[TEST] Comment faire fonctionner Alexa : votre conjoint(e)

Nous allons aujourd’hui nous intéresser à quelque chose que vous allez pouvoir utiliser pour faire fonctionner Alexa et qui va vous simplifier la vie : votre conjoint ou conjointe.

Nous allons voir ensemble comment le configurer en fonction de sa typologie et ensuite ce qu’il est possible de faire avec. Et pour finir, le coût.

 

Les Typologies :

Il y a trois grands groupes de conjoint(e)s que l’on peut classer par rapport à son acceptation d’Alexa : réfractaire, ni pour ni contre et à fond !

Réfractaire :

Alors là, c’est le plus compliqué à gérer. Premièrement, l’intérêt pour Alexa ne saute pas aux yeux, au contraire, il ou elle la juge comme un gadget payé bien trop cher pour ce que c’est. Pire, il peut même y avoir des actes délibérés de sabotages comme les fermetures d’interrupteurs pour ne pas utiliser Alexa voire, dans les cas les plus compliqués, le fait de débrancher l’enceinte !

Ni pour ni contre :

On va dire que c’est le plus intéressant à gérer. Il faut être convaincant, mais on ne va pas avoir de mauvaise foi à prendre en compte. Il faudrait trouver les bons arguments, les bons exemples… mais on sait qu’au fond ça pourrait bien marcher.

A fond :

Bon ben là, rien à faire à part vivre à fond l’expérience Alexa. Ah si… Attention au budget car les réfractaires et les ni pour ni contre pourront toujours vous restreindre dans vos dépenses … qui sont bien entendu vraiment nécessaires !

Comment les gérer et les configurer :

Réfractaire :

Bon, commençons par le cas le plus lourd. Contrairement à la brique éponyme, le réfractaire est loin d’être chaleureux avec Alexa. En premier lieu, il faut savoir pourquoi…

  • Totalement réfractaire à la nouvelle technologie : alors là, on est sur le plus lourd du lourd. Car avec Alexa, qui est une I.A., vous allez sûrement utiliser des ampoules, des prises et autres appareils connectés. Donc double voire triple dose de nouvelles tech… Dans ce cas, il faut y aller par étape. Commencer par lui faire découvrir Alexa en tant que telle en insistant sur ses centres d’intérêts : musique, nouvelles, culture générale… Mais attention, allez-y doucement. Commencez par l’utiliser devant lui ou elle en mettant exprès ses musiques préférées ou les replays de ses émissions de radio favorites. Malin, non ? Et ensuite ? Regardez ce qui va se passer. Ne le ou la brusquez pas. Recommencez autant que nécessaire jusqu’à ce que vous le ou la voyez, seule, demander à Alexa de jouer sa musique ou son replay. Vous pouvez aussi lui faire une playlist dédiée ! Quand cette étape est franchie, commencez par une ampoule ou une prise. Attention, achetez-en une qui puisse fonctionner par Alexa mais aussi par interrupteur. Pourquoi ? Car au début, le réfractaire utilisera l’interrupteur dans tous les cas. Changer l’ampoule de son coin favori, qu’il ou elle doit aller allumer en se levant, alors qu’avec Alexa… L’intérêt viendra vite. Vous saisissez l’astuce ? Mais attention, ne grillez pas les étapes, ne passez pas tout de suite en tout connecté, sinon ça va aller au clash, aux interrupteurs éteins, aux Echos débranchés…
  • Ne veut pas parler à une machine : peut-être un peu plus simple à gérer. Dans un premier temps, changez le mot d’activation pour « Echo » ou autre mais pas « Alexa ». Cela rendra l’expérience moins humaine. Faites vous-même les commandes vocales dans un premier temps et voyez ce que ça donne. Si vous sentez prêt le réfractaire à changer de mot d’activation, allez-y.
  • Ne comprend rien à la nouvelle technologie : Quand envoyer un SMS est compliqué et qu’allumer un PC revient à allumer un cierge, il va falloir rassurer. En effet, les arguments sont assez simples : Alexia ne fonctionne qu’à la voix ! Ça va faire mouche et sera plus simple à gérer que les deux autres cas. Commencez à vous en servir devant lui ou elle. L’assurance viendra et cela ne posera plus de problème ? Oui, mais si ça tombe en panne ? Là encore, privilégiez dans un premier temps des appareils connectés qui ne fonctionnent pas par des Hub.

