[TEST] Amazon Echo 2ème génération (2017) : celui par qui tout a commencé !

Vous savez quoi ? Nous venons de voir que nous n’avons pas encore fait de test pour les appareils Echos ! Ce sont vraiment les cordonniers les plus mal chaussés !

Entre la rédaction des Alexiens et Echo, c’est une longue histoire. Pourquoi ? Car nous étions chacun des bêta-testeurs de cette chère Alexa ! Nous avons donc pu participer à notre niveau au déploiement des Echo en France et à son adaptation dans nos contrées. Pour les personnes qui ne savent pas vraiment ce qu’est un bêta-testeur, c’est un client Amazon plutôt porté sur la High-Tech qui a été sélectionné par Amazon via une méthode bien à eux et ensuite en fonction d’un questionnaire pour leur permettre d’affiner leur choix : utilisation de services de musique, lieu de naissance (pour aider Alexa à comprendre les différents accents), lieu de résidence, équipement Internet…

Bref, début 2018, l’enceinte est arrivée dans nos foyers et c’est là que tout a commencé !

Amazon Echo: une IA à la maison !

Après le déballage fébrile de cette boite bleue, nous tenons dans nos mains moites et tremblantes cette enceinte anthracite de 15 cm de haut pour 9 cm de diamètre et un poids d’un peu plus de 800 g… Premier constat : whaa, c’est lourd et c’est assez joli ! En plus, on peut enlever l’étui pour changer la couleur de l’écho si le noir ne nous plaît pas.  Il y a également un cordon d’alimentation avec un adaptateur.

Hop, on branche, après avoir téléchargé l’application Amazon Alexa. Il faut configurer la bête et cela se fait relativement facilement. Si, d’ailleurs, vous avez des difficultés à le faire, nous avons des tutoriels pour vous. Pour la mettre en ligne ? Il vous faut un Wi-Fi 802.11a/b/g/n en 2.4 GHz  ou en 5 GHz.

Une fois connecté, on est hypnotisé par ce cercle de couleur qui se meut en fonction des humeurs d’Alexa : écoute, réponse, hors ligne, mute… Et puis elle nous parle ! Elle nous explique ce qu’elle peut faire pour nous… On lui parle aussi, on veut tester. On pose toutes les questions qui nous passent par la tête : tu t’appelles comment ? tu fais quoi ? quelle est la météo ? t’as quel âge ?

Bon, on va être francs, au début, Alexa n’était pas vraiment au point : grosses difficultés de compréhension, prononciation hasardeuse, pas de skill… Mais en même temps, c’était notre boulot de bêta-testeurs de tester, tester et tester encore. Et effectivement, avec le temps et des crises de nerfs, Alexa a de mieux en mieux compris. Elle s’est développée. C’est le mot, développée. Et elle continue encore aujourd’hui. Au début, les nouveaux acquéreurs la trouvent limitée et peu débrouillarde. Et la réponse à apporter est toujours la même : il faut l’utiliser le plus possible, remonter à Amazon ce qui n’est pas compris et vous serez surpris de voir comment elle évolue.

Et maintenant, Alexa nous donne les informations, la météo, le trafic, permet de faire des recherches diverses et variées, pilote les lumières, les prises, les thermostats, joue de la musique, lit les livres audio ou Kindle…

Amazon Echo: vivisection !

Avant de de voir ce qu’il est possible de faire avec votre enceinte, regardons un peu ce qu’elle a dans le ventre.

L’Echo va très certainement vous servir à écouter de la musique ou des radios. Pour cela, elle a un woofer de 63 mm et un tweeter de 16 mm. Donc, en gros, un grand haut-parleur et un petit.  Et grâce à cela, le son est plutôt bon. Bien entendu, il y a mieux… Mais il y a aussi moins bien, vraiment moins bien. En tout cas, pour écouter les tubes du moment, c’est vraiment très satisfaisant. Et si vous le trouvez trop juste, l’Echo a aussi une prise jack 3,5 mm pour le brancher sur un appareil plus puissant. Il est également équipé du Bluetooth, si vous souhaitez « streamer » la musique de votre portable.

Sur le dessus, entouré d’un anneau mouvant, vous trouverez 4 boutons : volume +, volume -, mute (pour couper le micro et aussi l’écoute) et le bouton action (pour parler à Alexa sans l’activer par la voix).

Et les skills, c’est quoi ? Une skill est l’équivalent d’une application pour smartphone. Ce sont des « modules » que vous pouvez activer pour avoir des capacités en plus : piloter votre maison, news, jeux…  Souvent, pour piloter un appareil comme une lampe, une prise ou un aspirateur il vous faut l’application téléphonique et la skill dédiée. Donc bien faire attention à leur existence sur le store. Certaines skills sont multi-marques et multi-produits. De vrais couteaux suisses.

Amazon Echo: pour quoi faire ?

Une question vient assez rapidement quand on parle de l’Echo : mais ça sert à quoi ?

Voici une liste non exhaustive :

  • Aide au quotidien : Alexa vous donnera la météo, le trafic, les dernières nouvelles… Elle vous racontera aussi des blagues, des anecdotes, fera des recherches sur internet pour répondre à vos différentes questions (âge du capitaine, poids du boson de Higgs…). Elle vous permet aussi de mettre des réveils, des alarmes, des minuteurs…
  • Lancer des skills : là ses possibilités sont infinies : jeux, musique, nouvelles, cuisine, réservation de taxi…
  • Ecouter de la musique : pour ce faire, plusieurs voies d’entrée. Le Bluetooth si vous voulez « streamer » la musique ou les services inclus dans l’Echo. Là encore, il vous faut un abonnement premium à Amazon Music, Deezer, Spotify pour en profiter. Comptez en moyenne 9,99€ par mois pour chacun. Vous demandez simplement à Alexa de jouer tel morceau, ou tel artistique ou tel type de musique, et à vous les watts! Avec l’abonnement Prime, il y a une version plus light d’Amazon music vous donnant accès à une partie du catalogue pendant 40h.  Il y a également un abonnement Amazon Music Unlimited dédié à un seul Echo pour environ 3€. Vous pourrez ainsi demander à Alexa de vous réveiller à 5h00 du matin avec la musique de la reine des neiges ! Et avec la fonction « multiroom », vous pourrez écouter la même musique sur tous vos appareils en même temps et ainsi vous immerger dans la musique dans toute la maison.
  • Vous mettre à la domotique : Alexa vous permet de créer votre maison connectée via des prises, ampoules, thermostats, interrupteurs, bandeaux lumineux, aspirateurs… fonctionnant via internet et contrôlés par Alexa (et les skills dédiées). Ainsi, à vous le plaisir de dire : « Alexa, allume la salle à manger en mauve », « Alexa, éteins la prise du bureau » ou encore « Alexa, règle le chauffage sur 19,5° » … Dans une soirée, ça fait toujours sont effet
  • Alexa vous lit aussi vos livres audio Kindle ou Audible, en natif.
  • Passer des appels entre les Echos ou vers une application Alexa. C’est assez pratique. Si vous êtes en déplacement, vous appelez votre écho via l’application et vous pouvez discuter avec votre famille. Dans le même principe, en local (mais pas que), vous pouvez appeler un autre appareil, comme un interphone…

 

 

 

Amazon Echo: La coloc idéale ?

Oui, bien sûr. Mais comme dans toutes les colocs, il y a toujours des choses qui nous agacent. On peut constater des petites baisses de débit du Wi-Fi lorsque trop d’appareils sont connectés. Nous ne sommes donc pas sur un problème lié à Echo, mais plutôt à la saturation de notre réseau. Dans ce cas, privilégiez les hubs ou les répéteurs / routeurs Wi-Fi…

Autre petit problème, les latences de certaines skills qui font que, parfois, il y a un temps assez important entre la demande et la réalisation de l’action, comme éteindre une lumière… Mais cela dépend des jours et des heures. Et cela s’améliore de plus en plus. Vous trouverez assez vite les skills à privilégier.

Alexa est parfois un peu dure de la feuille et ça peut être agaçant le soir…

Et l’appli Alexa n’est pas toujours très réactive…

Mais, franchement, quand on voit tout ce que l’on peut faire avec et comment cette enceinte s’améliore de jour en jour, on ne peut qu’être sûr que ces problèmes sont passagers ! Et nous ne pouvons que vous la conseiller !

 

 

 

Partager :