Test du Fire TV Cube 3, la nouvelle gazelle d’Amazon

Un Fire TV Cube 3e génération, c'est quoi ?

Amazon Fire TV Cube 3

Nouveau Fire TV Cube | Lecteur multimédia en streaming | Mains-libres avec Alexa | Wi-Fi 6E | 4K Ultra HD

Prix au : 6 février 2023 14 h 13 min

Quatre ans après la sortie de sa première itération, Amazon a présenté en septembre dernier son tout nouveau Fire TV Cube 3. Bien plus qu’une simple mise à jour esthétique, cette troisième génération de la box de streaming avec Alexa intégrée entend répondre aux quelques griefs de ses utilisateurs et séduire ceux qui en attendaient plus. On vous explique comment ?

Fire TV Cube 3 : plus beau, plus puissant, plus puissant, plus complet

Unboxing

Le nouveau Fire TV Cube 3 est présenté dans un emballage pour le moins similaire à celui de ses prédécesseurs. Il dévoile la nouvelle finition de l’appareil et met en avant sa connectivité Wi-Fi 6E.

A l’ouverture, nous sommes en terrain connu. Le nouveau Fire TV Cube conserve ses dimensions presque cubiques de 77 x 86 x 86 mm pour 513 grammes, mais son habillage en tissu le rend résolument plus élégant que son prédécesseur.

Sa face supérieure comporte toujours quatre boutons (deux pour le volume, un bouton action et un de coupure des microphones), mais son toucher est moins plastique qu’auparavant et donc plus agréable. On note quatre petits trous qui témoignent de la présence d’autant de microphones destinés à l’écoute d’Alexa.

« Oui, ce Fire TV Cube 3 est une bête ! »

L’appareil est accompagné d’un adaptateur secteur 15W et d’une nouvelle télécommande Bluetooth (38,2 x 157,7 x 17,1 mm) comme toujours livrée avec ses piles maison. Ce n’est pas la télécommande Alexa (3e génération), ni malheureusement la télécommande Alexa Pro présentée lors de l’Amazon Devices 2022, mais un modèle spécifique que l’on retrouve également sur les téléviseurs Fire TV. Elle n’offre ni rétroéclairage ni raccourcis personnalisables permettant de lancer des routines Alexa, mais présente tout de même deux boutons supplémentaires par rapport au précédent modèle. Le premier permet d’ouvrir les paramètres et le second de basculer rapidement d’une application à une autre. Honnêtement, on aurait préféré les raccourcis paramétrables, mais les plus dégourdis sauront quoi en faire.

Exit les accessoires tels que le câble de rallonge infrarouge, qui est désormais vendu séparément. Exit aussi l’adaptateur Ethernet, qui lui n’est plus nécessaire. En effet, le Fire TV Cube 3e génération propose enfin un véritable port Ethernet 10/100 Mbps qui ravira tous ceux soucieux de profiter d’un flux stable. Il présente aussi un port USB-A pour les supports de stockage (clé USB ou disque externe) sans avoir recours à un adaptateur OTG, mais surtout une toute nouvelle entrée HDMI pour des appareils tels que les décodeurs, les lecteurs Blu-ray ou encore les consoles de jeu… Une nouveauté de taille sur laquelle nous reviendrons plus tard.

Voyons ce que cache la bête. Oui, ce Fire TV Cube 3 est une bête ! Trois ans après la sortie de son prédécesseur, il se voit désormais doté d’un SoC Amlogic Pop1-G composé d’un CPU Octacore (4 x ARM Cortex-A73 à 2.2 GHz et 4 x ARM Cortex-A53 à 2.0 GHz) et d’un GPU ARM Mali-G52 MP8 cadencé à 800 MHz accompagné de 2 Go de mémoire vive de type LPDDR4 et de 16 GB de stockage au format eMMC.

Amazon nous promettant 20% de puissance supplémentaire par rapport au Fire TV Cube 2 et le double de celle du Fire TV Stick 4K Max, nous avons voulu vérifier ces données car, comme disait Vladimir Ilitch Lénine, « la confiance n’exclut pas le contrôle ».

Nous avons donc installé Geekbench 4  sur nos trois appareils – c’est le programme utilisé par Amazon – et le moins qu’on puisse dire, c’est que les résultats collent parfaitement avec ceux annoncés. Nous avons en effet constaté une augmentation de 22% du score du CPU par rapport à la seconde génération et d’un peu plus de 100% par rapport au meilleur des Fire TV Stick. Des résultats encore plus significatifs lors du test de stress du nouveau GPU qui écrase littéralement le reste de la gamme.

« Oui, ce Fire TV Cube 3 est une bête ! »

Concrètement, cela se ressent essentiellement au lancement des applications, qui se fait plus rapide que jamais, ou lors du chargement des flux vidéo qui s’exécute sans délai grâce à la connectivité Ethernet ou Wi-Fi. Car, en plus d’un câblage réseau, le nouveau Fire TV Cube bénéficie d’une puce Wi-Fi 6E capable de s’appuyer sur la bande 6 GHz et donc de transmettre les flux vidéo toujours plus vite… Mais ça n’est pas tout.

Qualité vidéo

Avec l’évolution notable du GPU, qui met littéralement une fessée aux autres appareils de la gamme, nous étions un peu étonnés de ne rien trouver de si différent dans les spécifications techniques. Mais dès les premières images, la différence est bien là. En effet, s’il est toujours possible de lire des flux MPEG4 et H.263 en 1080p, ainsi que du H.264 à 30fps ou H.265 (HEVC) en 4K Ultra HD jusqu’à 60fps avec HDR10+ et Dolby Vision, l’image du Fire TV Cube 3 est indéniablement plus nette.

« Plus beau, plus puissant, plus complet… »

C’est encore plus vrai depuis la version 7.6.1.3 du logiciel (PS7613/3686) qui vient d’améliorer ses capacités d’upscaling et propose désormais un mode super résolution qui rend les contenus non 4K toujours plus net. La box d’Amazon se rapproche de plus en plus des fameuses Nvidia Shield et Shield Pro qui bénéficient toujours de GPU plus musclés, mais qui se retrouvent désormais derrière côté CPU…

Qualité audio

Côté qualité de son aussi, la différence se fait sentir. Nous passerons rapidement sur le haut-parleur de 11W qui ne fait honneur qu’à la voix d’Alexa, mais ne pouvons que féliciter Amazon d’avoir ajouté à son dernier opus de nouveaux codecs, notamment les passthrough Dolby TrueHD, DTS et DTS-HD, mais également le Dolby MAT pour le transcodage de son entrée HDMI… Le Home Cinéma Alexa prend enfin tout son sens.

Spécifications techniques

Voici la fiche technique complète du nouveau Fire TV Cube qui répond bien au nom de code Gazelle (AFTGAZL) que nous évoquions avant sa sortie.

Produit Fire TV Cube – 3rd Gen (2022) – Build AFTGAZL
Version Android Android Level 28 (Android 9)
Version Fire OS Fire OS 7
Processeur (SoC) Amlogic POP1-G (Amlogic – AML Popcorn)
CPU Octacore (ARM 4xCA73 @ 2.2GHz + ARM 4xCA53 @ 2.0GHz)
Application Binary
Interface (ABI)
32-bits
GPU ARM Mali G52-MP8, 800MHz
Memoire (RAM) 2GB LPDDR4/x – 4224 MT/s
Résolution UHD 2160p @ 60fps 10-bit
Codecs Audio
  • Dolby MAT trancoding pour le streaming des applications et l’entrée HDMI
  • Dolby MAT Input à Dolby MAT Output pour l’entée HDMI
  • Dolby TrueHD passthrough
  • DTS passthrough
  • DTS-HD passthrough (basic profile)
  • AC3 (Dolby Digital)/ EAC3 (Dolby Digital Plus) /Atmos(DDP+JOC)/AC4(Atmos)/Dolby TrueHD(Atmos)
  • MPEG-H passthrough
  • AAC Profile (AAC LC) jusqu’à 8 canaux de 8 kHz à 48 kHz
  • MPEG-4 HE AAC Profile (AAC+) jusqu’à 8 canaux de 8 kHz à 48 kHz
  • MPEG-4 HE AACv2 Profile (enhanced AAC+) jusqu’à 8 canaux de 8 kHz à 48 kHz
  • AAC ELD (enhanced low delay AAC) jusqu’à 8 canaux de 8 kHz à 48 kHz
  • xHE-AAC (enhanced HE-AAC) jusqu’à 8 canaux de 8 kHz à 48 kHz
  • FLAC jusqu’à 48kHz, 2 canaux, 16-bits et 24-bits (no dither for 24 bit)
  • MIDI. MIDI (Type 0 and 1), DLS (Version 1 and 2), XMF et Mobile XMF. Sonneries aux formats RTTTL/RTX, OTA, et iMelody.
  • MP3 jusqu’à 48kHz, 2 canaux en DSP (16-bits et 24-bits) et logiciel (16-bit).
  • Vorbis. Ogg (.ogg), Matroska (.mkv).
  • PCM/Wave jusqu’à 96kHz, 6 channels, 16-bit et 24-bit.
  • AMR-NB supporté
  • Opus jusqu’à 8 canaux, 48 kHz.
Codecs Vidéo
  • Dolby Vision support Profile 4-MEL, 5, 8, 9 et 10. (jusqu’au niveau 9 pour les profils 5 et 8, jusqu’à niveau 5 pour profil 9)
  • H.265 (HEVC) accélération hardware jusqu’à 2160p (4K) @ 60fps Main 10 Profile Level 5.1
  • H.264 accélération hardware jusqu’à 2160p @ 30fps ou 1080p @ 60fps, 8 bit, High Profile Level 5.1
  • AV1 accélération hardware jusqu’à 2160p @ 60fps Main Profile 10bit Level 5.1
  • VP9 accélération hardware jusqu’à 2160p 2160p @ 60fps, Profile 2 up to 30 Mbps (avec des limitations)
  • MPEG-2 jusqu’à 1080p @ 60fps
  • MPEG-4 jusqu’à 1080p @ 60fps
DRM
Digital Rights Management
  • Widevine L1 v11
  • PlayReady 3.3
HDR
High-dynamic-range
  • HDR10
  • HLG
  • HDR10+
  • Dolby Vision
Bluetooth Bluetooth 5.0 (support BLE)
Max OpenGL version
Open Graphics Library – 2D and 3D graphics rendering
OpenGL ES 3.2
Wifi 802.11 a/b/g/n/ac/ax; 2×2 MIMO
(2.4 GHz, 5.0 GHz and 6GHz Tri- band)
Ethernet 10/100 Mbps
Storage 16 GB eMMC
Miracast
Supporté
Contrôle vocal Alexa
Intégré grâce à 4 microphones à longue portée

Fire TV Cube 3 : installation et utilisation

Installation

L’installation est toujours aussi simple et prend environ 5 minutes. Nul besoin d’ouvrir une application, il suffit de brancher votre Fire TV Cube, de prendre en main sa télécommande, et de suivre les instructions. Si, en plus, vous l’avez acheté chez Amazon, il sera déjà lié à votre compte, rendant de ce fait le processus d’installation encore plus rapide.

Couplage en Home Cinéma

Puisque nous vous avons déjà expliqué comment créer un Home Cinéma Alexa, nous vous renvoyons vers notre article dédié :

À LIRE :
Comment créer un Home Cinéma Alexa

Si vous avez des appareils de générations précédentes, vous avez probablement déjà été confronté à des déconnexions d’enceintes. Bonne nouvelle, Amazon a résolu ce problème et le Home Cinéma Alexa bénéficie désormais son propre point d’accès Wi-Fi. Autrement dit, le Fire TV Cube va diffuser un SSID de type « Amazon-XXXX-FTVSAP » auquel vont se connecter vos Amazon Echo. En diffusant le son aux enceintes sur un réseau dédié, le système est maintenant d’une stabilité irréprochable et nous n’avons pas eu à déplorer le moindre décrochages pendant nos deux mois d’utilisation.

L’interface Fire TV

A l’heure où nous écrivons, Fire OS est en version 7.6.1.3 (PS7613/3686) et sa page d’accueil en 6390026.1, soit plus avancée que sur les autres appareils de la gamme. Il en résulte quelques différences tenues, pour ne pas dire imperceptibles, mais ce Fire TV Cube 3 propose tout de même quelques spécificités qui lui sont propres.

Les plus observateurs auront probablement remarqué le nouveau menu « Source » qui permet de gérer les nouvelles entrées USB et HDMI.

En effet, il est désormais possible de brancher un lecteur multimédia en entrée HDMI comme un décodeur câble ou satellite (Orange, Bouygues, Free, SFR…), une console de jeux (Playstation, Freebox, Nintendo Switch, etc.), une autre box de streaming (Apple TV, Roku, etc.), un enregistreur vidéo (DVR/NVR, TiVo, etc.) ou encore de bons vieux lecteurs DVD / Blu-ray. Amazon a même ajouté un profil pour le fameux Chromecast ! Pour les lancer, rien de plus simple, il suffit par exemple de dire « Alexa, passe sur Playstation ».

Le rendu est excellent car, comme nous l’expliquions plus haut, cette entrée HDMI bénéficie du transcodage Dolby MAT qui permet de profiter pleinement de vos appareils sans perte de qualité d’image et son. Une option qu’apprécieront tout particulièrement les utilisateurs du système Home Cinéma Alexa car ils pourront en profiter sur leurs enceintes Amazon Echo. Testé sur notre paire d’enceintes Echo Studio avec Echo Sub, le rendu fut à la hauteur de nos espérances.

« Alexa, passe sur Playstation »

Autre nouveauté, la prise en charge native des lecteurs multimédias, NAS, disques durs et autres clés USB. S’il était déjà possible de bricoler à l’aide d’un adaptateur OTG, la présence d’un port USB-A et l’intégration à l’interface changent clairement la donne. Notez, d’ailleurs, qu’Amazon a ajouté le support du système de fichiers NTFS qui n’est habituellement pas géré sous Android AOSP. Un vrai plus qu’apprécieront tout particulièrement les utilisateurs de Plex ou Kodi sur Fire TV.

Autre très bon point, le Fire TV Cube 3 est désormais capable de gérer le HDMI-ARC. Autrement dit, si vous utilisez une configuration Home Cinéma Alexa, vous pourrez bénéficier du son en provenance de votre téléviseur sur vos enceintes Amazon Echo. Cela fonctionne également pour toutes les sources HDMI (box, console de jeux…).

A noter, la présence d’un nouveau mode de veille permettant de continuer à envoyer les signaux HDMI à la TV tout en éteignant l’écran. Ce mode permet à la fois de raccourcir le temps de réveil ou d’écouter de la musique écran éteint. Une option particulièrement appréciable pour les utilisateurs d’un système Home Cinéma Alexa.

Quant à l’interface de télévision en direct, elle est toujours aussi frustrante. Agréable à utiliser, elle serait potentiellement intéressante si elle n’était pas si vide. En effet, à l’exception notable des chaînes du service public, on ne retrouve guère que Arte et Pluto TV. Le géant américain semble avoir toujours autant de mal à convaincre les groupes télévisuels français d’être présents sur son système. C’est vraiment dommage, mais peut-on vraiment blâmer Amazon pour ça ?

Même problème avec nos FAI qui brillent par leur absence alors même que trois d’entre eux proposent Alexa sur leurs décodeurs (Free, Orange et SFR). On se demande bien pourquoi ils ne portent pas leurs applications sur Fire TV, si ce n’est pour garder captifs leurs clients et leur imposer la location d’un décodeur dont ils auraient vite fait de se détourner avec un appareil tel que le Fire TV Cube 3… Heureusement, il est possible d’installer OQEE by Free ou encore la TV d’Orange grâce à nos tutoriels, mais s’agissant d’applications Android TV détournées, elles ne sont pas pilotables à la voix.

Deux fournisseurs se démarquent cependant, en particulier Molotov qui nous offre une intégration exemplaire d’Alexa, et dans une moindre mesure Canal+ qui propose depuis deux ans une version officielle de son application myCanal. Mais, là aussi, le travail est un peu bâclé puisque cette dernière n’offre pas de commandes vocales. Quel dommage !