Vous pouvez aussi bien entendu mélanger ces trois méthodes.

Ni pour ni contre : 

Le ni pour ni contre est en général une personne qui est déjà conquise, mais qui veut être rassurée et voir avec la pratique. Donc nous allons reprendre les techniques de sioux utilisables au réfractaire. Mais là, ce sera plus pour attiser l’intérêt. Attention cependant à ne pas griller les étapes et considérer comme acquis son acceptation d’Alexa. En effet, si vous allez trop vite il va risquer d’y avoir une sensation de trop plein, trop de choses nouvelles en trop peu de temps et donc un rejet. Ben oui, on veut tester, on aime bien, mais on ne veut pas que ça nous soit imposé ! Allez-y donc à un rythme adapté et faîtes participer le ni pour ni contre dans les achats des appareils. Cela permettra de passer le pallier de l’acceptation de façon plus efficace : une fois qu’on a dit oui, on est pour, non ? Vous pouvez aussi utiliser cette méthode à la fin de l’endoctrinement de votre réfractaire !

 

A fond :

Avez-vous vraiment besoin de nous ? C’est le cas le plus simple. Vous êtes sur la même longueur d’onde et votre logement va vite devenir hyper connecté. Attention cependant à plusieurs choses :

  • Le budget : Eh oui, quand l’un achète, ça revient déjà cher, mais quand les deux s’y mettent…
  • La saturation de votre réseau : trop d’objets vont vite risquer de rendre votre Wi-Fi totalement saturé et poussif. Investissez donc dans un mesh ou des routeurs.

Le coût :

Le coup d’un(e) conjoint(e) fonctionnant avec Alexa dépend de son sexe, de son âge … et de votre niveau d’attachement.

Le conjoint a des besoins assez simples au final : manger, boire… Homme et femme sont sur des besoins à peu près similaires, mais prévoyez pour l’homme des quantités plus importantes et des extras en bières, pommes de terre et viande rouge. Pour la femme, un budget en jus et en crèmes de soin sera nécessaire. Attention, insistez bien pour le conjoint homme se lave de temps en temps. Vous pouvez aussi tomber sur des conjoints végétariens, végétaliens, allergiques ou encore intolérants aux légumes (en général chez les hommes). Donc renseignez-vous bien pour éviter les impairs : des légumes à croquer devant un match de foot ne passeront pas bien et inversement un tartare de bœuf à une conjointe végan sera du plus mauvais effet.

Vous ne garderez pas votre conjoint(e) cloîtré(e) chez vous car c’est interdit par la loi. Il faut donc prévoir un budget assez conséquent en loisirs et habits (pour les conjoints hommes, faîtes bien attention à ce qu’il harmonise bien les couleurs avant de le laisser sortir et qu’il se change régulièrement). La différence entre homme et femme viendra se verra plus dans le  budget habits et shopping qui sera plus important chez les femmes. Pour les hommes, prévoyez de l’argent de poche pour le bar avec les copains et un abonnement dispendieux à des chaines de sport. Aménagez-lui d’ailleurs un petit coin douillé avec un canapé et des bières. Certains feront du sport mais beaucoup préféreront le regarder. Pour les conjointes, prévoyez de rencontrer des personnes ayant aussi des conjointes car elles ont un besoin de vie sociale important.

Autre considération importante, si vous décidez de garder votre conjoint(e), il faudrait aussi prévoir un budget mariage dans certains cas (si ce n’est pas déjà fait). Ça coûte vite un bras, donc choisissez bien.

Voilà, encore une fois les Alexiens ont essayé de vous faire un article vous présentant un produit avec ses points forts et points faibles, et les défauts cachés. Bien entendu, vous pouvez toujours tomber sur des cas lourds (le bof, la pouf …) mais dans ces cas là, les Alexiens sont sans réelle solution…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager :

Auteur de l’article : Jean-Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *