Test Dreame L10 Ultra : un haut de gamme plus accessible ?

Dreame L10 Ultra

Dreame L10 Ultra Robot Aspirateur et Serpillère avec Vidange Automatique

Prix au : 19 juillet 2024 20 h 48 min

L’univers des aspirateurs robot haut de gamme est de plus en plus fourni mais assez dispendieux. Si vous avez été emballé par notre test du Dreame L10s Ultra mais un peu refroidi par le prix, le nouveau Dreame L10 Ultra est certainement pour vous !

Quasiment identique à son grand frère, mais dépourvu du système IA, il propose une puissance d’aspiration de 5300 Pa, une batterie de 5200 mAh, un système de navigation LiDAR, une cartographie en 3D, une station de collecte automatique de poussière et autres automatisations… Il est lui aussi doté d’un procédé de lavage des sols avec 2 serpillères rotatives et un système d’autonettoyage et séchage automatique des dites serpillères. Pilotable à la voix avec vos assistants vocaux (Alexa, Siri et Google Assisant), il est disponible à 849 € hors promotion, soit près de 300€ de moins que le L10s Ultra. Un « s » en moins aurait donc autant d’avantages ?

[toc]

Dreame L10 Ultra : unboxing et présentation

La marque chinoise Dreame, créée en 2015, a dès ses débuts travaillé sur les moteurs à haute vitesse et la technologie cyclonique pour les aspirateurs et robots. Elle a déposé plus de 150 brevets et possède pas moins de 3 chaines de production.

Le robot-aspirateur Dreame L10 Ultra est presque en tout point identique au L10s Ultra, si ce n’est qu’il est moins Smart (d’où le « s » en moins ?) en l’absence d’IA. Et cette ressemblance se retrouve dès son packaging avec son énorme carton de 64 x 50 x 41 cm et plus de 17 kilogrammes. On y retrouve une illustration du robot en impression glacée et les différentes caractéristiques. Aussi bien le L10 que la base sont très bien calés dans des inserts en cartons. Pas de risque de casse, ce qui est important pour un produit à ce prix.

Au niveau du design, peu de changement avec la version précédente, si ce n’est le système de capteur avant qui n’embarquera pas de caméra RGB ni de système de détection 3D. Nous sommes donc dans ce cas sur un système de navigation plus standard avec LiDAR et capteurs IR. Grâce à cela, il sera capable de cartographier votre logement en moins 10 min (5 minimum), restituer une carte en 3D et gérer 3 cartes différentes (donc 3 étages).

Il garde des dimensions identiques à celles des modèles L (à l’inverse de celle en D du DreameBot W10) avec un diamètre 35 cm et 9,7 cm de hauteur pour 3,7 Kg. Une épaisseur suffisamment faible pour se glisser sous la plupart des meubles. Les matériaux sont également identiques avec du plastique ABS et du polycarbonate pour les capteurs. Ces constituants résistent aux chocs, aux UV et l’ensemble est fait pour durer. La qualité est encore une fois au rendez-vous et Dreame ne nous déçoit pas.

Comme annoncé, il embarque :

  • Un LiDAR externe mis à niveau (détection accrue des obstacles à près de 8m) : l’avantage de ce système LDS est que le robot peut aussi travailler dans le noir et il est également plus rapide dans ses déplacements.
  • Une version améliorée de l’algorithme SLAM
  • Différents capteurs IR pou longer les murs, détecter les obstacles proches et retournerà sa base.
  • Un bumper sur la moitié avant pour repartir en arrière en cas de touchette.

Le Dreame L10 Ultra est un aspirateur totalement automatisé. En effet, il peut à la fois vidanger son bac à poussière sur la base autonome, mais aussi remplir son réservoir d’eau propre de 80 ml.

Pour cela, l’arrière du robot est équipé de 4 éléments :

  • Deux contacteurs pour le chargement une fois en place sur la base,
  • Un capteur IR pour lui permettre de se positionner (cela doit se faire au milimètre),
  • De petits trous qui sont en fait le système d’injection et de vidange des eaux de nettoyage à travers la base.
  • De chaque côté, une surface ajourée qui sert d’aération et de haut-parleur.

Sur le capot, 3 boutons servent à le piloter :

  • Nettoyage ciblé « ? » : un appui bref pour lancer un nettoyage concentré sur un carré de 1,5 m de côté.
  • Bouton «  » :
    • Allumer ou éteindre le robot en appuyant 3 secondes.
    • Lancer un nettoyage global avec un appuis bref et le stopper de la même façon.
    • Code couleur : blanc (nettoyage en cours ou terminé), orange clignotant (erreur) ou fixe (batterie faible ou pause) et blanc clignotant (en charge).
  • Bouton « maison » : Pour envoyer le robot sur son socle. Maintenez le 3 secondes pour désactiver ou activer la sécurité enfant. *
  • Pour le mettre en mode appairage : appuyer les boutons « maison » et « ? » pendant 3 à 5 secondes environ jusqu’à entendre un message vocal.

Le dessus du Dreame L10 Ultra se soulève pour laisser apparaitre un bac à poussière de 350 ml. C’est largement suffisamment car ce bac à poussière sera automatiquement vidé après chaque nettoyage ou à une fréquence définie. Vous pouvez également le vider à la main. Le système de filtration comprend un préfiltre en nylon, non amovible, et un filtre HEPA arrêtant 99,7% des PM2. Le filtre est à changer toutes les 150 heures… Et il peut, comme l’ensemble du bac, se laver à l’eau claire.

Le dessous du robot est le même le L10s (Ultra et pro). On trouve une brossette latérale à trois branches (durée de vie 200 heures) pour ramener les poussières dans la zone d’aspiration principale et une brosse centrale de 17 cm (durée de vie 300 heures) en caoutchouc siliconé pour nettoyer efficacement à la fois les sols durs et les tapis. Elle peut aussi racler l’eau au sol si nécessaire. Là encore, pas d’accessoires d’avance.

La grande force de la gamme L10, c’est le système de lavage des sols constitué de 2 serpillères rotatives rondes de 13 cm de diamètre en lieu et place d’un chiffon microfibre. Grâce à cela, le robot laveur va avoir une action mécanique en imprimant une pression sur les serpillères qui tournent à la vitesse de 180 rpm. Point important, le L10 Ultra peut se « pencher » vers l’avant pour que les serpillères ne touchent pas le sol (7mm de hauteur) ou au contraire de mettre tout son poids sur l’arrière pour les y coller. Ainsi, en fonction des réglages, vous pouvez ne pas laver un sol fragile (tapis, parquet brut…) ou appliquer une réelle action mécanique sur une pièce ou une zone spécifique. Elles sont à changer toutes les 80 heures, en théorie, car ces tampons en microfibre et frangés se détachent de la rondelle, qui se met en place avec l’aide d’aimant, et peuvent être lavés à la machine si vous le souhaitez.

Le Dreame L10 Ultra fait appel à différents types de capteurs : des capteurs de vide pour éviter les chutes, mais également un capteur ultrason (juste à côté de la roulette 360°) pour détecter la présence de tapis. Très pratique, cela permettra que le robot ne passe pas sur un tapis lorsqu’il est mode lavage mais également d’activer le mode ultra pour le nettoyer en profondeur.

Point de façade en inox brossé pour la base du L10 Ultra, elle est blanc immaculé dans sa conception. Elle est relativement grosse avec 42,3 cm de profondeur (avec la rampe) x 34 cm de largeur (au niveau de la rampe) x 56,8 cm de hauteur pour un poids de 8,5 kg (à vide). La trappe amovible sur le bas cache le sac aspirateur de 3L dont la capacité permettra 60 jours de tranquillité avant de le changer. Un sac d’avance est fourni.

Cette base n’est pas seulement une station de charge et de collecte de poussière, elle va également aider au lavage de vos sols via deux réservoirs à eau auxquels vous accéderez en levant le capot supérieur :

  • Un réservoir bleu de 2,5 litres pour l’eau propre : il contient un filtre pour éviter d’injecter dans le robot des petites particules qui viendraient boucher les buses. Cependant, contrairement à version L10s, il n’y a pas de système de cartouche de distribution de produit de nettoyage. Vous viendrez donc verser votre détergeant préféré ou celui proposé par Dreame (aucun échantillon fourni).
  • Un réservoir brun de 2,4 litres pour l’eau sale : un flotteur qui vous alerte en cas de niveau haut pour éviter tout débordement.

Lors du docking, le robot se met en place sur une rampe. Cette rampe permet au robot de se recharger, de ne pas salir le sol, mais également de laver ses serpillères. Cela consiste en un jet d’eau qui viendra asperger les serpillères qui tournent rapidement contre de petites rainures pour déloger la saleté. L’eau sale est ensuite aspirée et mise dans le réservoir dédiée. Elles vont tourner de plus en plus vite lors de leur nettoyage pour les égoutter au maximum. Et pour que le processus soit complet, la base va sécher les tampons avec de l’air chaud, pendant deux heures au minimum, mais peut être paramétrer jusqu’à 4 heures. Ainsi, une fois le cycle de nettoyage finalisé, vous aurez des serpillères garder sèches afin d’éviter le développement de moisissure et les mauvaises odeurs. Ce qui est souvent le problème avec les vadrouilles. Enfin, notez que la rampe peut se retirer pour être lavée car elle se salie assez vite en fonction de l’état de vos sols.

Comme à l’accoutumée, peu d’accessoires chez Dreame : un outil pour enlever les cheveux et fils autour des brosses (caché dans le couvercle amovible du bac à poussière), un écouvillon pour brosser le plateau collecteur et deux sacs à poussière… C’est tout.

Caractéristiques techniques

  • Marque : Dreame
  • Modèle : DreameBot L10 Ultra
  • Puissance d’aspiration : 5300 Pa au maximum
  • Bac à poussière : robot 350 ml
  • Réservoir d’eau : robot 80 ml, 2,5 litres pour l’eau propre et 2,4 litres pour l’eau sale
  • Modes d’aspiration : silencieux, standard, fort et turbo.
  • Débit d’eau variable : Oui, 3 débits (presque sec, humide et mouillé).
  • Cartographie : 3 cartes / étages
  • Navigation : par Lidar, capteurs IR et pare-chocs.
  • Autonomie : 160 min en aspiration ET lavage en mode silencieux et 3h30 en aspiration OU lavage en mode silencieux.
  • Bruit : 68 dB(A) en cours de lavage des serpillères et 47 dB(A) pour le séchage, lors de nos tests.
  • Durée de chargement : 6h max
  • Batterie : Lithium-ion de 5200 mAh
  • Assistants vocaux : Alexa et Google Assistant
  • Application : Xiaomi Home ou Dreame Home
  • Bruit : 59 dB annoncé
  • Connectivité : Wi-Fi IEEE802.11 b/g/n 2.4 GHz
  • Dimensions : robot 350 x 350 x 97 mm, station 423 x 340 x 568 mm
  • Poids : robot 3,7 kg, station 8.5 kg
579,09€
749,00€
En Stock
Reconditionné à partir de 1
Le 19 juillet 2024 20 h 48 min
Amazon.fr

Les caractéristiques du Dreame L10 Ultra sont presque identiques à celles du L10s Ultra. On y retrouve le système de serpillères rotatives très performant, incluant le lavage et le séchage de ces dernières, un automatisation quasi complète avec l’aspiration du bac à poussière, le remplissage et la vidange de l’eau de lavage, une puissance de 5300 Pa, une autonomie importante… Le Dreamet

Dreame L10 Ultra : installation et application

Pour utiliser votre aspirateur Dreame, vous avez deux possibilités : comme il fait partie de l’écosystème Xiaomi, vous pouvez utiliser l’application Xiaomi Home ou alors celle de la marque, Dreame Home. Pour l’installation, avec Xiaomi Home, nous vous renvoyons vers les autres tests des produits Dreame, car cette fois nous avons opté pour Dreame Home. Sur le principe, il n’y aucune différence, si ce n’est cosmétique.

Tout se fait sans difficultés particulières, si ce n‘est de bien faire attention d’être sur un réseau Wi-Fi en 2,4 GHz, l’application Dreame Home étant « Friction Less ». Mettez le robot en mode appairage, connectez-vous au Wi-Fi à utiliser, activez votre GPS et votre Bluetooth… Et sélectionnez-le. Ceci fait que vous pourrez profiter pleinement de votre robot.

Depuis la page d’accueil, vous pouvez lancer un nettoyage à la volée sans aucun paramétrage. Mais pour entrer sur la page du robot en tant que telle, et donc dans les paramètres, cliquez simplement sur le visuel. L’application est simple d’utilisation et assez complète. Pour aller dans les réglages, sélectionnez les trois petits points verticaux en haut à droite quand vous êtes sur la carte du robot).

  • Historique de nettoyage : vous aurez ici tous les nettoyages que vous avez entrepris ainsi que les cartes détaillées de chacun (surface, durée, type de nettoyage…).
  • Nettoyage programmé : bien pratique, vous pourrez déterminer des planifications de passage du robot. Il existe plusieurs modes.
    • Gamme de nettoyage : choisissez si vous souhaitez que le robot passe partout ou dans une ou plusieurs pièces, ainsi que l’ordre.
    • Heure de début : je dois vraiment vous expliquer ?
    • Répéter : définissez les jours où le robot passera faire son office.
  • Paramètres de nettoyage de la moquette : activez ici la reconnaissance des tapis et moquette, interdire le nettoyage de ces derniers, demander à seulement aspirer sur les tapis et non le laver et enfin mettre en fonctionnement l’autoboost.
  • Préférences : déterminez le type de nettoyage à effectuer (quotidien, intensif ou en profondeur pour un sol très sale).
  • Gestion du robot : mode ne pas déranger entre certaines heures (le robot ne reprendra pas sa tâche de nettoyage même si elle n’est pas terminée), reprise automatique du nettoyage, verrouillage enfant, télécommande et localisation si votre L10 est caché sous un lit…
  • Plus de fonctions : Vous pourrez venir régler le fuseau horaire, modifier le package de voix, et l’unité de mesure de surface.

Il est dans un premier temps nécessaire de charger complètement votre Dreame L10 Ultra pour ensuite lui faire effectuer une première cartographie de votre logement. Cette première reconnaissance prend entre 5 et 10 minutes, ce qui est assez peu. Il va vous restituer une carte plus ou moins grossière, non pas concernant la superficie et la forme des pièces, mais leur découpe.

Dans notre cas, la zone cartographiée comporte un couloir, un bureau, une chambre, des toilettes et un séjour/ cuisine mais seulement 2 pièces avaient été mises en évidence (sans compter le dehors par la porte vitrée…). Bien entendu, elle sera de plus en plus précise avec les passages. La carte peut être personnalisée. Pour cela, il faut aller sur « gestion des cartes », en bas à gauche et sélectionner votre carte. Vous pourrez renommer les pièces, c’est-à-dire leur assigner un logo et un nom prédéfini… Pour fusionner des zones, sélectionner des parties adjacentes et cliquez sur « fusionner ». Pour l’inverse, sélectionnez « séparer » et venez tracer un trait sur la limite. C’est aussi simple que ça. Vous avez également la possibilité d’avoir un rendu en 3D en appuyant sur le bouton « Carte 3D » sur la droite de l’écran de carte.

Vous pouvez bien entendu créer plusieurs étages. Pour ce faire, il faut enlever le robot de la base, le mettre dans son nouvel environnement et lancer un nettoyage. Quand il se sera arrêté, remettez-le sur sa base et la carte apparaitra. Enregistrez là sous un nouveau nom et vous voici avec un nouvel étage.

Il est aussi possible de déterminer des zones restreintes. Cela se fait en passant par « Zone restreinte » sur la page principale. 3 types de zones sont disponibles :

  • Zones interdites au nettoyage : le robot ne passera sur cet emplacement quand il aspirera. Zone de forme rectangulaire.
  • Zones interdites de laver le sol (sic) : il n’y passera pas en mode lavage. Zone rectangulaire.
  • Mur virtuel : tracer un trait que le robot ne pourra pas traverser. Utile si vous avez des escaliers par exemple (même si ne devrait pas s’y aventurer).

 

Vous avez d’autres actions qui s’offrent à vous :

  • En charge ou chargé : pour le renvoyer à la base ou informer sur le statu du robot.
  • Pause ou Start : débuter un nettoyage après avoir choisi dans les 3 modes du dessous :
    • Tout : En sélectionnant tout et en appuyant sur Play, le robot commencera un nettoyage de l’ensemble de la carte. Le nettoyage sera fait en fonction des réglages que vous aurez fait dans le nettoyage personnalisé si vous cochez l’option.
    • Zone : dessinez un rectangle que l’aspirateur viendra nettoyer,
    • Chambre (sic) : sélectionner la ou les pièces où faire passer votre robot. Ce dernier viendra déterminer le passage optimal pour gagner du temps.
  • Mode de nettoyage : choisissez la puissance d’aspiration et le débit d’eau. Mais attention, ces réglages sont valables pour l’ensemble des pièces.
    • Mode de nettoyage : Nettoyage, lavage et un mélange des deux (appelés balayage et nettoyage).
    • Aspiration : 4 modes du plus léger au plus fort (5300 Pa),
    • Humidité de la serpillère : c’est le débit d’eau allant de légèrement sèche à mouillée. A adapter en fonction de vos sols.
  • Nettoyage personnalisée : Cette fonction vous permet de choisir pièce par pièce le type de nettoyage, la puissance et débit d’eau à appliquer et le nombre de fois où le robot passera. Vous pouvez décider de la faire serpiller une pièce et juste aspirer dans une autre, en fonction de vos sols. C’est très pratique et efficace.

Les paramètres de nettoyage :

  • Nettoyage de la la serpillère : C’est l’option consistant à laver els tampons une fois le nettoyage terminé mais aussi pendant le lavage des sols. C’est très bien vu car grâce à cela, vous n’aurez pas de serpillères propres au début et complètement noires à la fin du cycle. Elles viendront se laver régulièrement, comme vous le faites quand vous utiliser une lavette et un balai. Vous pouvez définir la fréquence de ce lavage : en fonction de la surface de votre chaix (de 10 à 35 m²) ou à la fin du nettoyage d’une pièce. Vous pouvez aussi lancer un nettoyage en direct.
  • Séchage des serpillères : venez déterminer la durée de séchage à la fin du nettoyage complet entre 2, 3 et 4 heures. Là encore, vous pouvez activer un cycle en appuyant sur démarrer le séchage.
  • Vidange automatique : activez ou non la vidange auto et sa fréquence (entre 1 et 3 fois à la suite). Bien entendu, il est possible de lancer une vidange en direct également.

En cours d’utilisation, vous avez un visu sur la surface nettoyée, la durée de nettoyage et la batterie restante. La carte va également faire apparaitre le cheminement du robot, ses points de passage et l’endroit où il se trouve à l’instant « t ». Vous retrouverez la totalité des infos des nettoyages dans l’historique avec la surface nettoyé et la durée.

Utilisation avec Alexa et Google Assistant

Pour s’en servir avec Alexa, il est nécessaire d’activer la Skill Dreame en utilisant les identifiants de votre application. Une fois cela fait, laissez l’application rechercher les équipements compatibles. Votre robot va apparaitre dans votre application. Mais attention, si vous avez un compte Xiaomi Home, il y a un loupé car il est demandé d’associer la skill Dreame avec les identifiants Xiaomi. Or, vous ne pourrez pas utiliser vos identifiants Dreame Home pour la Skill dans ce cas. Il vous faudra donc repartir à zéro. Dommage.

Une fois associé, vous pouvez intégrer votre robot à des routines, mais aussi vous en servir à la voix. Cela reste cependant très basique : « Alexa, allume DreameBot L10 Ultra » ou « Demande à Dreame L10 Ultra de nettoyer » et le robot se lancera en mode auto ou encore « Alexa, éteins DreameBot L10 Ultra » et il s’arrête mais reste sur place… Encore des choses à faire donc !

Avec Google Assistant, c’est plus simple car il existe une extension Dreame Home. Dans ce cas, votre aspirateur remonte sous forme de tuile et vous pouvez lui faire lancer un nettoyage ou l’arrêter en appuyant sur la tuile. En maintenant appuyé, vous entrez dans les paramètres pour là encore le mettre en pause ou le renvoyer à la base. Et il fonctionne aussi à la voie. Plus simple qu’avec Alexa donc.

Utilisation au quotidien du Dreame L10 Ultra

Le mode de nettoyage du Dreame L10 Ultra est assez logique dans le sens où le robot commence par venir nettoyer le pourtour de la zone ou « chambre » et il va ensuite passer en S sur le reste de la surface. Et cela aussi bien en mode aspiration qu’en lavage (un passage en Y n’a pas d’intérêt avec ce type de tampons rotatifs). Il évite relativement bien les obstacles comme les pieds de tables, les chaises et les fauteuils.

Nous avons fait également un test avec un nettoyage de zone en mettant au milieu une petite bouteille en verre transparent. Pourquoi ? Car le but était de mettre en défaut le LiDAR et les capteurs IR avec une surface peu réfléchissante. Et il s’en est pas mal sorti du tout. En revanche, le manque d’IA fait qu’il a tendance à ramasser un peu tout ce qu’il trouve, comme un vieux mouchoir par exemple… Il passe très bien sur les tapis, même épais et l’auto-boost fait du très bon boulot.

La géolocalisation aussi est très performante également et le L10 Ultra n’a pas eu de problème pour se retrouver, ni ne reste coincé. Les robots Dreame sont vraiment au point sur cet aspect là et ce modèle ne déroge pas à la règle. Son cheminement est logique, simple et rapide. Il met en moyenne, pour un nettoyage (mode standard) et un lavage (mode mouillé) complet, 1h pour 50 m²… et une autonomie de 140 min dans ces conditions. La vidange du bac à poussière se fait en environ 10 secondes. Le bac à poussière est complètement vidé grâce à sa double extraction DualBoost 2.0.. Très impressionnant même si bruyant (75 dB) ; donc heureusement que c’est très rapide.

Le lavage est excellent. Nous n’avons même jamais eu une eau aussi noire et sale par suite d’un passage intensif. Le Dreame L10 Ultra a pu nettoyer sans problème des tâches du quotidien, mais aussi du café au lait ou encore des traces de pas.

Comme nous l’avons vu, le fait que le robot lave ses serpillères à intervalles réguliers permet de toujours avoir des tampons propres et de gagner en hygiène. D’ailleurs, en revenant à la base, il le fait en soulevant ses serpillères pour ne pas salir une zone déjà nettoyée. Eh oui, il a la capacité de se pencher sur l’avant pour laisser un vide de 7 mm entre le sol et la base des tampons ! Cela lui sert aussi lorsqu’il passe sur un parquet ou un tapis. Bien entendu, si votre tapis fait plus de 7 mm, ça va forcément toucher. A vous de jouer avec les zones interdites.

Chose bien vu également, avant tout lavage, il va dans un faire un cycle de lavage des serpillères pour partir avec un matériel propre et humide. Il faut compter 1 min 30 en moyenne mais c’est assez utile. En revanche, tout cela a un coût temporel car s’il fait 7 ou 8 lavages intermédiaires lors d’un cycle, ce sont presque 15 minutes de perdues. C’est hygiéniquement nécessaire, tout comme le lavage et séchage final des serpillères qui est relativement long et produit un bourdonnement pendant 2 heures, mais c’est le prix de la propreté. Par la suite, aucune mauvaise odeur n’est à déplorer, c’est donc un vrai plus. Attention , cependant, à bien laver le plateau de la base car il s’encrasse très vite.

Parmi les regrets, comme son aîné, le Dreame L10 Ultra gère assez mal les particules moyennes ou grosses. La brossette latérale les éjecte un peu partout, notamment sur des zones déjà lavées. Même si ce n’est pas propre à ce robot, cela reste dommage de voir un tel défaut dans cette gamme de prix.

Nous vous invitions à regarder le L10S Ultra en fonctionnement dans cette vidéo, les différences à l’utilisation entre les deux étant très limités (likez, abonnez-vous, ça fait plaisir) :

En conclusion de ce test, autant être clair dès le début, nous n’avons pas vu de différence significative entre le L10s Ultra et le nouveau Dreame L10 Ultra qui est presque tout aussi performant.

Son système de navigation avec LiDAR et capteurs IR est relativement performant et fournit une cartographie de bon niveau qui s’affine avec le temps. Sa localisation est très efficace et ses cheminements sont logiques. Cependant, l’absence d’IA fait qu’il a plus de mal que son grand-frère à détecter les petits obstacles comme les chaussettes, les câbles… La vidange automatique du bac à poussière avec le système DualBoost 2.0 est également aboutie.

Ses deux serpillères rotatives tournant à 180 rpm permettent un lavage très efficace et c’est l’un des gros points fort de ce produit. Il peut également se mettre sur l’avant pour surélever les tampons de 7 mm pour qu’ils ne touchent pas le sol pour éviter qu’il ne lave des zones interdites et ne trainent ses guêtres sales sur un sol déjà lavé. Le lavage et le séchage des tampons est également à mettre en avant car cela va éviter les mauvaises odeurs en les gardant sèches.

Son fonctionnement connecté avec les applications Xiaomi Home ou Dreame Home est simple et efficace. Vous pouvez aussi jongler avec les 3 modes de nettoyage (aspiration, lavage et mélange des 2), 4 puissances d’aspiration et 3 débits d’eau. Vous pourrez également personnaliser le type de nettoyage à appliquer par pièce. Le résultat global est vraiment très bon, assez rapide et son autonomie est très honorable avec 2h30 en pratique, avec un mode d’utilisation polyvalent (lavage, aspiration, sol lisse, tapis épais…).

Ses défauts restent une mauvaise gestion des particules moyennes à grosses qui seront éjectées au loin par la brossette latérale et l’utilisation à la voix avec Alexa et Google Assistant qui sont toujours en deçà de ce que fait la concurrence. La gestion conjointe de l’application Xiaomi Home et Dreame Home est aussi inutile, une seule suffirait à notre sens.

En bref, le Dreame L10 Ultra est un aspirateur robot d’un excellent niveau, polyvalent et très efficace. L’absence d’IA ne se fait pas trop ressentir, sauf sur le prix puisqu’il est proposé à 849€ contre 1199€ pour son prédécesseur.

579,09€
749,00€
En Stock
Reconditionné à partir de 1
Le 19 juillet 2024 20 h 48 min
Amazon.fr

 

Ai-je choisi Alexa ou m'a-t-elle choisi ? Disons qu’en tant que bêta testeur, c’est un peu les deux ! Et je ne regrette pas d’avoir rencontré notre assistante préférée ni cette aventure entreprise avec Alexien Modo. Technophile, autodidacte et aimant la vulgarisation, je cherche à rendre facile d’accès notre passion commune !