Bien que ça ne soit pas une nouveauté, nous retrouvons avec plaisir les possibilités de passer des appels en visio et de piloter sa maison connectée.

Le dashboard domotique est le même que sur les autres appareils de la gamme, et bien qu’il ne soit pas d’une folle utilité quand on est très largement équipé en appareils Echo, on apprécie tout de même la possibilité de visualiser ses caméras de vidéosurveillance en plein écran ou en inscrustation Picture-in-Picture. Mieux encore, l’application Alexa vous permet d’automatiser l’affichage des flux de vos sonnettes Ring ou caméras Blink lorsqu’un visiteur sonne ou qu’un mouvement est détecté. Ça, c’est vraiment super pratique.

Enfin, il est possible de passer des appels avec le Fire TV Cube de la même façon qu’avec une enceinte Amazon Echo. L’expérience est sympathique et la qualité des communications excellente. Si vous aimez la visio, c’est un vrai plus.

Notre avis sur le Fire TV Cube 3

D’un point de vue design, bien qu’il conserve son format, le nouvel habillage de ce Fire TV Cube 3 nous a séduits. Fini le plastique brillant sensible aux traces de doigts, son tissu le rend plus élégant et en fait un bel objet. Même son affichage LED est plus réussi !

Côté hardware, le nouveau fer de lance de la gamme bénéficie d’une puissance accrue qui le rend plus confortable à utiliser qu’avant, mais l’inscrit aussi dans la durée en le rendant capable de supporter les évolutions futures de Fire TV pendant des années. Avec 100% de puissance en plus par rapport au Fire TV Stick 4K Max et 100% d’espace de stockage supplémentaire, le Fire TV Cube n’a plus pour seuls concurrents que les Nvidia Shield TV et Apple TV 4K.

La navigation sur Fire OS n’a jamais été aussi fluide, les contenus se lancent à vitesse grand V et Alexa exécute les commandes tout aussi rapidement. Ses huit microphones multidirectionnels lui offrent en effet une excellente compréhension des commandes vocales Fire TV, et même lové dans un canapé avec un volume assez élevé, l’assistante vocale nous entend. D’ailleurs, nous avons noté que le Fire TV Cube était parfois en capacité de nous entendre alors que nos deux Echo Studio restaient de marbre.

Concernant l’audio, le haut-parleur intégré ne fait toujours pas de miracle, mais son rôle n’est pas de jouer de la musique. Il n’est clairement pas fait pour diffuser le son de la télévision, il faut le considérer comme dédié au retour vocal Alexa lorsque vous utilisez le Fire TV Cube pour demander la météo ou éventuellement écouter la radio. Cela n’est pas gênant puisque vous ne vous en servirez même pas si vous choisissez de l’associer à des enceintes Echo ou encore à un système Home Cinéma. Et c’est justement toute son utilité !

Le Cube 3 nous a d’ailleurs étonné par son excellente gestion du Home Cinéma Alexa en nous offrant enfin la possibilité de diffuser le son en provenance de notre téléviseur et des appareils qui y sont connectés sur nos enceintes Amazon Echo grâce au HDMI-ARC. Un vrai plus, tout comme l’entrée HDMI qui permet de connecter des équipements externes tels qu’une console de jeux au système Fire TV.

En conclusion, après plusieurs semaines de tests, mais surtout de longues heures passées à en profiter depuis notre canapé, nous pouvons affirmer sans rougir que cet appareil de streaming est de loin le meilleur jamais créé par Amazon. Cinq ans après sa première itération, la box d’Amazon semble avoir atteint l’âge de la maturité. Plus beau, plus puissant, plus complet, le nouveau Fire TV Cube 3 est une franche réussite. On regrettera juste son augmentation tarifaire…
Fasciné par Alexa depuis le jour où je l'ai reçue en bêta test, je me suis peu à peu passionné pour le sujet, avant de me décider à aller plus loin en créant un site avec Jean-Christophe. Une activité qui me permet d'étancher ma soif de nouvelles technologies et de partager mes découvertes sur la plus sympathique des communautés : Les Alexiens.