguard ™ fonctionne très bien. Il faut bien entendu du temps pour que la pièce retrouve un air purifié. Les graphiques montrent en même temps une augmentation importante de ces valeurs (TVOC et PM2.5) même si ce n’est pas en temps réel.

Pour s’assurer que les TVOC sont également bien détectés, nous avons regardé une courbe tracée pendant la nuit, quand le purificateur est dans une chambre close. On y voit bien un pic au moment du couché et quelques autres quand les cobayes se réveillent (vers 1h par exemple).

Avec la période des pollens qui arrive, nous avons placé le purificateur d’air dans la chambre d’une personne allergique qui commençait à souffrir des graminées. Et là encore, carton plein. Pas d’éternuement en soirée et le matin, nuit plus paisible. Ce sont donc des résultats très encourageants, même si nous ne pouvons en aucun cas nous engager sur le fait que ça soit le cas pour tous les allergiques et en tout temps. A noter qu’en fonctionnement standard, avec porte ouverte, les PM2.5 (incluant donc certains pollens) sont entre 1 et 5 µg/m3. Donc peu d’allergènes se balade encore.

Pour la partie destruction bactérienne et virale, difficile de s’engager sur un résultat. La marque annonce une purification à 99,99%. Bien entendu, nous n’avons pas pu tester cela car il nous aurait fallu un collecteur d’air pour récupérer les petites bêtes présentes. Mais si le résultat n’est peut-être pas au niveau annoncé, cela ne peut, sur le principe, que mettre un coup derrière les oreilles aux moisissures, bactérie et virus.

A noter également, les volumes d’air traités par heure sont vraiment impressionnants et que le débit de 450 m3/h permet de faire rapidement baisser les polluants dans une pièces close. Mais cela dépendra bien entendu de sa taille.

Nous vous invitions à regarder notre vidéo YouTube pour le voir en fonctionnement, et n’oubliez pas de vous abonner, ça fait plaisir !

En conclusion, le purificateur d’air Xiaomi Jya Fjord est clairement un très bon produit. Il a l’avantage de cumuler le traitement de l’air par un filtre Nanoguard ™ permettant de capter les PM10 et PM2.5 avec un rendement autour de 99,97% pour les particules de 0,3 µm et de 99,9% pour celles de 0,1 µm. Ajoutez à cela un revêtement en charbon actif pour venir absorber les TVOC (gaz plus ou moins nocifs) et une LED UV-C pour assainir l’air en tuant bactéries et virus (en théorie), et vous obtenez une purification de l’air à 99,99%. Les résultats sont très bons avec un traitement très efficace des fumées et allergènes. Les mesures sont cohérentes (testé avec fumées et gaz) et répétables, ce qui est un plus en l’absence de valeur claire pour les PM10 et TVOC. Le suivi et son évolution dans le temps est donc un bon moyen de monitorer votre pollution intérieure.

Relativement puissant avec son CADR de 450 m3/h et 150 m3/h pour les TVOC, l’appareil va traiter des surfaces de 31 à 54 m². De plus, le choix des valeurs limites pour les PM2.5 sont en accord avec l’INSEE mais aucune information n’est disponible pour les PM10 et TVOC… L’application est très simple mais manque de précision sur les graphiques, qui pour certains ne sont pas mis à jour en temps réel. Son intégration dans les assistants vocaux (Alexa, Google Assistant et Siri) est intéressante mais permet principalement d’allumer et d’éteindre à la voix.

Bref, nous sommes sur un purificateur d’air puissant, avec plusieurs niveaux de traitement et une très bonne efficacité, son prix de 399€ (et 59€ tous les 6 à 12 mois pour un filtre) n’étant pas incohérent au vu de la qualité et de la technologie mise en œuvre. Si vous êtes allergique ou simplement soucieux de votre santé, n’hésitez pas, craquez pour le Jya Fjord !

Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !